Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les Effets Neurologiques Surprenants Des Psychédéliques Sur Le Cerveau

La science s’intéressant désormais à l’étude des composés psychédéliques, nous sommes peut-être sur la bonne voie pour enfin les déstigmatiser.

S’agit-il de substances qui “font des trous dans le cerveau” ou de remèdes thérapeutiques capables d’élargir l’esprit et de traiter les troubles mentaux, les traumatismes et les addictions ?

Que se passe-t-il exactement dans votre cerveau, sur le plan neurologique, quand les molécules psychédéliques se mélangent à la chimie de votre corps ?

Approfondissons la question. Penchons-nous sur la science des psychédéliques, plus précisément sur leurs effets sur la biochimie et la neurologie du cerveau.

De quelles substances psychédéliques parlons-nous exactement ?

Dans cet article, nous examinons les effets de l’ayahuasca, de la DMT, du LSD et de la psilocybine. Dans cet article, nous faisons référence à ces substances sous le terme générique de “psychédéliques”.

Mais d’abord, passons brièvement en revue chacune de ces substances :

Ayahuasca – Une préparation psychédélique faite principalement à partir des feuilles de l’arbuste Psychotria viridis et des tiges de la vigne Banisteriopsis caapi. Le composé psychoactif qu’elle contient est connu sous le nom de N, N-diméthyltryptamine (DMT). Une fois ingérée, la DMT est généralement rapidement décomposée par des enzymes appelées monoamine-oxydases (MAO). La liane Banisteriopsis caapi contient de puissants inhibiteurs de MAO (MAOIs) appelés β-carbolines, qui permettent à la DMT dans l’ayahuasca de produire ses effets psychédéliques. Traditionnellement utilisé à des fins spirituelles par les tribus dans la région amazonienne.

DMT – La DMT, ou N, N-diméthyltryptamine, est une molécule psychoactive que l’on trouve dans de nombreuses espèces de plantes. Elle peut être combinée avec un (IMAO) et bue sous forme de thé ou fumée directement.

LSD – Psychédélique synthétique fabriqué à partir d’acide lysergique, que l’on trouve dans le champignon de l’ergot de seigle et d’autres céréales. Généralement fabriqué sous forme liquide, puis placé sur de petits morceaux de papier administrés par voie orale.

Psilocybine – Molécule Psychédélique que l’on trouve dans plus de 20 espèces différentes de champignons. Une fois ingérée, la psilocybine est transformée par le corps en psilocine, un composé psychoactif. Également connu sous le nom de “champignons magiques”.

Il nous reste beaucoup à découvrir sur les interactions complexes entre les psychédéliques et le cerveau. Voici ce que nous avons découvert jusqu’à présent grâce à la science.

1. L’activité du Réseau du mode par défaut est réduite ou “interrompue”.

En 2012, des tests effectués par le neuropsychopharmacologue anglais David Nutt ont révélé une réduction du flux sanguin vers le réseau de mode par défaut (MPD), dans le cerveau.

Les derniers tests de neuroimagerie ont conclu que l’activité neurale dans le réseau du mode par défaut était considérablement réduite sous l’effet des psychédéliques.

Qu’est-ce que le réseau en mode par défaut (DMN) ?

Le réseau du mode par défaut est un réseau de connexions qui jouent un rôle majeur dans le fonctionnement automatique (par défaut) de l’esprit au repos. Cela inclut des fonctions telles que le souvenir autobiographique, l’errance mentale et le traitement des informations relatives à soi-même. Comme son nom l’indique, il se met automatiquement en marche lorsque votre esprit se met à divaguer ou à penser au moi.

Lorsque l’attention est portée sur l’environnement extérieur, c’est-à-dire sur l’instant présent, le DMN est moins actif. Par conséquent, lorsque vous êtes “dans votre esprit”, votre DMN est actif et lorsque vous êtes “dans le moment présent”, sa fonction est réduite.

