Votre mot de passe vous sera envoyé.

Un “Bad Trip” Pendant Une Expérience Psychédélique Peut-Il Être Bénéfique ?

Le “bad trip” est redouté par la plupart des usagers de psychédéliques. Qu’ils soient novices en la matière ou non, la simple crainte de vivre une expérience négative peut décourager. Même les personnes qui consomment des psychédéliques en microdose peuvent être méfiantes.

Vous ne souhaiteriez peut-être pas vivre une expérience trop intense, incontrôlable ou négative. Vous pouvez vouloir acquérir de nouvelles perspectives, sans avoir l’impression de perdre la tête, et c’est compréhensible. Malgré tout, vous voulez sentir que vous avez un certain contrôle.

Bien que l’idée d’une expérience difficile puisse sembler effrayante, de nombreux usagers de psychédéliques trouvent pourtant que ces expériences sont précieuses. En fait, elles sont parfois même plus précieuses que les expériences positives.

Mais avant d’examiner la valeur potentielle des expériences psychédéliques difficiles, commençons par définir ce que nous entendons par “bad trip”.

Qu’est-ce qu’un bad trip ?

Beaucoup associent l’expression bad trip aux pires scénarios, tels qu’une réaction psychotique ou le sentiment d’être pris au piège d’une réalité cauchemardesque. On imagine souvent qu’un bad trip se termine par une visite à l’hôpital ou par une embrouille avec la police. Ou, pire encore, se sentir si submergé et hors de contrôle que la fenêtre ouverte à proximité vous donne envie de sauter.

Certains de ces scénarios sont certainement possibles, comme la nécessité de recevoir des soins médicaux. Mais ces pires scénarios sont encore rares et ne caractérisent pas la plupart des expériences psychédéliques – malgré les stigmates qui les entourent.

Bridget Huber, assistante de recherche pour Michael Pollan, a mis en évidence le taux de réactions psychotiques et de tentatives de suicide survenant lors d’une séance de LSD. Basé sur des milliers de séances effectuées dans les années 50 et 60, ce taux est comparable à celui observé chez les patients recevant une psychothérapie. En d’autres termes, il est extrêmement faible.

Une enquête réalisée en 2017 par l’Université Johns Hopkins a interrogé près de 2 000 personnes sur les expériences psychédéliques difficiles. Pour 39 % des personnes interrogées, un bad trip figurait parmi les cinq événements les plus difficiles de leur vie. Mais les réactions extrêmes étaient rares, 2,6 % des personnes interrogées ont déclaré avoir eu un comportement agressif ou violent, 2,7 % ont demandé une aide médicale. Enfin, il n’y a eu que trois cas de symptômes psychotiques et trois cas de tentatives de suicide.

Le plus souvent, un bad trip entraîne les conséquences suivantes :

– Sentiments de confusion, de paranoïa, de peur, d’anxiété, de panique ou de crainte
– Boucles de pensées (quand quelqu’un a la même pensée ou répète la même séquence de pensées)
– Pensée délirante
– La peur associée à la perte de la conscience de soi, du temps ou de l’espace
– Être dépassé par l’intensité de l’expérience
– Changements perceptifs ou hallucinations dérangeantes
– Inquiétude de “devenir fou”
– La peur de ne plus jamais redescendre ou de ne plus se sentir normal

Quelle est la fréquence des bad trips ?

En ce qui concerne leur fréquence, Huber affirme, sur la base de ses découvertes, qu’elles sont rares.

“Je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations sur la fréquence des bad trips – une analyse de 2010 des études sur la psilocybine réalisées entre 1999 et 2008 a examiné les expériences de 110 patients. Les expériences négatives n’étaient pas courantes et semblaient dépendre de la dose – des doses plus élevées de psilocybine étaient associées à des taux plus élevés d’effets indésirables. Tous les effets indésirables à court terme ont été “gérés avec succès grâce à un soutien interpersonnel”.

Il est également intéressant de noter que les chercheurs des récents essais sur les psychédéliques n’ont pas tendance à signaler la survenue d’expériences négatives. Alan K. Davis, chercheur en psychédéliques de l’Université Johns Hopkins, souligne les principaux effets secondaires des psychédéliques observés dans les études sur la psilocybine. Il les note comme “une anxiété transitoire légère à modérée pendant les effets les plus intenses de la psilocybine”.

Dans un cadre clinique contrôlé, il semble que les bad trips soient peu probables. Elles sont plus susceptibles de se produire en dehors d’un tel cadre. Voilà qui démontre pourquoi l’automédication à base de psychédéliques peut être une démarche délicate. Cela illustre également pourquoi des thérapies à base de MDMA administrées par des professionnels qualifiés sont en augmentation.

