Votre mot de passe vous sera envoyé.

La campagne menée pour légaliser le LSD en Grande-Bretagne s’accélère. Le moteur de ce mouvement est une comtesse anglaise pour qui le lobbying – et l’expérimentation – a été l’œuvre de toute une vie.

Si vous fermiez les yeux pour imaginer le siège officiel d’une campagne visant à légaliser et à autoriser les psychédéliques, qui dure depuis 50 années, vous risqueriez bien de voir le “Brainblood Hall”. Le pavillon de chasse de style Tudor, entouré de trois douves concentriques et de topiaires en buis apparaît, à l’approche de son chemin sinueux par un après-midi d’hiver, prêt à murmurer toutes sortes d’histoires curieuses. Et il y a le choix. Le Prince Noir chassait autrefois depuis une maison sur ce site. Lewis Carroll a imaginé le paysage d’échiquier d’Alice de l’Autre Côté du Miroir à partir des landes aquatiques de l’Oxfordshire qui s’étendent dans toutes les directions. Et Aldous Huxley y a écrit son premier roman, Crome Yellow, après avoir pris le thé avec Lady Ottoline Morrell en 1921.

Amanda Feilding, qui a grandi ici et est revenue vivre dans le manoir après la mort de ses parents, est l’héritière naturelle de toutes ces histoires. C’est une femme de 76 ans au regard vif, oratrice pleine d’entrain et à l’écoute attentive, avec cette habitude aristocratique bien ancrée de faire passer l’excentricité sauvage et torride pour une routine mondaine. Depuis un demi-siècle, elle mène une campagne inlassable – et surtout frustrante – pour assouplir l’interdiction de la recherche sur les composés psychédéliques, notamment le LSD. Ce qui semblait longtemps une quête désespérée, une bataille d’une seule femme contre l’artillerie massive de la “guerre contre la drogue”, a récemment commencé à tourner en sa faveur. Le New Scientist l’a récemment surnommé la “Reine de la Conscience”. J’ai pris des dispositions pour la rencontrer et lui parler de la façon dont son demi-siècle de lobbying semble enfin porter ses fruits.

Il n’est pas du tout simple de trouver Beckley Park (Feilding l’a surnommé Brainblood Hall dans les années 1960). Les coordonnées que j’ai entré dans le GPS m’emmène d’abord dans un champ de tir du ministère de la Défense. Les indications de la propriétaire du pub local mènent au parking du club de golf. Au moment où je finis par localiser la piste non balisée d’un kilomètre de long, le soleil rasant perd son éclat sur les murs rouges de l’ancien pavillon, lui conférant une ambiance hors du temps.

Feilding, qui jouit également des titres de comtesse de Wemyss et de March, et du titre de Lady Neidpath, de par son mari, Jamie Charteris, a transformé une de ses dépendances en centre névralgique du lobbying, sur deux étages, où sont situés les bureaux de l’agence. En bas, son équipe de cinq chercheurs et stagiaires sont devant les écrans. À l’étage, dans un loft lumineux, nous nous asseyons autour d’une tasse de thé pendant qu’elle me parle de la dernière pile de données et de documents de recherche et des scans IRMf du cerveau aux couleurs vives – celui-ci sur le LSD, pas celui-là.

Feilding a commencé sa campagne sur sa table de cuisine vers la fin des années 1960. Mais au bout d’un moment, elle s’est dit : “Eh bien, je ne peux pas essayer de changer la politique mondiale en matière de drogue et en même temps faire de la recherche scientifique à moi toute seule. Je dois devenir une fondation.” Elle a eu, dit-elle, de la chance ou de l’ingéniosité en faisant appel à des scientifiques sérieux pour la soutenir. Son premier allié fut Albert Hofmann, le chimiste suisse qui a vécu, en 1943, la première expérience avec du LSD après s’être accidentellement administré le composé qu’il analysait pour guérir la migraine. Il a été rejoint au conseil consultatif de la Beckley Foundation par d’autres personnalités, dont le professeur Colin Blakemore, directeur du Oxford University Centre for Cognitive Neuroscience, et son homologue de Cambridge, le professeur Trevor Robbins.

