Votre mot de passe vous sera envoyé.

Une Étude En Neurosciences Révèle Que Le LSD “Libère” L’Activité Cérébrale Des Contraintes Anatomiques

De nouvelles recherches montrent comment le LSD influence la dynamique de la connectivité fonctionnelle dans le cerveau humain.

Ces résultats apportent de nouvelles perspectives sur la relation entre les fonctions cérébrales et la conscience.

“Mon principal objectif – et le point central de mes recherches – est de comprendre la neuroscience de la conscience humaine”, a déclaré l’auteur de l’étude, Andrea I. Luppi (@loopyluppi), du Groupe d’Imagerie de la Cognition et de la Conscience de l’Université de Cambridge.

“La plupart des études portent sur la perte de conscience : sommeil, anesthésie ou coma. Toutefois, nous pensons que pour en apprendre davantage, il faut étudier les états de conscience altérés, comme l’état psychédélique causé par le LSD”.

On pense que la conscience implique l’intégration de multiples réseaux cérébraux séparés et de leurs sous-réseaux, et les chercheurs ont cherché à mieux comprendre comment ces schémas de connectivité cérébrale variaient dans le temps sous l’influence du LSD.

Luppi et ses collègues ont utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour examiner la connectivité cérébrale structurelle et fonctionnelle de 15 volontaires en bonne santé au cours de deux séances distinctes. Au cours de l’une des séances, les participants ont reçu un placebo. Au cours de l’autre, ils ont reçu une dose de LSD.

En général, “les neurones qui communiquent ensemble se connectent les uns avec les autres”. Mais les chercheurs ont découvert que le LSD découplait la relation entre la connectivité structurelle et la connectivité fonctionnelle, démontrant que l’activité cérébrale sous l’influence de la substance était “moins contrainte que d’habitude par la présence ou l’absence d’une connexion anatomique sous-jacente”.

“Nous savons que la structure du cerveau a une grande influence sur les fonctions cérébrales dans des conditions normales. Nos recherches montrent que sous les effets du LSD, cette relation diminue : la fonction est moins contrainte par la structure. C’est en grande partie le contraire de ce qui se passe pendant l’anesthésie”, a expliqué Luppi.

Comme le soulignent les chercheurs dans leur étude, sous l’influence du LSD, il apparaît que “le cerveau est libre d’explorer une variété de schémas de connectivité fonctionnelle qui vont au-delà de ceux dictés par l’anatomie – ce qui se traduit probablement par les croyances et expériences inhabituelles rapportées pendant l’état psychédélique, et se traduit par une complexité fonctionnelle augmentée”.

“L’intégration et la ségrégation des informations sont des propriétés fondamentales du fonctionnement du cerveau. Nous avons découvert que le LSD ne les affectait pas de la même manière, mais avait plutôt des effets spécifiques sur chacune d’elles”, a déclaré Luppi à PsyPost. De plus, ces changements dans l’intégration et la segmentation du cerveau ont fluctué dans le temps, et ces fluctuations ont été associées à des expériences subjectives.

Par exemple, l’expérience de la perte du sens de soi au cours d’une expérience psychédélique, un phénomène connu sous le nom de “dissolution de l’ego” ou “mort de l’ego”, a été associée à un état de forte intégration globale.

“C’est un domaine relativement nouveau de la neuroscience, et la recherche sur des cohortes plus importantes sera nécessaire pour comprendre pleinement les effets du LSD et d’autres psychédéliques sur les fonctions cérébrales”, a déclaré Luppi. “Une étude plus approfondie pourrait également faire la lumière sur des applications cliniques potentielles – comme les recherches en cours au nouveau Centre de Recherche sur les Psychédéliques de Londres”.

“L’étude des substances psychoactives offre une opportunité unique pour les neurosciences : nous pouvons étudier leurs effets en termes de chimie du cerveau, mais aussi au niveau des fonctions cérébrales et de l’expérience subjective”, a-t-il ajouté. “En particulier, l’esprit n’est jamais statique, et le cerveau non plus : nous découvrons de plus en plus que lorsqu’il s’agit de la fonction cérébrale et de son évolution dans le temps, le voyage importe tout autant que la destination”.

L’étude, intitulée “LSD alters dynamic integration and segregation in the human brain“, a été menée par Andrea I. Luppi, Robin L. Carhart-Harris, Leor Roseman, Ioannis Pappas, David K. Menon et Emmanuel A. Stamatakis.

 

_____________________________________________________________________________________

Article original : Eric W. Dolan /psypost.org

shares