© CATHERINE DELPHIA

Le fonctionnement diminué du MPD sous les effets des psychédéliques ressemble à un cerveau en méditation. La méditation réduit également l’activité de la DMN. Le MPD est lié à la notion d'”ego” ou de “moi”. Cette diminution de l’activité neuronale conduit à un sentiment de dissociation avec soi-même et d'”unité”, de “plénitude” et de “connexion à tout ce qui existe”.

2. Diminution de l’activité au sein du thalamus

Dans une étude réalisée par le Dr. Carhart-Harris, l’imagerie cérébrale de sujets volontaires ayant reçu de la psilocybine a montré une diminution de l’activité du thalamus. La glande thalamus fonctionne comme une centrale de transmission, ou comme un gardien, des informations sensorielles. Elle est également impliquée dans des processus cérébraux complexes liés à la conscience, comme le sommeil et l’éveil. Le thalamus joue un rôle essentiel dans le traitement cortical en général pour les traitements cérébraux d’ordre supérieur.

Comme le thalamus agit comme un gardien, sa fonction atténuée permet un transfert d’informations plus libre et des changements de conscience, tels que des sensations de sommeil ou d’éveil.

3. Augmentation des connexions globales dans le cerveau

Parallèlement à une diminution de l’activité neuronale dans le MPD et dans le thalamus, les chercheurs ont constaté dans les études de neuroimagerie une augmentation de l’activité neuronale entre les réseaux cérébraux sous l’influence de composés psychédéliques.

Une étude, Homological scaffolds of brain functional networks, publiée le 6 décembre 2014, a étudié les effets de la psilocine, le composé psychoactif de la psilocybine, sur 15 sujets sains, chacun ayant été scanné à deux reprises.

“Le principe actif, la psilocybine, semble perturber complètement les réseaux de communication normaux du cerveau, en connectant “des régions du cerveau qui ne communiquent pas normalement entre elles”. Paul Expert, co-auteur de l’étude et physicien au King’s College de Londres. 

Le MPD, réseau de saillance (qui aide à identifier les informations pertinentes sur le plan comportemental) et le réseau frontopariétal, (impliqué dans le contrôle de l’attention et la conscience) montrent des liens renforcés les uns avec les autres.

– Le cerveau sous l’influence de la psilocybine : Visualisation de la connectivité entre les zones fonctionnelles du cerveau au repos avec un placebo, à gauche, et avec de la psilocybine, à droite. (Source : Petri et al. 2014)

La psilocybine semble relâcher les contraintes qui pèsent sur les fonctions cérébrales. Cela permet aux fonctions cérébrales de se manifester de manière plus souple et plus globale. L’organisation par défaut du cerveau se transforme en une connexion fonctionnelle intense et stable.

“Ces connexions fonctionnelles soutiennent des cycles particulièrement stables et ne sont présentes que dans l’état psychédélique. Cela implique en outre que le cerveau ne devient pas simplement un système aléatoire après l’injection de psilocybine, mais qu’il conserve certaines caractéristiques organisationnelles, bien que différentes de l’état normal.” – 

Les chercheurs ont observé davantage de connexions entre les neurones dans différentes zones du cerveau. Les effets étudiés se révèlent être similaires à ceux que l’on trouve dans le cerveau pendant la méditation.

Une étude sur le LSD révèle ses effets neurologiques sur le cerveau

Les chercheurs du Programme de recherche sur les psychédéliques, mis en place conjointement par la Fondation Beckley et l’Imperial College de Londres, ont publié leurs recherches sur les effets du LSD dans le cerveau. Les chercheurs ont utilisé la neuro-imagerie multimodale sur des sujets auxquels on avait injecté du LSD.

Cette étude met en lumière l’influence du LSD sur les réseaux de communication du cerveau, le flux sanguin et l’activité électrique en utilisant l’IRMf BOLD, le marquage du spin artériel et la magnétoencéphalographie (Carhart-Harris et al., 2016).

Comme dans l’étude sur la psilocybine, les chercheurs ont constaté que le LSD réduisait la communication dans le MPD et augmentait la communication globale entre les différentes régions du cerveau. Ils ont constaté que le niveau de communication le plus élevé se produisait dans les régions où la densité des récepteurs de la sérotonine 2A (5-HT2A) était la plus élevée, le LSD agissant comme un agoniste de ce type de récepteurs.