Au cours des dernières années, depuis que les contrôles sur l’expérimentation avec les psychédéliques se sont assouplies, la Fondation Beckley a parrainé des programmes de recherche à l’Imperial College de Londres pour étudier les effets du LSD sur le cerveau, notamment dans le traitement de la dépression. Ces études font partie de la science qui commence à suggérer que les psychédéliques pourraient avoir un rôle à jouer dans le traitement de la dépendance à l’alcool, de la maladie d’Alzheimer en passant par le syndrome de stress post-traumatique. Une étude financée par Beckley et réalisée à l’Université Johns Hopkins en 2016 a fait les grands titres de la presse en 2016, détaillant les effets positifs de la psilocybine, la substance active des champignons magiques, pour combattre la dépression chez les patients atteints de maladies incurables.

Cette étude a été le point de départ d’une enquête menée par Michael Pollan, l’auteur influent du New York Times, dans son livre How to Change Your Mind : The New Science of Psychedelics, qui était en tête de liste des meilleures ventes l’an dernier. Toute sa vie d’adulte, Feilding a soutenu les nombreuses conclusions de Pollan : “Nous avons été coincés avec les ISRS [comme le Prozac ou le Zoloft] comme seul outil pour traiter la dépression et entre-temps il y a eu une épidémie de maladie mentale”. Feilding n’a pas encore prouvé que le LSD à doses contrôlées avait la capacité de “pénétrer profondément dans le cerveau et de réinitialiser “le désir d’aller mieux” – un peu comme si on secouait une boule à neige”. Elle a commencé à prendre des microdoses à l’âge de 20 ans. “On appelait ça une psychovitamine”, explique-t-elle. “Cela vous rend plus vivant, vous appréciez davantage vos pensées. Vous pouvez trouver votre flow.”

Depuis que le président Nixon a interdit le LSD à la suite des procès de Charles Manson, cette interdiction est inscrite dans le Controlled Substances Act de 1970 et il a été pratiquement impossible pour les pharmacologues de s’intéresser à la “substance miracle” de Hofmann. Une des raisons pour lesquelles Feilding a été en mesure de se maintenir hors de l’eau au cours de ces années, cependant, est simplement qu’elle a existé en dehors du monde académique. Elle n’a pas de diplôme universitaire. Il serait toutefois juste de dire que sa crédibilité en tant que militante n’a pas toujours été rehaussée par son histoire riche d’expériences personnelles d’auto-expérimentation. Cette situation a atteint son paroxysme en 1970, lorsque Feilding était fasciné par l’ancienne pratique de la trépanation, le perçage d’un trou dans le crâne, et dans la conviction qu’elle allait élargir la conscience et réduire la névrose (une pratique qui, il va sans dire, n’a aucun soutien dans la profession médicale). Suivant l’exemple de son ancien amant et mentor Bart Huges, un naturaliste néerlandais avec qui elle a d’abord expérimenté le LSD, Feilding a soigneusement percé un trou dans son propre crâne à l’aide d’une perceuse dentaire.

Amanda Feilding dans le “Brainblood Hall”, sa maison de styleTudor est le centre nerveux de son groupe de réflexion, la Fondation Beckley. Photographie : Karen Robinson/The Observer

Elle a réalisé un film artistique sur le processus, conçu pour être montré aux curieux (des clips quelque peu horribles dont on peut découvrir des extraits sur internet). Le film ne l’a pas poussée à s’intéresser à la science mainstream, mais cette expérience n’était pas nouvelle.

“C’est drôle, quand nous étions enfants ici, nous étions toujours si loin de la société”, explique-t-elle avec joie. “Mes parents n’avaient pas d’argent pour le chauffage, l’essence, les jouets, l’uniforme scolaire ou autre. J’ai toujours été très isolé. Devenir un paria ne m’a donc pas beaucoup aidé. Et j’ai toujours eu d’autres parias pour me tenir compagnie.”