De nombreux usagers jugent utiles les “bad trips”

Selon l’enquête susmentionnée de l’Université Johns-Hopkins, de nombreux sondés considéraient leur expérience négative comme bénéfique. Six répondants confrontés à des pensées suicidaires ont constaté que ces pensées avaient disparu après leur pire expérience.

La plupart des personnes interrogées ont déclaré que leur expérience difficile avait un “sens” ou “une valeur”. En outre, 34 % ont déclaré que leur expérience la plus difficile avec la psilocybine était l’une des cinq expériences les plus significatives de leur vie. Par ailleurs, 84 % des personnes interrogées ont déclaré avoir tiré avantage des aspects les plus difficiles de leur expérience. Enfin, 46 % ont déclaré qu’ils répéteraient leur expérience négative, et ce, malgré les difficultés rencontrées.

Roland Griffiths, qui a dirigé l’étude, ajoute la chose suivante :

“La découverte contre-intuitive qui montre que les expériences extrêmement difficiles peuvent parfois aussi être des expériences très significatives est cohérent avec ce que nous constatons dans nos études sur la psilocybine – la résolution d’une expérience difficile, parfois décrite comme une catharsis, se traduit souvent par une signification personnelle positive ou une signification spirituelle.”

Tout cela est intéressant à noter et montre qu’une expérience difficile peut se révéler positive pour certains.

Pourquoi une expérience difficile peut être précieuse

Les bad trips peuvent être utiles pour de nombreuses raisons. Comme l’explique Griffiths, ces expériences peuvent être cathartiques – elles peuvent faire ressortir des émotions et des sentiments négatifs qui sont souvent refoulés. C’est également la raison pour laquelle les psychédéliques utilisés pour lutter contre la dépression continuent de gagner en popularité, et pourquoi les psychédéliques réglementés ont donné des résultats prometteurs pour traiter d’autres problèmes de santé mentale.

Il arrive qu’une expérience difficile fasse ressurgir des problèmes psychologiques et personnels pendant et après l’expérience. Il peut s’agir notamment des phénomènes suivants :

– Traumatismes et abus subis dans le passé
– Image de soi négative, autocritique, faible estime de soi et sentiment d’inutilité
– Les erreurs que vous avez commises et qui ont eu un impact négatif sur vous-même ou sur les autres, que vous ne voulez pas répéter
– Vos peurs, inquiétudes et anxiétés les plus profondes
– Des thèmes existentiels comme la mort, l’isolement, l’insignifiance et la liberté
– Dépendances et habitudes négatives

Faire face à l’un de ces problèmes au cours d’une expérience psychédélique peut être difficile. Mais, comme il s’agit de questions importantes, beaucoup d’usagers acquièrent une nouvelle perspective en les affrontant. Le bad trip peut ensuite être considéré comme significatif, conduisant à une amélioration de la santé mentale.

Ce qu’un “bad trip” peut nous apprendre

Même les expériences les plus cauchemardesques peuvent être enrichissantes. Bien qu’elles soient effrayantes sur le moment, beaucoup d’usagers abordent l’expérience différemment par la suite. Cela permet de tirer des leçons sur la meilleure façon de gérer les expériences négatives ou intenses. En d’autres termes, les bad trips peuvent être une forme d’entraînement de votre cerveau pour vous aider à gérer les expériences désagréables de la vie.

Les expériences négatives peuvent vous enseigner une leçon précieuse sur le respect du pouvoir des psychédéliques. Et, grâce à la thérapie psychédélique, plus de personnes sont capables de contrôler leur expérience dans un environnement sûr.

Compte tenu de la valeur potentielle d’une expérience difficile, beaucoup de personnes préfèrent ne pas utiliser le terme “bad trip” du tout. Si une expérience psychédélique négative ou inconfortable peut être très significative, spirituelle et finalement positive, peut-on vraiment définir l’expérience comme mauvaise ? C’est pourquoi il est souvent plus juste de qualifier ce genre d’expérience de “stimulante” ou “difficile”. Comme la plupart des expériences difficiles dans la vie, une expérience psychédélique difficile a le potentiel de générer beaucoup de sens et de valeur.

 

Sam Woolfe est un écrivain indépendant basé à Londres. Ses principaux domaines d’intérêt sont la santé mentale, les expériences mystiques, l’histoire des psychédéliques et la philosophie des psychédéliques. Il a commencé à être fasciné par les psychédéliques après avoir lu la description de l’expérience de la mescaline par Aldous Huxley dans Les Portes de la perception. Depuis lors, il a mené des recherches et écrit sur les psychédéliques pour diverses organisations, couvrant la légalité des psychédéliques, la réforme de la politique des drogues et la science des psychédéliques.

 

_____________________________________________________________________________________

Article original : Sam Woolfe /healingmaps.com

shares