La Terre Est Aussi Vivante Que Vous

0
52
views

Par le passé, les scientifiques ont ridiculisé l’idée d’une planète vivante. Ce temps est révolu.

Chaque année, les quelque 400 milliards d’arbres de la forêt amazonienne et toutes les créatures qui en dépendent sont arrosés par plus de deux mètres de pluie, soit quatre fois les précipitations annuelles enregistrées à Londres. Ce déluge est dû en partie à un aléa géographique. Le soleil équatorial intense accélère l’évaporation de l’eau de la mer et de la terre vers le ciel, les vents apportent l’humidité des océans et les montagnes environnantes forcent l’air entrant à monter, se refroidir et se condenser. Les forêts tropicales se trouvent là où il pleut.

Mais ce n’est que la moitié de l’histoire. La vie en Amazonie ne reçoit pas seulement la pluie, elle l’appelle. Toute cette végétation luxuriante libère 20 milliards de tonnes de vapeur d’eau dans le ciel chaque jour. Les arbres saturent l’air de composés gazeux et de sels. Les champignons exhalent des panaches de spores. Le vent balaie les bactéries, le pollen, les fragments de feuilles et les fragments de coquilles d’insectes dans l’atmosphère. L’haleine humide de la forêt, parsemée de microbes et de résidus organiques, crée des conditions idéales pour la pluie. Avec tant d’eau dans l’air et tant de particules minuscules sur lesquelles l’eau peut se condenser, des nuages de pluie se forment rapidement.

Cependant, l’Amazonie subvient à bien plus que ses propres besoins. Les forêts sont des pompes vitales du système circulatoire terrestre. Toute l’eau qui jaillit de l’Amazone forme une énorme rivière volante, qui apporte des précipitations aux fermes et aux villes d’Amérique du Sud. Certains scientifiques ont conclu qu’en raison des effets des retombées atmosphériques à grande distance, l’Amazonie contribue aux précipitations dans des endroits aussi éloignés que le Canada.

Le rituel de la pluie en Amazonie n’est que l’une des nombreuses et étonnantes façons dont les êtres vivants transforment leur environnement et la planète dans son ensemble. Une grande partie de cette écologie n’a été découverte ou comprise que récemment. Nous avons maintenant des preuves convaincantes que les microbes sont impliqués dans de nombreux processus géologiques. Certains scientifiques pensent que les microbes ont joué un rôle dans la formation des continents.

Les arbres, les algues et autres organismes photosynthétiques produisent la plus grande partie de l’oxygène respirable du monde, ce qui aide à maintenir cet oxygène à un niveau suffisamment élevé pour soutenir une vie complexe, mais pas au point d’enflammer la Terre à la moindre étincelle. Le plancton océanique provoque des cycles chimiques dont dépendent toutes les autres formes de vie, il émet des gaz qui augmentent la couverture nuageuse et modifient le climat mondial. Les algues, les récifs coralliens et les mollusques et crustacés stockent d’énormes quantités de carbone, équilibrent la chimie de l’océan et défendent les rivages contre les conditions météorologiques extrêmes. Et des animaux aussi divers que les éléphants, les chiens de prairie et les termites reconstruisent continuellement la croûte terrestre, modifiant les flux d’eau, d’air et de nutriments, ainsi améliorant les conditions d’existence de millions d’espèces.

Les humains sont l’exemple le plus extrême d’une créature transformant la Terre. En rejetant des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, nous avons radicalement modifié la réaction de la planète au rayonnement solaire, faisant grimper les températures mondiales, élevant le niveau des mers et intensifiant les tempêtes.

L’un des nombreux obstacles à la prise en compte du réchauffement climatique est l’idée obstinée que les humains ne sont pas assez puissants pour affecter la planète entière. “Je n’y crois pas“, a déclaré Trump en réponse à l’un des rapports de son administration sur les changements climatiques provoqués par l’homme. En vérité, nous sommes loin d’être les seules créatures à posséder un tel pouvoir, et nous ne sommes pas non plus la première espèce à dévaster l’écosystème mondial. L’histoire de la vie sur Terre est l’histoire de la vie qui refait la Terre.

Face à cette abondance de preuves, il est temps de faire revivre une idée qui était jadis complètement ridiculisée : l’hypothèse de Gaïa. Imaginée par le chimiste britannique James Lovelock au début des années 1970 et développée plus tard en collaboration avec la biologiste américaine Lynn Margulis, l’hypothèse Gaïa propose que tous les éléments vivants et non vivants de la Terre sont “les parties et partenaires d’un vaste être qui dans son ensemble a le pouvoir de maintenir notre planète comme un milieu confortable et adapté pour la vie”.