Cette rébellion est héritée de son père, dont la mère était une amie de Nietzsche et de “tout ces gens en Europe”. Il avait l’habitude de tailler ses haies la nuit, à la torche et à la chandelle, parce qu’il estimait que le jour devait être réservé à la création artistique – il était un peintre qui ne se faisait pas vraiment d’illusion. Feilding traînait avec lui à toute heure du jour et de la nuit. Il lui a lu les Sept Piliers de la Sagesse quand elle avait six ans.

Sa mère était potentiellement moins indulgente, étant une catholique passionnée qui croyait que sa fille devait vivre à la maison jusqu’à son mariage. “Je dois dire que je l’admirais quand elle était plus vieille”, confie Feilding, avec sa vivacité caractéristique. “J’étais là, droguée, trépanée, célibataire, avec deux fils – des bâtards, comme elle aurait pu les considérer- et ça ne la dérangeait absolument pas.”

Avant que la lumière ne s’éteigne, Feilding insiste sur le fait que nous avons une promenade à faire sur le terrain, où les graines de sa curiosité ont été semées. Parmi les haies et les étangs anciens, elle montre le monticule et la souche d’arbre qu’elle croyait abriter un dieu privé ; son jeu, à cinq ou six ans, était de trouver des moyens de faire rire ce dieu, ce genre d’expérience orgasmique que beaucoup de jeunes enfants, je crois, vivent mais oublient par la suite”.

Feilding n’a pas oublié. Elle voulait ensuite, dit-elle, recréer cette intensité enfantine de l’expérience. Elle a découvert le cannabis à l’âge de 16 ans et a quitté l’école de son couvent lorsqu’elle a gagné le prix scientifique et que les religieuses ont refusé de lui remettre en cadeau le livre de son choix sur le bouddhisme. Elle décida de poursuivre ses études en allant à la recherche de son parrain, un homme nommé Bertie Moore, qui avait été “un chasseur d’espions pendant la guerre” et qui vivait maintenant comme moine bouddhiste au Sri Lanka. Feilding, avec 25£ en poche, est parvenue jusqu’à la frontière syrienne, où elle a vécu (bien sûr) quelque temps avec les Bédouins avant de retourner étudier la religion comparée avec un professeur à Oxford et les Beaux Arts à l’école Slade de Londres.

Sa première expérience avec le LSD a presque été sa dernière. Une connaissance a ajouté au café qu’elle buvait une dose massive de LSD et elle a passé trois mois à se remettre de la “blessure psychique” dans une petite cabane au bout du jardin qu’elle désigne du doigt. Elle a finalement été persuadée de sortir de la hutte pour aller à une fête à laquelle Ravi Shankar jouait, à Londres. C’est là qu’elle a rencontré Huges, qui n’était pas rentré depuis longtemps d’Ibiza, où il avait fabriqué son propre LSD. Il avait été, selon elle, le meilleur étudiant en médecine des Pays-Bas.

“Puis”, dit-elle, “il a appelé sa fille Marijuana, et s’est fait une trépanation, et inévitablement, ils l’ont laissé tomber dans ses examens.”

Le lendemain de leur rencontre, Huges l’a suivie jusqu’ici et ils ont commencé leur relation psychédélique. Alors que Feilding m’explique cette vie antérieure, au travers de nombreuses digressions, s’inquiétant de savoir si elle n’en disait pas trop, elle me conduit à travers le jardin dans le crépuscule, sur des pierres bien foulés, me montrant un étang qu’elle a creusé “en s’appuyant sur des géométries sacrées”, avec une colonnade à moitié immergée, comme les vestiges d’une civilisation oubliée.

Dans le crépuscule, il est difficile de la distinguer de son habitat; elle dit qu’elle considère la maison comme une partie de son âme. Elle craignait de devoir la vendre à la mort de ses parents. La maison est mise en vente et Drue Heinz, l’héritière des fèves au lard, a manifesté son intérêt. Feilding a finalement réussi à la garder en laissant ses deux jeunes fils se cacher dans les bois avec des fusils à air comprimé pour effrayer les acheteurs potentiels et en bluffant avec la banque, explique-t-elle en plaisantant à moitié.

