David Nickles – Le Besoin Urgent D’Une Critique Systémique Au Sein Des Communautés Psychédéliques

    0
    116
    views

    Les composantes les plus puissantes, les plus répandues et les plus influentes de la société (la culture dominante) présentent des menaces existentielles pour l’avenir de l’humanité (voir : bouleversements climatiques et guerre nucléaire). Bien que cela puisse sembler hyperbolique, comprendre la culture dominante non pas comme un concept abstrait, mais comme les effets réels de ses composantes (capitalisme, civilisation industrielle, suprématie des Blancs, patriarcat, etc.) expose la litanie des atrocités qui crée le fondement de l’ordre sociopolitique que beaucoup considèrent comme l’état “par défaut” du monde.

    Simultanément, de nombreux travaux de recherche biomédicale psychédélique semblent utiliser et/ou soutenir certains des aspects les plus destructeurs de la culture dominante.

    Les psychédéliques ont été salués comme des agents de changement personnel, social et politique, pour ne pas dire comme un remède miracle aux maux de l’humanité, depuis les premiers jours de l’auto-expérimentation individuelle dans le contexte de la civilisation industrielle. Cependant, cette expérimentation n’a pas réussi à donner naissance à la plupart des imaginaires sublimes proclamés par les visionnaires psychédéliques. Au lieu de cela, la “communauté psychédélique” au sens large a généré un paysage psychédélique de plus en plus marchandisé. Simultanément, de nombreux travaux de recherche biomédicale psychédélique semblent utiliser et/ou soutenir certains des aspects les plus destructeurs de la culture dominante.

    Il semble que la plupart de la culture psychédélique reproduit les maux de la culture dominante.

    Malgré des histoires passionnantes de consommation psychédélique ayant entraîné des critiques sociales convaincantes et des alternatives matérielles à la culture dominante, les communautés psychédéliques contemporaines dans le contexte de la société industrielle évitent largement les critiques ou actions sociales radicales. En fait, en dépit de toutes les paroles autour de la durabilité, des changements de paradigmes et de l’activisme, il semble que la plupart des cultures psychédéliques reproduisent les maux de la culture dominante, plutôt que de contester ou de déconstruire ces systèmes de manière sérieuse et constructive.

    Cette recherche exige la collaboration avec certains des éléments les plus violents, les plus destructeurs et les plus traumatisants de l’État américain, tels que le ministère de la Défense.

    À l’heure actuelle, la Multidisciplinary Association of Psychedelic Studies (MAPS) fait la promotion de certaines des recherches psychédéliques les plus visibles et s’occupe de l’utilisation de la MDMA pour le traitement du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) chez les anciens combattants militaires. Cette recherche nécessite la collaboration de certaines des composantes les plus violentes, destructrices et traumatisantes de l’État américain, comme le ministère de la Défense (responsable de millions de morts depuis 2001 et le plus grand pollueur au monde) et le ministère de la Santé et des Services Sociaux (qui facilite l’incarcération des familles et des enfants migrants, les séparations familiales, les abus envers les enfants et la médication forcée des enfants). Mais ce ne sont là que les “maux nécessaires” qu’il faut combattre pour parvenir à la médicalisation des psychédéliques et à la légitimation des psychédéliques, du moins, nous a-t-on dit.

    La MDMA pour le SSPT ne mettra pas fin à la guerre. Nous devons nous attaquer aux causes systémiques du militarisme et de l’enrôlement, photo par CrimethInc

    Dans ce contexte, deux aspects importants du militarisme américain méritent d’être pris en considération. Premièrement, la plupart des recrues de l’armée qui se suicident n’ont jamais été déployées. Non seulement cela soulève des questions alarmantes au sujet de la dynamique de l’Armée de terre et de ses programmes de formation, mais cela donne également à penser que l’Armée de terre perd de l’argent en formant des soldats qui ne font jamais leur travail. La deuxième considération majeure est l’utilisation croissante des drones pour les exécutions “extrajudiciaires” et les rapports de plus en plus nombreux sur le SSPT parmi les opérateurs de drones, qui se retrouvent “littéralement à passer du combat au cul-de-sac en peu de temps“, alors qu’ils font des sorties pendant leurs heures de travail tout en menant une existence “normale”.