– Augmentation de la connectivité du cerveau après administration de LSD (à droite), comparée au placebo (à gauche)

“J’ai été fasciné de constater des similitudes entre le schéma de l’activité cérébrale dans un état sous l’influence de psychédélique et le schéma de l’activité cérébrale pendant l’état de rêve, d’autant plus que les deux impliquent les zones primitives du cerveau liées aux émotions et à la mémoire. La consommation de psilocybine est souvent décrite comme produisant un état de rêve et nos découvertes ont, pour la première fois, fourni une représentation physique de l’expérience dans le cerveau.” – Dr. Robin Carhart-Harris 

Comme l’activité du MPD diminue sous l’effet du LSD, la communication entre les réseaux cérébraux, qui sont normalement très séparés, s’en trouve considérablement intensifiée. Cela produit un modèle de connectivité plus intégré dans l’ensemble du cerveau, susceptible d’être associé à des modes de cognition plus fluides.

– Activité cérébrale sous l’effet de la psilocybine. Diminution de l’activité (en bleu) des régions du cerveau les plus avancées sur le plan de évolutionnaire et augmentation de l’activité (en orange) des zones de mémoire et des émotions

Les scanners cérébraux ont montré que l’ayahuasca augmentait l’activité neuronale dans le cortex visuel et le système limbique du cerveau tout en calmant le réseau du mode par défaut. Le système limbique est responsable du traitement des souvenirs et des émotions.

La recherche suggère que cette fonction cérébrale holistique et interconnectée joue un rôle clé dans les effets des psychédéliques. L’ampleur de cet effet est directement corrélée à la force de l’expérience subjective de la “dissolution de l’ego” et des sentiments d’unité.

Une diminution de l’activité du réseau du mode par défaut et du thalamus a-t-elle des effets néfastes sur mon cerveau ?

Une diminution de l’activité au sein du MPD ne présente pas d’effets néfastes pour votre cerveau. On observe les mêmes effets dans le cerveau dans un état de concentration, dans l’état de rêve ou en méditant.

Une augmentation de la connectivité des réseaux neuronaux nuit-elle à mon cerveau ou le surcharge-t-il ?

Lorsque la connectivité entre les zones du cerveau augmente, les études démontrent que le cerveau n’est ni sous pression ni perturbé.

“La communication a été réorganisée temporairement de façon spectaculaire, avec une grande amélioration de l’activité neuronale et de la communication. Les nouvelles connexions étaient parfaitement synchronisées dans l’espace et dans le temps. C’est presque comme si votre cerveau savait comment faire ces choses, par défaut, mais qu’il les avait oubliées.” – Simeon Keremedchiev

Votre cerveau n’est pas perturbé ou sous pression, mais fait ce qu’il fait naturellement.

“La psylocine ne perturbe pas vos récepteurs et ne leur inflige pas de dommages. … la molécule se lient à ces récepteurs. La molécule de Psylocine est une réplique exacte de la molécule de sérotonine que vous produisez vous-même. Elle ne provoque pas de dommages au niveau des récepteurs, ne présente pas de toxicité, n’endommage pas les tissus.” – Simon Keremedchiev 

4. Les psychédéliques stimulent la neuroplasticité, la croissance et la connexion des neurones

Sous l’effet des psychédéliques, à mesure que les fonctionnalités du MPD diminuent, le cerveau établit de nouvelles connexions pour transmettre le signal des pensées et des actions que vous avez. L’utilisation de ces nouvelles connexions conduit à de nouvelles façons de traiter les informations et les émotions. Cette réorganisation est connue sous le nom de neuroplasticité.

La neuroplasticité est la capacité du cerveau à évoluer continuellement tout au long de la vie d’un individu. Par exemple, l’activité cérébrale associée à une fonction donnée peut être transférée à un endroit différent du cerveau, la proportion de matière grise peut changer, et les synapses peuvent se renforcer ou s’affaiblir avec le temps.