Son désir de rester a été imprégné par les expériences qu’elle a vécues ici avec Huges. Sa philosophie sectaire, qu’elle absorbait avec enthousiasme, ainsi que ses drogues, était basée sur l’idée qu’en évoluant pour se tenir debout, les êtres humains avaient perdu une partie du volume vital de sang dans leur cerveau. L’un des résultats, selon Huges, apparemment convaincant, était que l’ego en était venu à dominer des connexions plus vitales avec le monde extérieur. L’hypothèse générale était que le LSD, par son action sur les capillaires sanguins, rétablissait cette connexion, inondant les sens et nous permettant de faire l’expérience du monde comme le ferait un nouveau-né. Pour contrôler ces expériences, Feilding a découvert, en se souvenant des effondrements hypoglycémiques de son père diabétique, que la clé du contrôle était de maintenir un taux de sucre élevé dans le sang car la substance épuisait l’énergie de l’organisme.

À un moment donné de ces expériences, Huges a fait l’erreur d’expliquer sa thèse à un journaliste. Quelques nuits plus tard, raconte Feilding, on frappa à la porte de son appartement londonien et deux hommes costauds (“du ministère de l’Intérieur ou d’ailleurs”) conseillèrent à Huges de retourner dans sa Hollande natale. Selon Feilding, il n’a pas pu retourner au Royaume-Uni pendant 25 ans.

Alors qu’elle termine cette histoire, Feilding me conduit dans la maison principale, avec ses murs lambrissés, ses immenses cheminées en pierre et ses tapis et tapisseries ottomans. Elle descend un crâne de la cheminée et me montre ses nombreux trous de trépanation. Le crâne, insiste-t-elle, a été retrouvé sur la tombe d’un chef irlandais datant de 700 av. J.-C.; c’est le point de départ d’une brève histoire de crânes percés dans les cultures anciennes en Allemagne, en Inde et en Amérique centrale. Selon elle, cette pratique n’était pas tout à fait conforme à la sagesse anthropologique admise – le plus souvent associée au clergé, à ceux qui ont accès aux meilleurs substances. “Ceux qui ont des trous dans la tête sont devenus les chamanes.”

Et qu’en est-il de sa propre expérience avec la perceuse du dentiste. A t-elle changé sa vie ?

“Je n’irais pas aussi loin”, confie-t-elle. Elle se souvient d’un terrible voyage au retour d’Amsterdam dans les années 1970, où elle était allée voir Huges et avait pris de la strychnine au lieu de la mescaline et avait failli mourir. Lorsqu’elle arriva à Londres, Joey Mellon, son compagnon de voyage avec Huges, puis le père de ses fils, essayait et échouait à faire un trou dans son crâne avec cet “ancien trépan à main”. Était-ce un moment, je me demande, où elle avait l’impression que leurs expériences allaient trop loin ?

“J’ai plutôt pris ça comme un leçon sur la façon de ne pas trépaner”, raconte-t-elle. “Quand je l’ai fait moi-même, j’ai été très prudente, je m’entraînais depuis longtemps.”

Elle a perdu le film de l’opération pendant un moment, mais l’a redécouvert. Je me demande ce que ça fait de le regarder maintenant ?

“En fait, je trouve ça plutôt beau”, dit-elle. “Et terriblement anglais. Ça commence avec l’oiseau, bien sûr, qui s’envole par la fenêtre du grenier.”

L’oiseau en question était un pigeon apprivoisé que Feilding avait trouvé orphelin, puis nourri au pinceau, et qui a ensuite vécu avec elle pendant 15 ans, allant et venant de la maison comme bon lui semblait, parfois assis sur son épaule, à la façon de Long John Silver. “Birdie” était la raison pour laquelle elle n’a pas suivi Huges en Hollande. “Il est”, dit-elle avec certitude, “la raison pour laquelle je suis convaincue que la télépathie existe. Il me regardait avant de s’envoler, comme pour dire : “Pauvre personne, pourquoi ne t’enfuis-tu pas avec moi par delà le fleuve ?””

Elle fait une pause, et rit. “Je sais que ça a l’air dingue, mais à mon avis, ça ne l’était pas du tout.”

