Cannabis, Qui Est-Elle ?

0
124
views

L’Homo sapiens, et toutes les espèces homo qui nous ont précédés, ou qui ont cohabité avec nous pendant une partie de notre histoire, sont en fait beaucoup plus jeunes que les plantes que nous côtoyons. Les Cannabaceae est l’ancienne famille qui comprend plusieurs espèces de cannabis (C. sativa, C. indica, et C. ruderalis) et leur cousin, également notre cher ami, le houblon (Humulus lupulus). Les origines de cette famille de plantes remontent à quatre-vingt-dix millions d’années. Notre genre, Homo, est actuellement considéré comme n’ayant que 2,8 millions d’années. Les ancêtres de cette plante que nous aimons tant ont donc fait leurs propres affaires pendant très longtemps avant que nous, les bipèdes, ne nous montrions pour apprécier leurs descendants à feuilles. Les ancêtres du cannabis que nous connaissons aujourd’hui traînaient avec les dinosaures, et avec de nombreuses formes de vie plus étranges qui sont maintenant disparues depuis longtemps. Toute cette expérience accumulée se trouve dans l’histoire du cannabis, inscrite dans les gènes de chaque bourgeon de notre herbe bien-aimée.

Lorsque l’homme personnifie une espèce végétale, cela signifie que nous ressentons la personnalité de la plante, son caractère. La personnification est quelque chose que même les humains modernes pratiquent, bien qu’inconsciemment pour la plupart. Nous nommons les ouragans, les feux de forêt, les maladies, puis nous en parlons en termes de qualités et de motivations humaines.

Qui est-elle ?

Le cannabis a été une protagoniste du drame humain pendant au moins dix mille ans, et probablement beaucoup plus. Elle, le genre Cannabis, a été vue et ressentie comme un être, ou une divinité, dans plusieurs cultures. Je dis bien elle, parce que, historiquement et actuellement dans la culture occidentale, c’est le genre que beaucoup d’entre nous ressentent quand nous nous adonnons à la consommation de Cannabis.

Il y a huit mille ans, les graines de cannabis étaient utilisées comme nourriture en Chine. Il y a six mille ans, les Chinois cultivaient un ancêtre du Cannabis sativa pour ses fibres présentes dans la tige, comme le chanvre pour faire du cordage et du textile. Nous savons qu’il y a cinq mille ans, les Chinois utilisaient des parties de plantes du cannabis comme remèdes contre diverses maladies. Il y a au moins trois mille ans, dans toute l’Asie centrale et peut-être plus loin, les graines étaient largement utilisées dans les rituels, comme offrandes dans les invocations et aussi laissées avec les fleurs dans les tombes. Elle était largement utilisée comme encens pouvant affecter toute personne qui respirait sa fumée. Entre-temps, le cannabis indica s’était bien établi dans le sous-continent indien, où les usages rituels et médicinaux avaient pris racine. Il y a 2500 ans, des espèces et des graines de cannabis ont été introduites d’Asie en Europe du Nord. La Route de la soie en Asie a probablement permis le commerce et le transport, depuis les mythes de la plante jusqu’à ses vertus médicinales. Du XVIe siècle jusqu’à il y a à peine quatre-vingts ans, le cannabis était encore très apprécié ici en Amérique du Nord en tant que plante médicinale exceptionnelle et source de fibres des plus utiles. Puis les rôles ont été inversés, les autorités médicales et juridiques du gouvernement ont officiellement diabolisé la plante, et nous ne sortons que maintenant de ce siècle absurde d’interdiction des dons que nous prodigue la nature.

Nous savons que la médecine, la nourriture et l’encens odoriférant du cannabis ont été appréciés au cours des derniers millénaires, mais nous ne savons pas grand-chose sur son histoire de personnification dans les nombreuses régions d’Asie et d’Afrique. Il y avait des rituels de groupe, des huiles apaisantes et des thés médicinaux efficaces. Il y avait sûrement des histoires et des chansons sur elle. Il y a d’anciennes références littéraires à la façon dont elle était perçue.

