Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le premier centre officiel de recherche psychédélique au monde sera inauguré aujourd’hui à l’Imperial College de Londres.

Financé par plus de 3 millions de livres sterling provenant de cinq donateurs fondateurs, le nouveau Imperial Centre for Psychedelic Research s’appuiera sur plus d’une décennie de travaux novateurs dans ce domaine menés à l’Impérial College de Londres, dont un essai clinique qui a lancé les démarches mondiales pour faire du traitement à la psilocybine un traitement homologué pour lutter contre la dépression. Le Centre examinera également le potentiel des psychédéliques pour le traitement d’autres affections, y compris l’anorexie.

Dirigé par le Dr. Robin Carhart-Harris, le Centre se concentrera sur deux thèmes de recherche principaux. L’utilisation des psychédéliques dans les soins de santé mentale et dans la recherche d’outils permettant d’explorer les fondements de la conscience dans le cerveau.

La thérapie psychédélique est très prometteuse pour le traitement de certaines maladies mentales très graves et pourrait un jour offrir un nouvel espoir aux personnes vulnérables ayant des options thérapeutiques limitées. – Dr Robin Carhart-Harris

Le nouveau centre sera situé sur le campus Hammersmith et partagera ses locaux avec l’Imperial College de Londres et l’Imperial College Healthcare NHS Trust.

Le Centre vise également à mettre sur pied une clinique de recherche qui pourrait aider à recueillir des données cliniques supplémentaires et devenir un prototype pour les établissements de soins psychédéliques du futur.

Le Dr. Robin Carhart-Harris, directeur du Centre for Psychedelic Research, a déclaré : “Ce nouveau centre représente un tournant décisif pour la science psychédélique, comme un symbole de sa reconnaissance par le grand public. Les psychédéliques devraient avoir un impact majeur sur les neurosciences et la psychiatrie dans les années à venir. C’est un tel privilège d’être à l’avant-garde d’un des domaines les plus passionnants de la science médicale. Je suis extrêmement reconnaissant aux donateurs qui ont rendu tout cela possible.”

Le Dr Carhart-Harris ajoute : “Il faudra peut-être quelques années pour que la thérapie psychédélique soit disponible pour les patients, mais la recherche jusqu’à présent a été très encourageante. Les premières recherches cliniques ont montré que la thérapie psychédélique, lorsqu’elle est administrée de façon sécurisée et professionnelle, est très prometteuse pour traiter certaines maladies mentales très graves et pourrait un jour offrir un nouvel espoir aux personnes vulnérables ayant des options thérapeutiques limitées”.

Des recherches pionnières

Au cours de la dernière décennie, un certain nombre de groupes de recherche en Europe et dans les Amériques ont mené des études sur la sûreté et l’efficacité des psychédéliques dans le traitement de maladies comme la dépression et le syndrome de stress post traumatique (SSPT), mais le nouveau Centre est le premier à acquérir ce niveau d’envergure au sein d’un établissement universitaire important.

Le Psychedelic Research Group de l’Imperial College de Londres a été le premier au monde à étudier les effets du LSD sur le cerveau à l’aide de l’imagerie cérébrale moderne et le premier à étudier la psilocybine – le composé actif des champignons magiques – pour traiter la dépression grave. Ces études ont jeté les bases d’essais de plus grande envergure qui se déroulent actuellement dans le monde entier.

Dr. Robin Carhart-Harris

Parmi les autres travaux pionniers du groupe, mentionnons les avancées de la recherche en neuroimagerie avec la psilocybine, la MDMA et la DMT (les composés psychoactifs présents dans l’ecstasy et l’Ayahuasca respectivement).

Plus tôt cette année, le groupe a entrepris un nouvel essai comparant directement le traitement par la psilocybine à un antidépresseur conventionnel chez des patients souffrant de dépression – une étude pour laquelle il y a encore besoin de volontaires. Sur cette base, ils prévoient également de commencer une nouvelle étude l’an prochain afin d’explorer la sûreté et la viabilité de la psilocybine pour traiter les patients atteints d’anorexie.

Le professeur Paul Matthews, chef de la Division des sciences du cerveau à l’Imperial College, a déclaré : “Ce nouveau centre démontre l’engagement réel des donateurs et de l’Université pour mener à bien une enquête rigoureuse sur ce qui a été, jusqu’à récemment, un secteur marginal de la science médicale. Grâce à cet aspect et à d’autres aspects de notre recherche en neuropharmacologie de pointe à l’échelle internationale, nous serons peut-être un jour en mesure de mieux nous attaquer aux problèmes de santé mentale graves et généralisés qui peuvent dévaster la vie de nombreuses personnes et pour lesquelles il existe actuellement peu de traitements efficaces”.

Pour plus de détails sur l’essai clinique en cours sur la dépression résistante au traitement, contactez Ashleigh Murphy : ashleigh.murphy@imperial.ac.uk et visitez la page Web de l’équipe pour plus de détails.

L’essai actuellement mené à l’Imperial College sur la ‘Psilocybine pour traiter la dépression majeure’ est un essai comparatif randomisé dans le traitement du trouble dépressif majeur. Les chercheurs utilisent l’IRMf pour comparer les mécanismes de traitement de six semaines d’escitalopram (antidépresseur ISRS) avec deux doses de psilocybine. L’essai a débuté en janvier 2019 et l’équipe continue de recruter des participants. Pour plus de détails, visitez la page web du groupe de recherche psychédélique.

L’essai en cours sur la psilocybine est réalisé avec le soutien financier du Alexander Mosley Charitable Trust.

 

_____________________________________________________________________________________
shares