Votre mot de passe vous sera envoyé.

Au cours des cinquante dernières années, l’humanité a fait ses timides premiers pas dans l’espace. Au départ, grâce à des missions d’astronautes américains et russes en orbite terrestre, puis sur la Lune, même si plus récemment des sondes robotisées se sont aventurées en dehors de notre système solaire.

Les cinquante prochaines années nous verront-elles commencer à plutôt explorer méthodiquement notre espace intérieur ?

C’est le projet du Dr. Andrew Gallimore, neurobiologiste computationnel, pharmacologue, chimiste et écrivain qui s’intéresse depuis de nombreuses années aux bases neuronales du fonctionnement des psychédéliques et qui a rédigé un certain nombre d’articles et de documents de recherche sur la puissante molécule psychédélique N,N-diméthyltryptamine (DMT) et ses effets sur le cerveau et la conscience.

La molécule de DMT est connue pour sa capacité à bouleverser notre perspective, nous propulsant presque instantanément de la réalité ordinaire de nos sens vers des mondes bizarres qui nous semblent pourtant bien réels. Mais ses effets sont également de très courte durée : ce psychédélique est parfois surnommé “le déjeuner de l’homme d’affaires”, car l’ensemble de l’expérience pourrait se dérouler pendant la pause déjeuner typique d’un cadre très occupé.

Ces dernières années, Gallimore a toutefois proposé une méthode pour maintenir les usagers dans “le monde de la DMT” pendant des périodes plus longues – de sorte que les psychonautes puissent passer plus de temps à étudier ce qui s’y passe – en utilisant une technologie similaire à celle utilisée pour l’anesthésie lors d’une opération chirurgicale.

Lors d’une récente conférence donnée à la Breaking Convention de 2019 (voir ci-dessous), il a expliqué à la fois la technologie et la raison pour laquelle il a eu cette idée.

Les propriétés de la DMT, les particularités pharmacologiques qu’elle présente, m’ont rappelé les caractéristiques pharmacologiques requises pour les médicaments utilisés en anesthésie. Si vous voulez endormir quelqu’un pendant plusieurs heures, ce que vous ne faites pas, c’est de lui donner une injection d’un médicament à action prolongée, parce que le médicament a tendance à monter puis à descendre dans ses effets et il est très difficile à contrôler.
Donc, ce que vous faites en réalité, c’est injecter une substance à courte durée d’action qui est métabolisée assez rapidement, et vous utilisez un dispositif de perfusion programmée… pour délivrer un débit contrôlé d’une perfusion continue de la molécule dans la circulation sanguine et dans le cerveau. Cela semble être une idée très simple, mais bien sûr, les idées simples ont souvent une science assez complexe derrière elles, et c’est le cas ici.

Gallimore a utilisé les données issues des études de Rick Strassman avec la DMT menées dans les années 1990 – qui ont permis d’enregistrer les taux de concentration de psychédéliques dans le sang après l’injection – pour calculer qu’un système de perfusion continue pourrait fonctionner en administrant une dose initiale de 25 mg de DMT (perfusée en 30 secondes) pour amener la personne à la “percée”, suivie d’une perfusion continue commençant au bout de 2 minutes, à une vitesse de 4,2 mg/min, pour compenser la perte de substance par la métabolisation et l’excrétion.

“Grâce à ce protocole appliqué sur être humain, on peut s’attendre à pouvoir le maintenir dans l’espace de la DMT aussi longtemps que l’on souhaite”, explique Gallimore.

(Pour ceux qui pourraient se demander, “ce type n’a-t-il pas entendu parler de l’ayahuasca ?” – Oui, Gallimore connaît bien l’infusion chamanique sud-américaine. Dans son exposé, il souligne que l’ayahuasca est une sorte d'”expérience prolongée de la DMT”, mais que le niveau de DMT pendant cette période n’est pas régulé et maintenu de façon constante – il n’y a jamais de concentration stable de DMT dans le cerveau. De plus, la concentration sanguine maximale moyenne de DMT après la consommation d’ayahuasca est d’environ 15-18 ng/ml, alors que la DMT par voie intraveineuse en utilisant cette méthode est supérieure à 100 ng/ml. L’ayahuasca n’est donc pas un substitut approprié).

Exploration de l’espace de la DMT

Quelle est donc la motivation de Gallimore pour créer une technologie permettant un état persistant dans l’espace de la DMT ? Il pense que l’expérience est si extraordinaire, et qu’elle nous propulse dans un “autre” espace ou une autre réalité, qu’il faut l’étudier en détail – mais une expérience avec la DMT ordinaire est bien trop rapide et trop intense pour cela.

Le cerveau est toujours en train de construire votre modèle de la réalité – et il a appris à construire votre modèle du monde au fil du temps.
Maintenant, c’est la raison pour laquelle vous êtes très désorienté durant les cinq premières minutes quand vous êtes propulsé dans l’espace de la DMT… Je m’attends à ce que cet état se stabilise au fil du temps, peut-être sur plusieurs heures, à mesure que le cerveau apprend à construire un modèle de cet environnement. Et cela rendrait alors l’état de conscience influencé par la DMT propice à une exploration et à des tests approfondis.
J’imagine des équipes de diverses disciplines – mathématiciens, anthropologues, psychologues, cartographes, linguistes, artistes, neuroscientifiques, médecins, théologiens – une variété de personnes pour former cette équipe d’exploration, le but étant de cartographier et d’explorer ce nouveau domaine.

Et dans un avenir lointain, Gallimore pense que la technologie nous permettra de passer des périodes vraiment prolongées dans le monde de la DMT, par le biais de capsules qui assureront la nutrition et l’élimination des déchets du corps humain pendant que l’esprit explorera cet autre monde étrange.

“J’imagine vraiment un moment où vous vous coucherez dans une sorte de capsule, et vous entrerez dans votre voyage, pour partir vers l’univers d’à côté”, raconte Gallimore.

Et, plaisante-t-il avec le public, peut-être que la vérité ultime sera révélée : “Vous pourriez mettre quelqu’un dans cette machine pendant des jours, des semaines, des mois ou des années… ou vous pourriez être dans une de ces capsules maintenant !”

Gallimore estime que cette technologie serait l’équivalent du développement de fusées pour emmener les astronautes explorer l’espace intersidéral – mais dans ce cas, elle emmènerait les psychonautes dans l’espace intérieur (ou n’importe où se trouve le monde de la DMT). Il cite le spécialiste soviétique des fusées Konstantin Tsiolkovsky : “La Terre est le berceau de l’humanité, mais les humains ne peuvent pas rester dans ce berceau pour toujours.

Et les premiers pas ont déjà été amorcés dans un cadre officiel et universitaire, au Centre de recherche psychédélique de l’Imperial College. Gallimore note également que la technologie fait partie intégrante du projet DMTx de Medicinal Mindfulness, qui “aborde la question sous un angle différent” (et recrute déjà des gens).

Vous pouvez en savoir plus sur les réflexions d’Andrew Gallimore sur les psychédéliques dans son récent livre Alien Information Theory : Psychedelic Drug Technologies and the Cosmic Game – voir cet article sur le site de Graham Hancock pour plus d’informations.

 

_____________________________________________________________________________________

Article original : Greg /dailygrail.com

shares