Une étude réalisée par David. E Olson et son équipe ont montré que les psychédéliques sérotoninergiques augmentaient la neuroplasticité, y compris la neuritogenèse, la spinogenèse et la synaptogenèse.

“Quand nous avons fait pousser des neurones dans une boîte de Petri – ce qui n’est pas sans rappeler la culture d’une plante en pot – et que nous les avons nourris de composés psychédéliques, les neurones ont développé plus de branches dendritiques, plus d’épines dendritiques et plus de connexions avec les neurones voisins.” – David E. Olson 

Anatomie d’un neurone

Les psychédéliques favorisent la neuritogenèse, la spinogenèse et la synaptogenèse. Que se passe-t-il exactement ici ?

Neuritogenèse : La formation de nouveaux neurites (axones/dendrites) qui s’étendent à partir du corps cellulaire.

Spinogenèse : La formation de nouvelles épines dendritiques dans les neurones.

Synaptogénèse – La formation de synapses entre les neurones du système nerveux.
Il s’agit essentiellement d’une augmentation du nombre de dendrites, d’épines dendritiques et d’axones et de récepteurs (synapses) dans le cerveau.

Voici à quoi ressemble un neurone

Dans la partie principale de la cellule, appelée soma, se trouve le noyau contenant les composants typiques d’une cellule humaine. Ce qui distingue la cellule neuronale, ce sont ses petites branches qui servent à envoyer et à recevoir des informations – les axones et les dendrites.

Les axones transmettent principalement l’information de la cellule vers l’extérieur et les dendrites transmettent principalement l’information de l’extérieur vers le neurone.

Voici un gros plan des synapses qui servent à relayer l’information entre les neurones.

Les recherches indiquent que les psychédéliques favorisent la synaptogénèse en augmentant la densité, mais pas la taille des synapses. Les observations de tranches ex vivo ont révélé que la fréquence et l’amplitude des courants excitateurs postsynaptiques spontanés (EPSC) avaient augmenté à la suite d’un traitement avec de la DMT. Il est important de noter que la stimulation de la croissance neuronale par ces psychédéliques n’est pas nécessairement toujours une bonne chose. Des recherches supplémentaires doivent encore être menées sur la croissance des neurones provoquée par les psychédéliques. Les psychédéliques qui favorisent la neuroplasticité sont qualifiés de psychoplastogènes.

Qu’est-ce que les psychoplastogènes ?

Les psychoplastogènes sont des substances qui favorisent la plasticité structurelle rapide et la neuroplasticité du cerveau. Les recherches montrent que toutes ces molécules psychédéliques agissent en activant mTOR, une enzyme clé impliquée dans la croissance cellulaire.

Les psychédéliques sérotoninergiques, tels que la psilocybine, se lient aux récepteurs de la sérotonine 5-HT2A. Le récepteur 5-HT2A est le principal récepteur responsable des effets visionnaires des psychédéliques.

Une affinité de liaison plus élevée avec la 5-HT2A permet généralement de prédire des effets psychoplastogènes plus puissants.

Il faut garder à l’esprit que des niveaux plus élevés de mTOR (altération de la régulation) se sont également avérés présents dans le diabète, l’obésité, la dépression et certains cancers. Il ne s’agit pas de conclure que les psychoplastogènes provoquent ces effets, mais simplement que mTOR est une protéine clé impliquée dans la croissance cellulaire.

5. Aucune preuve d’un potentiel addictif

Contrairement aux substances stimulant la dopamine, dont il est démontré qu’elles créent une dépendance, les psychédéliques agissent principalement sur le système sérotoninergique. Il a été démontré que ce dernier présentait un potentiel d’accoutumance négligeable.

Un seul psychédélique, la kétamine, stimule le récepteur du glutamate NMDA, au lieu du récepteur de la sérotonine 5-HT2A, et s’avère avoir un potentiel de dépendance. L’ayahuasca en revanche, est utilisé pour traiter les dépendances à d’autres substances telles que la cocaïne, l’héroïne et l’alcool.