Désireuse de revenir aux défis du présent, Feilding me ramène à son bureau dans le loft et à son enthousiasme pour la recherche commanditée actuellement par Beckley. Quand je mentionne le livre de Pollan, elle exprime sa consternation devant le fait que l’écrivain du New York Times lui ait rendu visite ici, sans pour autant reconnaître dans son livre le travail dans l’élaboration du débat sur la régularisation. “Il m’en a écarté”, dit-elle. “J’ai appris qu’il est assez facile d’invisibiliser une femme.”

Elle feuillete les rapports de la fondation sur son bureau.

“Quand je me suis engagée, la politique antidrogue mondiale était dans l’âge des ténèbres”, dit-elle. “Je m’intéressais juste au cannabis et aux psychédéliques et j’étais horrifié de voir comment ils étaient classés dans le même sac que toutes les autres drogues, l’héroïne, la cocaïne et le reste.”

Feilding a lancé une série de séminaires par l’intermédiaire de la fondation Society and Drugs : A Rational Perspective, qui a attiré des orateurs et des décideurs du monde entier. Elle a mis à profit son influence pour aider à définir une approche plus réaliste pour l’ONU et les gouvernements sympathisants à l’égard du cannabis en particulier. Les psychédéliques sont restés un sujet tabou. Sir David Nutt, un autre membre du conseil consultatif de la Beckley Foundation, a perdu son poste de président du comité du ministère de l’Intérieur sur l’abus de drogues en 2009 pour avoir déclaré que ” l’ecstasy n’était [statistiquement] pas plus dangereux que l’équitation”. Il aurait pu aller plus loin, suggère Feilding. “Le cannabis et les psychédéliques ne créent pas de dépendance. Ils ont été utilisés comme médecine depuis le début de l’histoire de l’humanité. Je pense, dit-elle, que nos réunions ont eu beaucoup d’influence pour convaincre les gens importants de ce fait. (Nutt, maintenant président du programme de neuropsychopharmacologie à l’Impériale College de Londres, me confirme plus tard comment “la vision et l’énergie remarquables d’Amanda ont mené à des changements transformationnels tant dans la politique internationale en matière de drogue que dans la recherche sur les psychédéliques”).

Une foi dans la méthode scientifique conventionnelle semble avoir en partie supplanté certaines des théories plus spéculatives que Feilding avait adoptées de Huges. Dans les années qui ont précédé la mort de ce dernier en 2004, elle a rejeté certaines de ses conjectures ultérieures, se souvient-elle, en les qualifiant de “foutaises”.

À Londres avec Joey Mellen (à gauche) et le scientifique Bart Huges en1966. Photo de la Fondation Beckley : Avec la permission d’Amanda Feilding.

Je me demande si l’une des recherches qu’elle a menées avec l’Imperial College a confirmé la théorie originale de Huges concernant le sang dans le cerveau ? Elle admet que non. Lorsqu’elle a participé à la première étude d’imagerie cérébrale avec le LSD, les scans n’ont pas révélé d’augmentation de l’apport sanguin à laquelle elle s’attendait, bien qu’ils aient montré une diminution de ce qu’elle appelle le “mécanisme de réflexe conditionné”, l’effet de contrôle de l’ego. Le chercheur principal de l’étude, Robin Carhart-Harris de l’Impériale College, a par la suite laissé entendre que la circulation sanguine était probablement “un peu une attraction secondaire” … Le cerveau ne fonctionne pas fondamentalement par la circulation sanguine. Cela en fait partie, mais nous savons que la fonction principale est électrique, alors pourquoi ne pas mesurer les signaux électriques ?”

Ces signaux, sur les scans IRMf de Feilding, semblaient illustrer le mécanisme que Aldous Huxley décrivait plus poétiquement comme l’ouverture des portes de la perception. Feilding m’indique les motifs de couleur sur les scanners du cerveau. “L’activité dans le centre visuel du cerveau est reliée à une douzaine d’autres centres, ce qui donne lieu à un flot d’émotions, de souvenirs, de couleurs et de musique”, explique-t-elle. “C’est ce que les gens ont essayé de décrire.”