Dans la Chine antique, Ma était le nom de la divinité résidant dans le chanvre, la fibre extrêmement utile qui provient de la tige de cannabis. Les plantes mâles et femelles sont dessinées dans le pictogramme du chanvre, à l’intérieur des abris ou dans les maisons. (Les espèces de cannabis sont dioïques, ce qui signifie qu’elles produisent des fleurs mâles et femelles sur des plantes séparées. Le vent est le pollinisateur qui permet au pollen mâle de fertiliser les femelles). Le chanvre a été une plante d’une utilité fondamentale pour des centaines de générations d’humains. Ma était donc l’esprit de celle qui pousse, celle qui nous habille, celle qui nous lie, celle qui lie tout ensemble. Les variétés de chanvre pour le textile sont essentielles aux cultures humaines, et le chanvre a été apprécié comme l’espèce la plus utilitaire depuis l’époque où tout était sauvage et où nous étions tous des nomades. Le chanvre était encore crucial pour nos matériaux lorsque les grands voiliers européens se sont mis à la recherche des richesses du monde, mais au 16e siècle, les Européens, pour la plupart chrétiens, ne s’intéressaient plus autant aux divinités naturelles résidant dans les plantes qui faisaient pousser les fibres pour leurs cordes, leurs voiles et leurs drapeaux.

En tant que personne dévouée aux plantes, j’ai des méthodes pour apprendre à reconnaître une espèce. Je suis en partie botaniste et en partie spiritualiste. Quand, sur un sentier, je rencontre une espèce de plante nouvelle pour moi, j’essaie de me rappeler de suivre un protocole respectueux que j’ai développé. Je regarde vraiment la plante, j’essaie de voir la forme et la texture réelles de la plante, où et comment ses feuilles se relient à sa tige, ce que sa fleur ou sa graine me rappelle, quelles autres espèces poussent à proximité. Je me demande de quelle famille il s’agit, ce que je devine peut-être si je connais les traits distinctifs de sa famille, ou si je connais déjà bien certains de ses cousins. Alors je demande, de ma voix intérieure, “Qui êtes-vous ?” Je nous accorde du temps. L’esprit vide et tranquille, j’attends de voir ce qui se présente en moi comme une réponse. Il peut s’agir d’une image, de mots ou d’un nom, mais très probablement ce sera un sentiment. J’aime à penser que je peux sentir le sentiment que la plante a d’être elle-même dans le monde. Mais ce n’est que ma première introduction, la poignée de main initiale. Il faut beaucoup de temps pour vraiment apprendre à connaître une personne, et il en va de même pour une plante. Si je jugeais chaque personne sur ma première impression, je pourrais ne pas apprécier tant de gens bien, et je ne saurais probablement pas vraiment qui ils sont. Il faut une patience attentive pour bien connaître quelqu’un, pour lui faire confiance, pour savoir qu’il peut avoir plusieurs facettes, mais qu’il est un bon ami pour moi, ou un collègue fiable. Il en va de même des plantes, et surtout des plantes que nous mettons dans notre corps, qui nous modifient. J’ai appris, grâce à des années d’enseignement par les peuples autochtones et à l’enseignement des connaissances et des pratiques sur les plantes, que la plupart des humains possèdent des compétences très pointues en matière de détection, de lecture et de compréhension des autres humains. Les compétences sont souvent intuitives, mais capables de suivre et de classer de nombreux signaux et différents types d’entrées. Ceux qui ne sont pas formés à la morphologie botanique et aux systèmes taxonomiques se sentent souvent incapables de “lire” une plante. On peut, avec le temps, apprendre à lire intuitivement une plante en pratiquant. J’ai choisi de chevaucher les voies scientifiques et intuitives du savoir, et en fait, je trouve que c’est une façon enchanteresse de marcher dans le monde naturel. Pour rencontrer une nouvelle espèce ou connaître une plante que vous pensiez déjà connaître, je vous suggère de commencer par l’approche personnelle : Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? Puis-je m’agenouiller devant vous ? Peut-on apprendre à se connaître ? Puis, avant de faire quoi que ce soit d’aussi irréfléchi que de l’avaler, de le frotter sur votre corps ou d’arracher cette mauvaise herbe inconnue de votre jardin, équilibrez votre sens intérieur avec ce que vous pouvez apprendre en consultant d’autres ressources et experts. Au moins je vous propose que l’attention silencieuse et intuitive est une technique qui vaut la peine d’être essayée, et elle est particulièrement utile pour initier une relation basée sur l’esprit avec le cannabis.