Bien que cette idée audacieuse ait trouvé un écho enthousiaste auprès du grand public, de nombreux scientifiques l’ont critiquée et ridiculisée. “Je préférerais que l’hypothèse de Gaïa se limite aux kiosques de gares, son habitat naturel, plutôt que de polluer des ouvrages de recherche sérieux”, écrivait en 1987 le biologiste évolutionnaire Graham Bell. Le microbiologiste John Postgate était particulièrement véhément : “Gaïa, la Grande Mère de la Terre ! L’organisme planétaire !” écrivait-il dans le New Scientist. “Suis-je le seul biologiste à souffrir d’un vilain tic, d’un sentiment d’irréalité, quand les médias m’invitent encore une fois à la prendre au sérieux ?”

Avec le temps, cependant, l’opposition scientifique à Gaïa s’est estompée. Dans ses premiers écrits, le Dr. Lovelock accordait parfois trop d’importance à Gaïa, ce qui encourageait la perception erronée que la Terre vivante aspirait à un état optimal. Mais l’essence de son hypothèse – l’idée que la vie transforme et, dans de nombreux cas, régule la planète – s’est révélée prévisible et profondément vraie. Nous et toutes les créatures vivantes ne sommes pas seulement des habitants de la Terre, nous sommes la Terre – une excroissance de sa structure physique et un moteur de ses cycles globaux. Bien que certains scientifiques reculent encore devant la mention de Gaïa, ces vérités font maintenant partie de la science dominante.

“Il est définitivement temps de revisiter Gaïa”, a déclaré Adam Frank, astrophysicien à l’Université de Rochester. Certains scientifiques s’accordent même à dire que la planète est, dans un sens très significatif, vivante. “La vie n’est pas quelque chose qui s’est passé sur Terre, mais quelque chose qui est arrivé à la Terre”, a déclaré David Grinspoon, astrobiologiste à l’Institut des Sciences Planétaires. “Il y a cette rétroaction entre les parties vivantes et non vivantes de la planète qui la rend très différente de ce qu’elle aurait été autrement.” Comme l’a écrit le Dr. Margulis, “la Terre, au sens biologique du terme, a un corps soutenu par des processus physiologiques complexes. La vie est un phénomène planétaire et la surface de la Terre est vivante depuis au moins 3 milliards d’années.”

Ceux dont les cheveux se hérissent sur la tête à la notion de planète vivante diront que la Terre ne peut être vivante parce qu’elle ne mange pas, ne se reproduit pas et n’évolue pas. Pourtant, la science n’a jamais établi une définition précise et universellement acceptée de la vie, seulement une longue liste de ses qualités. Comme beaucoup d’êtres vivants, la Terre a une structure hautement organisée, une membrane et des rythmes quotidiens. Elle consomme, emmagasine et transforme l’énergie. Et si des microbes accrochés à des astéroïdes ou des humains qui se déplacent dans l’espace colonisent d’autres mondes, qui peut dire que les planètes ne sont pas capables de procréer ?

Si la Terre respire, transpire et tremble – si elle donne naissance à des milliards d’organismes qui dévorent, transforment et renouvellent sans cesse son air, son eau et sa roche – et si ces êtres et leur environnement physique évoluent en tandem, pourquoi ne pas penser que notre planète est vivante ?

Les humains sont le cerveau – la conscience – de la planète. Nous sommes la Terre consciente d’elle-même. De ce point de vue, notre responsabilité écologique est on ne peut plus claire. En émettant des gaz à effet de serre, nous n’avons pas seulement changé le climat ; nous avons gravement endommagé une forme de vie planétaire et gravement perturbé ses rythmes biologiques. Aucun autre membre de cette assemblée vivante ne bénéficie de notre perspective privilégiée. Personne d’autre ne peut voir les nerfs et les vaisseaux de notre corps planétaire. Nous seuls pouvons choisir d’aider à maintenir la Terre en vie.

L’héritage de Gaïa peut nous aider à honorer cette responsabilité. Nous pouvons apprendre à reconnaître et à amplifier les processus inné de stabilisation du climat de la planète. La Terre a ses propres méthodes de stockage du carbone : une chaîne complexe de réactions chimiques impliquant des plantes, du plancton et des mollusques et crustacés peut bloquer le carbone atmosphérique dans le calcaire. En plus de réduire les émissions de carbone, de nombreux scientifiques spécialistes du système terrestre pensent que nous devrions étudier comment augmenter cette séquestration naturelle.

Ces dernières années, la forêt amazonienne a connu des sécheresses inhabituellement intenses et fréquentes, que certains scientifiques ont associées à la déforestation et aux feux de forêt. Il serait facile de compartimenter ces changements écologiques en tragédies locales, mais ce détachement est une illusion.

Vu à travers le regard de Gaïa, le sort de l’Amazonie représente le drainage de nos veines et de nos artères communes. Nous devons apprendre à ressentir sa soif viscéralement. “Nous faisons partie de cette Terre et nous ne pouvons donc pas considérer nos affaires de manière isolée”, a écrit le Dr. Lovelock. “Nous sommes tellement liés à la Terre que ses frissons ou ses fièvres sont aussi nos frissons et nos fièvres.”

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here