    Qu’est-ce que cela signifie lorsque le traitement des traumatismes n’entraîne pas la cessation des cycles de violence, mais plutôt l’efficacité opérationnelle accrue de certains des systèmes les plus traumatisants qui existent ?

    Les suicides d’engagés et les traumatismes d’opérateurs de drones mettent en lumière des arguments réels en faveur de l’utilisation de la MDMA par les militaires dans les thérapies pour guérir le SSPT. La reconnaissance par Rick Doblin de la recherche militaire secrète utilisant la MDMA indique que les militaires croient en ces approches thérapeutiques. Reste à savoir si la MDMA est un traitement efficace pour les recrues suicidaires, les opérateurs de drones ou d’autres troupes en service actif. Cependant, la fonctionnalité restaurée des agents militaires représente une menace importante pour la sécurité physique et le bien-être mental des populations mondiales. Après tout, les États-Unis sont considérés par le reste du monde comme la plus grande menace pour la paix mondiale. Alors, qu’est-ce que cela signifie lorsque le traitement des traumatismes n’entraîne pas la cessation des cycles de violence, mais plutôt l’efficacité opérationnelle accrue de certains des systèmes les plus traumatisants qui existent ? Que signifie pour les populations mondiales le fait que les États-Unis convainquent leurs citoyens que les interventions militaires sont plus justifiables parce que la MDMA peut guérir les traumatismes potentiels des personnes déployées ?

    Cela ne veut pas dire que les personnes souffrant du SSPT ne devraient pas avoir accès aux thérapies qui pourraient améliorer leur état. Cela souligne plutôt l’absence de discussion sur les effets de la médicalisation psychédélique sur l’efficacité du complexe militaro-industriel. Il est important de noter que cette omission en ce qui concerne les problèmes systémiques ne concerne pas seulement les applications militaires, mais le déploiement des “médicaments psychédéliques” en général.

    Nous vivons dans des sociétés atomisées, ravagées par la guerre, l’extraction des ressources, la fabrication industrielle et d’autres systèmes qui ont entraîné l’aliénation sociale et l’écocide parmi les plus intenses que la planète ait jamais connus. Si nous ne restructurons pas fondamentalement le monde dans lequel nous vivons, la seule application médicale possible pourrait devenir les thérapies de maintenance. Ce n’est pas pour rien qu’avec l’émergence récente de COMPASS Pathways, le “soma” de Huxley était à l’esprit de nombreuses personnes.

    COMPASS est une entreprise de biologie psychédéliques à but lucratif, financée par des capitaux à risque, qui a des liens avec de nombreuses sociétés pharmaceutiques, des organismes de réglementation et des lobbies de l’industrie.

    COMPASS est une entreprise de biopharmacie psychédélique à but lucratif, financée par des capitaux à risque, qui a des liens avec de nombreuses sociétés pharmaceutiques, des organismes de réglementation et des lobbies de l’industrie. Au départ, COMPASS était un organisme à but non lucratif qui s’intéressait à l’établissement d’un centre de soins palliatifs psychédéliques sur l’île de Man et qui a sollicité l’aide de nombreux chercheurs en psychédélique. Toutefois, après avoir fait participer ces chercheurs et avoir obtenu des des connaissances inestimables, COMPASS a annoncé qu’il adoptait une approche à but lucratif, axée sur la dépression résistante au traitement. De plus, Peter Thiel est l’un des investisseurs notables de COMPASS. Thiel, qui a dénoncé le vote des femmes, l’existence de filets de sécurité sociale et la démocratie. Thiel, qui est derrière le logiciel de surveillance Palantir ; technologie utilisée pour cibler d’innombrables migrants et usagers de drogue.

