Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les neuroscientifiques de l’Université Johns Hopkins ont découvert que la MDMA était capable de rouvrir une sorte de fenêtre, appelée “période critique”, où le cerveau est sensible à l’apprentissage de la notion de récompense dans les comportements sociaux. Les résultats, publiés le 3 avril dans la revue Nature, pourraient expliquer pourquoi la MDMA peut être utile dans le traitement des personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

La période critique a été décrite pour la première fois dans les années 1930 chez l’oie des neiges. Environ 24 heures après l’éclosion d’un oison, si la mère oie est introuvable, l’oison se lie à quelque chose, même un objet. Pourtant, si la mère oie disparaît 48 heures après l’éclosion de ses oisons, la période critique terminée, l’oison n’est plus capable de se lier à autre chose.

Il existe des preuves de périodes critiques qui facilitent le développement du langage, du toucher et de la vision.

Dans cette étude, la neuroscientifique Gül Dölen a déclaré : “Nous voulions savoir s’il y avait une période critique pour apprendre des comportements prosociaux, et si tel était le cas si nous pouvions la rouvrir en utilisant la MDMA car cette molécule est connue pour ses effets prosociaux”.

Dölen et son équipe ont étudié des groupes de souris dans des cages dotées de litières différentes. L’équipe a rassemblé plusieurs souris dans une cage avec un type de litière spécifique pendant 24 heures puis, au cours des 24 heures suivantes, a placé ces mêmes souris seules dans une autre cage avec un type de litière différent. Les souris ont commencé à associer certains types de litière à l’isolement ou à la compagnie. Ensuite, l’équipe a laissé les souris errer entre les compartiments avec les deux types de litière et ont enregistré le temps que les souris avaient passé dans chaque compartiment. Plus les souris passaient de temps dans la litière liée à leurs compagnons, plus l’apprentissage de la récompense sociale était important.

“C’est pourquoi les gens se rassemblent autour de la fontaine à eau”, explique Dölen, professeur adjoint de neurosciences à l’École de médecine de l’Université Johns Hopkins. On est conditionné pour savoir que la fontaine à eau est l’endroit idéal pour discuter avec ses compagnons.

Dans leurs expériences, Dölen et ses collègues ont constaté que la période critique pour l’apprentissage de comportements prosociaux chez la souris se situait autour de la puberté et qu’elle diminuait à mesure que la souris devenait adulte. Pour déterminer s’ils étaient en mesure de rouvrir la période critique, les scientifiques ont administré de la MDMA à des souris adultes, ont attendu 48 heures que la substance soit éliminée de leur organisme et ont observé comment les souris exploraient leur enclos et se comportaient avec les autres souris. Après le traitement à la MDMA, la plupart des souris ont réagi aux interactions sociales de la même manière que les juvéniles, en établissant une association positive entre les interactions sociales et la litière. Cet effet a duré au moins deux semaines après le traitement à la MDMA et n’a pas été observé chez des souris ayant reçu des injections de solution saline.

“Cela suggère que nous avons rouvert une période critique chez les souris, leur donnant la possibilité d’apprendre des comportements prosociaux à un moment où elles sont moins enclines à s’engager dans ces comportements”, a expliqué Dölen.

Dölen et Romain Nardou, chercheur postdoctoral et premier auteur de cette étude, ont également observé que la MDMA ne rouvrait la période critique chez les souris que si la substance leur était administré quand la souris se trouvait avec une autre souris, et non quand elle était seule. Cela suggère que la réouverture de la période critique en utilisant de la MDMA peut dépendre de la situation sociale des animaux, d’après les scientifiques.

Les souris ont conservé leur capacité à apprendre les bienfaits du comportement social pendant une période pouvant aller jusqu’à deux semaines après avoir reçu de la MDMA. Pendant ce temps, Dölen et ses collègues ont également découvert que le cerveau des souris réagissait à l’ocytocine, appelée “hormone de l’amour”, produite dans l’hypothalamus et agissant dans le cerveau comme un signal entre les neurones qui code l’information sur les bienfaits de la vie en société. Les scientifiques ont découvert ces réactions en examinant de plus près les synapses, ces espaces entre les cellules du cerveau appelés neurones. Leurs expériences ont montré que, chez des souris matures recevant de la MDMA, l’ocytocine déclenchait un signal dans les synapses qui code l’apprentissage et la mémoire, chose qui n’arrive généralement pas chez des souris adultes.

Dölen affirme que l’ouverture d’une fenêtre critique en matière de comportement prosocial peut également avoir des répercussions sur le traitement des troubles psychiatriques. Il est bien connu qu’un lien solide entre un psychothérapeute et son patient est crucial pour la réussite d’un traitement. Si la MDMA rouvre la période critique de l’apprentissage de comportements prosociaux chez l’humain de la même façon qu’elle le fait chez la souris, cela expliquerait peut-être pourquoi la MDMA a réussi à traiter des personnes souffrant du SSPT, en renforçant le lien entre le psychothérapeute et ses patients, par exemple.

La MDMA a été désignée par la Food and Drug Administration des États-Unis comme une “thérapie révolutionnaire” pour traiter le SSPT, ce qui signifie que l’agence va accélérer le développement et l’examen des essais cliniques pour la tester. Cependant, les chercheurs préviennent que la MDMA peut ne pas fonctionner pour traiter tous les troubles psychiatriques liés à des comportements sociaux.

“Au fur et à mesure que nous développons de nouvelles thérapies ou que nous déterminons quand les administrer, il est essentiel de connaître le mécanisme biologique sur lequel elles agissent”, a déclaré Dölen.

L’étude a été financée par la Kinship Foundation, la Hartwell Foundation, la Klingenstein-Simons Foundation, le National Institutes of Health (MH115177, 1R01NS075421), la New York Stem Cell Foundation-Robertson Award et le National Institutes of Health Director’s Pioneer Award (1DP1NS087724).

Outre Dölen et Nardou, les autres chercheurs qui ont contribué à l’étude sont Eastman M. Lewis et Rebecca Rothhaas de Johns Hopkins et Ran Xu, Aimei Yang et Edward Boyden du MIT.

 

_____________________________________________________________________________________
Article original : hopkinsmedicine.org
shares