Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les personnes ayant récemment consommé des psychédéliques comme la psilocybine rapportent une amélioration durable de leur humeur et de leur proximité avec les autres une fois les effets de l’euphorie terminés, selon une nouvelle étude de l’Université de Yale publiée la semaine du 20 janvier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les résultats d’une étude sur le terrain menée auprès de plus de 1 200 personnes participant à des festivals artistiques et musicaux de plusieurs jours aux États-Unis et au Royaume-Uni confirment les recherches précédentes en laboratoire qui indiquaient que les substances psychédéliques renforçaient le lien social et amélioraient le bien-être mental, d’après les auteurs.

“Nos résultats montrent que les personnes qui consomment des substances psychédéliques ” dans la nature ” rapportent des expériences positives très similaires à celles observées dans des études contrôlées en laboratoire”, a déclaré Matthias Forstmann de l’Université de Yale, chercheur postdoctoral et auteur principal de l’article.

Molly Crockett, professeur adjoint de psychologie, et son équipe ont visité une demi-douzaine de festivals et ont interrogé les participants, qui n’étaient pas alors sous l’influence des psychédéliques, sur leurs récentes expériences sociales, leur humeur et leur consommation de substances. En les interrogeant, les chercheurs ont pu caractériser les effets psychologiques de la “rémanence” des expériences psychédéliques.

L’équipe a constaté que les personnes ayant récemment consommé des psychédéliques tels que le LSD et la psilocybine, plus communément appelés champignons magiques, étaient plus susceptibles de déclarer avoir vécu des “expériences transformatrices” si profondes qu’elles en sortaient radicalement transformées, notamment en ce qui concerne leurs valeurs morales. Les expériences transformatrices, à leur tour, étaient associées à des sentiments de lien social et d’humeur positive. Les effets les plus prononcés ont été signalés par les consommateurs de psychédéliques qui avaient pris ces substances au cours des dernières 24 heures.

Cette étude a montré que les personnes qui s’étaient abstenues de consommer, avaient bu de l’alcool ou pris des drogues telles que la cocaïne ou les opioïdes n’avaient pas signalé d’expériences transformatrices, de liens renforcés avec les autres ou d’humeur positive dans la même mesure.

Crockett a précisé que l’étude n’avait pas été conçue pour évaluer les réactions négatives qui ont été signalées lors de la consommation de drogues récréatives.

D’autres études sont nécessaires pour savoir quels facteurs environnementaux sont associés à des expériences psychédéliques positives ou négatives, a-t-elle déclaré. Mais les résultats s’ajoutent à un ensemble de preuves suggérant que les psychédéliques peuvent avoir un potentiel en tant que thérapie pour les troubles de l’humeur.

“Nous sommes encouragés de voir que notre étude est cohérente avec les résultats obtenus précédemment en laboratoire, qui montrent les bienfaits des psychédéliques sur l’humeur des personnes en bonne santé et des patients souffrant d’anxiété et de dépression”, a-t-elle conclu.

 

_____________________________________________________________________________________

Article original : Bill Hathaway /news.yale.edu

shares