    COMPASS semble viser l’intégration verticale afin de contrôler sa chaîne d’approvisionnement, de la synthèse à la thérapie. Un tel contrôle lui permettrait de refuser l’accès à d’autres organisations par divers moyens. En fait, cela s’est déjà produit puisque COMPASS a signé un accord d’exclusivité avec Onyx Pharmaceuticals, empêchant ainsi Usona (une société à but non lucratif qui cherche à développer des médicaments psychédéliques) d’utiliser Onyx pour fabriquer de la psilocybine selon les bonnes pratiques de fabrication (BPF) ; une tactique inconnue dans la recherche psychédélique. L’intégration verticale et ce refus d’accès sont contraires à la Déclaration sur la science ouverte, que j’explique plus en détail dans ma lettre ouverte, “Considérations sur la violation…“.

    Pour rester stable, l’économie doit attirer de plus en plus de ressources ; tout coloniser, y compris les psychédéliques, photo par CrimethInc

    L’intégration verticale permet l’utilisation d’une tarification basée sur la valeur. Prenons une hypothèse où les traitements actuels de la dépression coûtent 10 000 $ par année aux assureurs. Si une entreprise peut se permettre de vendre des thérapies à la psilocybine pour 2 000 $/an, mais qu’elle manque de concurrence en raison de son monopole verticalement intégré, elle peut vendre ces interventions pour 8000 $/an. Les assureurs vérifieront les chiffres, comprendront que la thérapie à la psilocybine est moins chère que les thérapies traditionnelles et accepteront le prix.

    Si une entreprise peut se permettre de vendre des thérapies à la psilocybine pour 2 000 $/an, mais qu’elle manque de concurrence en raison de son monopole verticalement intégré, elle peut vendre ces interventions pour 8000 $/an

    Malheureusement, le public a été complètement exclu de l’équation et en souffre. C’est nous qui payons les primes d’assurance. Les primes pour les thérapies qui coûtent 2 000 $ par année seront sans contredit moins élevées que celles qui coûtent 8000 $ par année. Cette privatisation des bénéfices et la socialisation des coûts n’est pas surprenante ; c’est une pratique courante dans le capitalisme.

    De plus, grâce à la structure à but lucratif de COMPASS, nous savons que les investisseurs attendent un retour sur leur investissement. Cela signifie que COMPASS finira par tenter de se vendre pour rembourser ses investisseurs. Il est donc fort probable que COMPASS et sa propriété intellectuelle (y compris les brevets et les ententes d’exclusivité) appartiendront à une grande société pharmaceutique ou à une grande société de biopharmaceutique. Si l’on considère la façon dont les sociétés pharmaceutiques utilisent leurs brevets, les effets paralysants sur la science psychédélique pourraient être dévastateurs.

    Il n’existe pas d’approche “apolitique” de la médicalisation des psychédéliques ; ce travail a de nombreuses implications sociopolitiques. Malheureusement, de nombreux chercheurs dans ce domaine semblent considérer de telles implications “au-delà de la portée de leur recherche”, malgré les impacts sociaux potentiellement gigantesques. À ces chercheurs, je poserais une question simple : “Les implications sociopolitiques de la bombe atomique dépassaient-elles la portée des chercheurs impliqués dans le projet Manhattan ? Dans l’affirmative, pourquoi ces chercheurs ont-ils pris à maintes reprises des positions politiques au sujet du développement et de l’utilisation de cette nouvelle technologie impressionnante ?” Il faut un discours (et une action) vigoureux sur les ramifications non médicales de la médicalisation, de peur que nous ne nous retrouvions à regarder en arrière et à déplorer les effets “imprévisibles” d’ici quelques décennies.

    Ces effets “imprévisibles” se déploient déjà sous nos yeux. Songez à la publicité récente de la recherche sur le microdosage du LSD, qui fait suite à des années d’articles exubérants faisant la promotion du microdosage pour la résolution créative de problèmes, dans le but d’accroître la productivité et les marges bénéficiaires. La refonte du LSD en tant que catalyseur de l’entreprise capitaliste, plutôt qu’en tant que menace de dissolution des frontières de l’ordre socioéconomique établi, constitue un exemple fascinant et alarmant de la puissance de la récupération consumériste des composés psychédéliques et de leurs applications dans la société.

