Votre mot de passe vous sera envoyé.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Biological Psychology nous éclaire sur les fondements neurophysiologiques de l’expérience psychédélique. L’étude fournit de nouveaux détails sur la façon dont la psilocybine – la molécule active des champignons “magiques” – modifie les schémas de communication entre les régions du cerveau.

“Les psychédéliques sont actuellement étudiés pour le traitement des troubles psychiatriques. On ignore encore toutefois comment ils modifient l’activité et la connectivité du cerveau pour déclencher leurs effets particuliers”, a expliqué l’auteure de l’étude, Katrin Preller, de l’Université de Zurich et de Yale.

“Nous avons donc mené une étude pour examiner les effets de la psilocybine dans le temps sur la connectivité cérébrale et l’association entre les changements de connectivité cérébrale et la pharmacologie des récepteurs”.

Dans l’étude, 23 participants humains en bonne santé ont passé une IRM du cerveau 20 minutes, 40 minutes et 70 minutes après avoir reçu soit de la psilocybine, soit un placebo. Les chercheurs ont observé une réduction de la connectivité entre les zones du cerveau impliquées dans la planification et la prise de décision, mais une augmentation de la connectivité entre les zones impliquées dans les sensations et les mouvements.

Preller et ses collègues ont mené une étude similaire sur le LSD, et ont obtenu des résultats “sensiblement identiques”.

“La psilocybine – similaire au LSD – a provoqué un schéma de connectivité cérébrale qui se caractérise par une synchronisation plus importante des régions sensorielles et une connectivité réduite du cortex associatif”, a-t-elle précisé à PsyPost.

“Un traitement sensoriel augmenté mais une intégration altérée de cette information sensorielle semble donc pouvoir expliquer l’état psychédélique et les symptômes causés par la psilocybine. En outre, ce schéma de changements de connectivité a été étroitement corrélé à l’expression spatiale des récepteurs de la sérotonine 5-HT2A et 5-HT1A – identifiant ces récepteurs comme déterminants dans les effets de la psilocybine”.

Une autre molécule appelée kétansérine, un antagoniste des récepteurs de la sérotonine 5-HT2A, a bloqué les effets de la psilocybine et du LSD, ce qui suggère que les changements de connectivité cérébrale provoqués par ces psychédéliques sont liés à la stimulation du récepteur de la sérotonine 2A.

“Dans cette étude, nous avons étudié différents moments depuis l’administration de la molécule jusqu’à la culmination subjective des effets. Les études futures doivent examiner comment la psilocybine affecte la connectivité cérébrale pendant une phase ultérieure”, a conclu Preller.

L’étude, “La psilocybine induit des changements dépendants du temps dans la connectivité fonctionnelle globale“, a été rédigée par Katrin H. Preller, Patricia Duerler, Joshua B. Burt, Jie Lisa Ji, Brendan Adkinson, Philipp Stämpfli, Erich Seifritz, Grega Repovs, John H. Krystal, John D. Murray, Alan Anticevic et Franz X. Vollenweider.

 

_____________________________________________________________________________________

Article original : Eric W. Dolan /psypost.org

shares