Les Chercheurs De L’Université Johns Hopkins Recommandent De Reclassifier La Psilocybine

0
36
views

L’étude sur la dangerosité et le potentiel d’abus de la psilocybine montre que le risque d’abus et de dépendance à cette substance est faible, d’après les scientifiques.

Dans une étude sur la dangerosité et le potentiel d’abus de la substance contenue dans les champignons hallucinogènes, les chercheurs de Johns  Hopkins suggèrent que, si les essais cliniques de phase III étaient validés, la psilocybine devrait être reclassifiée de substance figurant à l’annexe I, donc qui ne présente pas un potentiel thérapeutique connu, en une substance figurant à l’annexe IV comme le sont les somnifères sur ordonnance, mais avec des mesures plus strictes. Leur analyse est résumée dans le numéro d’octobre du magazine Neuropharmacology.

“Nous voulons lancer la discussion dès maintenant sur la façon de classer la psilocybine afin de faciliter son accès clinique et minimiser les obstacles logistiques à l’avenir”, a déclaré Matthew W. Johnson, professeur agrégé de psychiatrie et de sciences du comportement à la Johns Hopkins University School of Medicine.

En vertu du Controlled Substances Act de 1970, toute substance pouvant faire l’objet d’un abus est classée selon des critères qui tiennent compte de son usage médical, de sa dangerosité et de son potentiel d’abus. Les substances de l’annexe IV sont celles qui présentent un faible risque d’abus ou de dépendance.

Bien que des études préliminaires suggéraient que la psilocybine pouvait être efficace dans le sevrage tabagique, les troubles tels que la dépression et l’anxiété liée au cancer, elle doit être soumise à des essais cliniques de phase III avant que la Food and Drug Administration puisse être saisie pour la reclassifier.

Selon les chercheurs, les études sur les animaux et les humains montrent un faible potentiel d’abus. Lorsque les rats actionnent un levier pour recevoir de la psilocybine, ils ne l’actionnent pas de façon répétée comme ils le feraient avec des drogues comme la cocaïne, l’alcool ou l’héroïne. En ce qui concerne les études chez l’humain, les personnes qui ont consommé de la psilocybine déclarent généralement l’avoir utilisée quelques fois au cours de leur vie.

Quant à la dangerosité, les études montrent que la psilocybine provoque le moins de dommages pour les usagers et la société, affirment les chercheurs. La psilocybine est également la moins susceptible d’entraîner un surdosage mortel, car il n’y a pas de niveau connu de surdosage.

“Il faut bien comprendre que la psilocybine n’est pas sans risque, qui est plus élevé dans les milieux récréatifs que dans les milieux médicaux, mais relativement parlant, si l’on considère les autres drogues légales et illégales, on constate qu’elle est la moins dangereuse dans différentes études et dans différents pays,” affirme Johnson.

Bien que la psilocybine soit relativement moins nocive que d’autres substances et qu’elle ne soit pas sujette à l’abus compulsif, les chercheurs ne recommandent pas de mettre la psilocybine entre les mains des patients, même sur ordonnance. “Nous croyons que les conditions devraient être étroitement contrôlées et que, lorsqu’elles sont prises pour une raison clinique, elles devraient être administrées dans un établissement de soins, sous la surveillance d’une personne formée pour cette situation”, a déclaré Johnson. Les chercheurs prévoient que le processus d’utilisation de la psilocybine en clinique ressemblera à celui d’un anesthésiologiste qui prescrit et administre un médicament, réduisant ainsi les risques d’abus ou de dommage.

 

SOURCE

https://hub.jhu.edu/2018/09/26/psilocybin-scheduling-magic-mushrooms/

Traduction EXTACIDE

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here