    La Silicon Valley, avec ses innovateurs, ses entrepreneurs et ses investisseurs, est fondée sur la destruction écologique et l’exploitation humaine ; un fait que certains de ses passionnés psychédéliques les plus francs négligent totalement. Cette contradiction absurde apparaît chaque fois qu’un autre PDG d’entreprise – qui compte sur l’énergie extractive et la destruction écologique, la production industrielle et l’exploitation humaine pour vendre ses marchandises douteuses – descend en Amazonie, se charge avec des plantes enthéogènes et affirme que les plantes sacrées sont “la médecine qui peut rassembler la planète entière“.

    Bien que troublante, la fusion de la recherche psychédélique autorisée avec les cultures militaires et d’entreprise n’est pas la seule preuve que les communautés psychédéliques reproduisent les normes de la culture dominante. Ces tendances sont également visibles dans les communautés psychédéliques moins formalisées. Alors que les psychédéliques deviennent de plus en plus courants, les composantes des “lifestyles psychédéliques” deviennent de plus en plus de nouvelles marchandises chic sur le marché mondial.

    Considérez les pratiques prédatrices de nombreux centres de retraite à but lucratif, tels que Ayahuasca Healings et Ayahuasca International, ainsi que d’innombrables organisations moins en vue où il existe des preuves de fraude aux prix, d’agression sexuelle et de pratiques généralement dangereuses. De plus, la pratique de voyager dans des endroits éloignés à la recherche d’expériences indigènes “authentiques” sent le voyeurisme culturel, sans parler des déséquilibres de pouvoir hémisphériques et des legs continus du colonialisme et de l’impérialisme.

    Un bref examen des discussions au sein de la “communauté psychédélique” au sens large met en évidence le racisme, le sexisme, le classisme et les tendances autoritaires, comme en témoignent les tentatives visant à identifier et à freiner ces tendances. Il y a des moments révélateurs dans les interactions communautaires, comme les bioprospecteurs célèbres qui pointent du doigt des projets qu’ils jugent “insultants pour les peuples autochtones” et les chercheurs qui poussent des théories religieuses douteuses en utilisant leurs diplômes universitaires et leurs appels à l’autorité pour renforcer leurs affirmations. Voir aussi les auteurs psychédéliques de la culture pop qui affirment que “l’humanité a voulu [la crise écologique] pour provoquer sa propre transmutation…[pour débloquer] ses capacités psychiques latentes“, ou que “….les sociopathes corporatistes (au Burning Man) qui portent un Tutu rose et ramassent [les déchets]…” montrent les possibilités de solution positive, unificatrice à l’actuelle crise écologique. Et, en parlant de Burning Man, l’oubli répété du privilège et de l’exclusivité inhérents aux “festivals transformateurs”, conjugué à de nombreux cas d’appropriation culturelle, d’agression sexuelle et d’hyperconsommation, présente un terrain qui, à bien des égards, est presque impossible à distinguer de toute autre forme d’activité commerciale soutenue par une culture dominante.

    L’art imite la vie, comme Burning Man imite la culture dominante, photo par shelmac

    Considérant que c’est à cela que ressemble le terrain psychédélique, comment pourrait-il y avoir autre chose qu’un “besoin urgent” de critique systémique dans les communautés psychédéliques ?

    __________________________________________________________________

    Note :

    Cet article a été présenté à Cultural and Political Perspectives in Psychedelic Science, un symposium promu par Chacruna et le East-West Psychology Program au California Institute of Integral Studies (CIIS), San Francisco, 18 et 19 août 2018.

     

    David Nickles est modérateur pour la communauté du forum DMT-Nexus et rédacteur en chef du Nexian (le journal du DMT-Nexus). Il a participé à un certain nombre de projets de réduction et d’éducation aux risques concernant les psychédéliques, en travaillant au sein notamment de Kosmicare, The Open Hyperspace Traveler et TLConscious. Il a participé à des conférences sur les aspects scientifiques et sociaux des psychédéliques aux États-Unis et à l’étranger.

    David travaille actuellement avec un groupe de chercheurs sur le Nexus’ Collaborative Research Project, qui vise à indexer méticuleusement et à étendre les connaissances morphologiques, taxonomiques et phytochimiques des plantes utilisées dans l’Ayahuasca et d’autres préparations enthéogènes.

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here