Lorsque Feilding a lancé cette étude historique à la Royal Society en 2016, elle l’a fait en l’honneur de Hofmann, qui avait toujours voulu y être accueilli, mais ne l’a jamais été. Hofmann est resté président de la Fondation Beckley jusqu’à sa mort, à 102 ans, en 2008.

Etait-il mort frustré que son “élixir” ait été apparemment relégué aux oubliettes de l’histoire scientifique ?

“Non, Albert était un homme très heureux,” dit-elle. “Il sentait que c’était un cadeau qu’on lui avait permis d’offrir au monde. Bien que le monde ne semblait pas en vouloir à l’époque, il savait qu’il l’accepterai à un moment donné. Je lui ai promis de le réhabiliter et c’est ce que nous faisons.”

Elle se concentre alors sur l’essai de psychédéliques sur des patients en phase terminale. “Ils apportent clairement satisfaction à beaucoup de personnes”, affirme-t-elle. La petite étude à double insu a révélé une variété de réponses, mais 80 % d’entre elles ont montré une baisse significative de l’humeur dépressive et plus des deux tiers ont déclaré que leur expérience avec la psilocybine était l’une des cinq expériences les plus significatives de leur vie. Est-ce important, Feilding pense-t-elle, si de telles expériences sont illusoires, un stratagème pharmacologique ?

“Si cela peut vous aider à mieux mourir et réconforter tous ceux qui vous entourent, peu importe.” ajoute-t-elle. “Peut-être sommes-nous plus connectés au monde extérieur que nous ne le pensons.”

Conserve-t-elle la foi en l’univers sensé qu’elle ressentait quand elle était enfant ?

“Eh bien, c’est tout à fait incroyable, peu importe comment vous l’appelez. Et à toutes les échelles : des milliards d’étoiles, des milliards de neurones. Je pense qu’il est raisonnable de croire qu’il y a un lien entre tout ça.”

Elle revient à d’autres domaines de recherche qui lui tiennent à cœur – des chercheurs au Brésil utilisent l’ayahuasca pour faire grandir les neurones dans une boîte de Petri; son projet d’étudier les façons dont les psychédéliques pourraient encourager la “plasticité cérébrale” chez les patients parkinsoniens; une idée pour essayer de prouver la capacité cognitive améliorée en étudiant les effets du LSD sur les stratégies gagnantes dans le jeu de Go; les politiques en matière de régulation du cannabis et de la MDMA.

Elle ponctue ces récits avec des expressions occasionnelles des pressions que tout ce travail exerce sur son temps. Feilding reste très impliquée dans la vie de ses fils : Cosmo, le plus jeune, est un cinéaste, le plus récent étant The Sunshine Makers, un documentaire sur la contre-culture des années 60; Rock, cinq ans plus âgé, s’est “rebellé” pour devenir chef adjoint du Kensington and Chelsea Council, jusqu’à son départ brutal après la tragédie de l’incendie du Grenfell Tower, un “moment terrible, terrible” que Feilding ne souhaite pas aborder en détails. Elle a deux petits-enfants, des jumeaux de cinq ans. A-t-elle assez de temps à passer avec eux, je me demande, ou plutôt, ne pense-t-elle jamais que son travail est terminé ?

“Non”, dit-elle rapidement, “j’adore mon travail, mais parfois, je me demande ce que je fais. J’adore la recherche, mais je n’aime pas la politique.”

Quoi qu’il en soit, elle suggère avec détermination, maintenant qu’elle a l’impression de gagner “après 45 ans d’échec”, qu’elle ne va pas abandonner de sitôt. Il fait nuit noire dehors et Feilding m’accompagne jusqu’à ma voiture. Elle tient à ce que je me concentre sur le travail plutôt que sur son histoire personnelle. Je la rassure autant que je peux, bien qu’il me semble qu’on ne peut pas séparer l’un de l’autre. Puis elle me fait signe de partir et je la regarde dans le rétroviseur disparaître dans l’ombre du Brainblood Hall et de la mission de sa vie.

shares