6. Psychédéliques et troubles de l’humeur

L’atrophie des neurones dans le cortex préfrontal (CPF) joue un rôle clé dans la physiopathologie de la dépression. Il a été démontré que les psychoplastogènes qui favorisent la croissance neurologique dans le CPF présentent un potentiel antidépresseur.

Les psychoplastogènes favorisent la croissance neurologique dans le cortex préfrontal (CPF). C’est la zone du cerveau impliquée dans l’expression et la gestion des émotions, l’expression de la personnalité, la planification, la prise de décision et les aptitudes sociales.

“La dépression, le trouble de stress post-traumatique (SSPT) et la dépendance partagent un circuit neuronal commun et présentent une comorbidité élevée.” – Arnsten, 2009, Russo et al., 2009, Peters et al., 2010, Russo et Nestler, 2013

Les changements structurels induits par les psychédéliques semblent résulter de la stimulation des voies de signalisation TrkB, mTOR et 5-HT2A et pourraient éventuellement expliquer l’efficacité clinique de ces composés.

“Comme la kétamine, les psychédéliques sérotoninergiques et les entactogènes ont démontré des effets antidépresseurs et anxiolytiques rapides et durables en clinique après une seule dose.” – Bouso et autres, 2008, Carhart-Harris et Goodwin, 2017, Grob et al, 2011, Mithoefer et autres, 2013, Mithoefer et al., 2016, Nichols et al., 2017, Sanches et al., 2016, Osório et autres, 2015

Les psychédéliques ont la capacité de guérir et de restructurer les traumatismes, d’élargir et de redéfinir votre perspective, ce qui vous permettra d’avoir de nouvelles idées et opinions. Ils ont aussi la capacité de générer biologiquement de nouveaux réseaux de neurones, conduisant à l’utilisation de nouvelles parties du cerveau de manière inédite.

Plusieurs études suggèrent que les psychédéliques sont capables d’augmenter le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF). Le rôle du BDNF dans la neuritogenèse et la spinogenèse est clairement établi. L’extinction de la réaction de peur peut être favorisée par l’augmentation des niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) dans le CPF.

Effets à court terme

Les effets à court terme des psychédéliques, se produisant pendant la durée de l’expérience, sont des sentiments d’unité, de connexion, d’amour, d’acceptation de soi, des sentiments d’illumination, de perte de soi, de perte du concept de temps, d’émerveillement et de transcendance et une compréhension spirituelle du monde.

Effets à long terme

– Ouverture à l’expérience et à une nouvelle perspective sur la vie
– La dépression et l’anxiété disparaissent au bout de 6 mois après une seule utilisation.
– Aucune preuve de potentiel addictif et capable de traiter les addictions.

“Un ensemble croissant de preuves suggère que les composés psychédéliques classiques tels que le LSD, la psilocybine et la DMT présent dans l’ayahuasca peuvent provoquer des changements durables dans les traits de personnalité, les attitudes et les croyances. En se concentrant plus spécifiquement sur la psilocybine, une seule dose élevée de ce composé naturel a été associée à des augmentations durables de l’ouverture au monde, du bien-être psychologique et de la satisfaction de vivre chez des volontaires en bonne santé et ce, 14 mois plus tard”.

Un groupe de chercheurs de l’université Johns Hopkins dirigé par Roland Griffiths a mené une étude pour évaluer les effets psychologiques immédiats et à long terme de l’expérience de la psilocybine, en utilisant une version modifiée du questionnaire sur l’expérience mystique et une procédure rigoureuse en double aveugle.

L’étude réalisée en 2006 a porté sur 40 personnes âgées de 40 à 45 ans. Leurs profils étaient ceux de l’adulte type avec des enfants, des diplômés de l’enseignement supérieur et des employés. 1 personne sur 3 a déclaré que la consommation de champignons avait été l’expérience la plus spirituelle de sa vie et figurait parmi les 5 expériences les plus significatives de sa vie.

 

_____________________________________________________________________________________
shares