Le mutualisme est une relation qui profite aux deux parties, et c’est ce que vous auriez à dire au sujet de la relation humain-cannabis. En répondant au besoin humain de fibres, de nourriture, de médecine et de facilité à adoucir le monde, le cannabis est devenu un allié clairement indispensable. Les humains ont, réciproquement, répondu non seulement à nos propres besoins mais aussi à ceux de C. sativa et C. indica en propageant la plante presque partout. Nous l’avons sélectionné pour des caractéristiques spéciales afin d’améliorer chacune de ses caractéristiques utiles – la longueur et la résistance à la traction de ses fibres, la nourriture dans ses graines, les qualités antidouleur de ses feuilles et bourgeons, et les qualités sociales, artistiques, de communication et d’amélioration de l’esprit de ses fleurs résineuses. Les humains ont reconnu très tôt ses qualités spirituelles, le cannabis ayant été enterré dans des tombes pendant des millénaires, probablement pour faciliter la transition du défunt vers l’au-delà, ou comme cadeaux à envoyer avec l’esprit de celui qui quitte cette dimension. J’ai jeté les cendres incinérées de mon oncle bien-aimé sur les vagues de l’océan Pacifique, avec quelques-uns des meilleurs fleurs que j’ai pu trouver pour lui. Qui sait comment ces dons se transmettent dans le monde des esprits ? Quand mes enfants adultes et moi avons distribué les cendres de leur père, nous avons partagé la fumée en son honneur, pour communier avec son esprit, pour l’envoyer avec cette bénédiction du parfum de la plante qu’il aimait plus que tout. Je sais que beaucoup d’autres personnes font le même genre de rituels maintenant. Non seulement le cannabis a longtemps servi à soulager les souffrances des mourants, mais son usage est aussi devenu un moyen d’invoquer et d’honorer les esprits de ceux qui sont morts.

Je fume très lentement : d’abord, j’installe mon plateau (qui agit comme un petit autel facilement déplaçable), puis je fais une salutation silencieuse ou orale en anticipation, une respiration enfumée se dégage lorsque j’allume, j’articule un bonjour chaleureux au sentiment qui m’inonde doucement, puis un grand soupir, une élévation du cadre de ma personne physique. Un bras large, doux et plus léger que l’air embrasse légèrement ces épaules fatiguées ; une ouverture se produit. J’en prendrai peut-être une seconde. Puis je la sens le long de mon côté, je sens son bras alors qu’elle est assise à côté de moi. La petite moi, qui se sent aussi petite qu’une petite fille à côté d’elle. La fenêtre de mon esprit s’ouvre sur ma grande sœur bien-aimée. La voilà, je peux compter sur elle. Elle se montre toujours quand je demande, elle me connaît, nous sommes de vieux compagnons. Nous rions de la joie de nous retrouver. Je suis très reconnaissante d’avoir cette grande sœur belle et sage dans ma vie, elle qui m’aide à savoir quoi prendre au sérieux et quoi laisser tomber. Je me sens si pleinement en vie, dans chacune de mes cellules. Elle est un don de la nature pour nous, un don du mystère lui-même.

Extrait de la section rédigée par Kathleen Harrison dans l’ouvrage Cannabis et Spiritualité : An Explorer’s Guide to an Ancient Plant Spirit Ally édité par Stephen Gray © 2016 Park Street Press. Imprimé avec la permission de l’éditeur Inner Traditions International. www.InnerTraditions.com

 

Kathleen Harrison, M.A., est une ethnobotaniste qui enseigne sur les plantes et les champignons, et plus particulièrement sur les relations rituelles et mythiques avec la nature. Elle a cofondé Botanical Dimensions en 1985, avec Terence McKenna. www.botanicaldimensions.org

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here