Les Psychédéliques Peuvent-Ils Transformer La Santé Mentale ?

    0
    128
    views

    Quand vous pensez aux champignons magiques et au LSD, la science n’est probablement pas la première chose qui vous vient à l’esprit.

    Les drogues psychédéliques sont plus susceptibles d’être associées aux hippies et à la contre-culture des années 1960 qu’à des personnes en blouse blanche et des essais cliniques.

    Mais cela pourrait bientôt changer.

    Les scientifiques se demandent de plus en plus si ces substances psychotropes – qui comprennent également la mescaline et la DMT, entre autres – pourraient également avoir le potentiel de guérir notre esprit.

    Un certain nombre de petites études ont révélé que les psychédéliques étaient prometteurs dans le traitement des troubles de santé mentale comme la dépression, la toxicomanie et le syndrome de stress post-traumatique, souvent là où d’autres traitements ont échoué.

    Désormais, les chercheurs britanniques sont sur le point de prendre part aux premiers essais majeurs visant à déterminer si l’une de ces substances pourrait être plus efficace que les antidépresseurs dans le traitement de la dépression.

    Les chercheurs de l’Imperial College de Londres doivent comparer le composé du champignon magiques appelé psilocybine avec un antidépresseur de référence dans les ISRS (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine), l’escitalopram, dans le cadre d’un vaste essai qui devrait durer au moins deux ans.

    “Les psychédéliques ont un potentiel révolutionnaire, et ce n’est pas une exagération”, a déclaré le Dr. Robin Carhart-Harris, qui dirigera l’étude.

    Mais ce n’est pas la première fois que les scientifiques sont enthousiasmés par ces substances psychotropes.

    Il y a plus de 50 ans, elles ont rapidement attiré l’attention des scientifiques, avant que la recherche ne s’arrête soudainement.

    L’ascension et la chute des psychédéliques

    Timothy Leary est passé du statut d’universitaire respecté à celui de défenseur des psychédéliques.

    Au cours des années 1950 et 1960, les psychédéliques étaient considérés comme un traitement potentiel prometteur pour de nombreux troubles de santé mentale, avec plus de 1 000 études en cours.

    Mais les substances sont rapidement devenues controversées.

    Popularisé par des musiciens et autres célébrités, l’usage récréatif des psychédéliques, et en particulier du LSD, s’est répandu au cours des années 1960 en s’associant de plus en plus aux mouvements contre-culturels de l’époque.

    La couverture médiatique des substances s’est souvent concentrée sur les mauvaises expériences et la supposée dégénérescence morale qu’ils induisaient plutôt que sur les développements dans le domaine scientifique.

    Certains scientifiques – notamment l’ancien psychologue de Harvard, Timothy Leary – sont devenus prosélytes au sujet des bienfaits des psychédéliques, brouillant les frontières entre la science et la défense des droits.

    Au milieu des craintes au sujet de leur sécurité et d’une panique morale croissante, les drogues psychédéliques ont été rendues illégales aux États-Unis en 1968.

    Une autre convention des Nations Unies sur les drogues de 1971 a effectivement mis fin à la recherche scientifique, parce qu’elle a conduit les États membres à les rendre illégales et à les classer comme des drogues de l’annexe 1 – celles qui sont considérées comme n’ayant aucun avantage médicinal.

    Pendant des décennies, la recherche s’est essoufflée à mesure que les scientifiques se sont tournés vers d’autres domaines, notamment l’étude des antidépresseurs.

    “Réviser ses croyances”

    Avec l’approbation spéciale du gouvernement nécessaire pour de telles études, de nombreux scientifiques ont porté leur attention sur le composé magique du champignon, la psilocybine, un composé semblable au LSD, mais qui ne suscite pas beaucoup de controverse.

    Plusieurs études pionnières sur les psychédéliques ont été menées au cours des années 1990.

    Mais ce n’est qu’au milieu des années 2000 que les substances ont connu une renaissance scientifique, en partie grâce aux travaux menés à l’Université Johns Hopkins aux États-Unis.

    Les études de l’université ont révélé que la psilocybine réduisait la dépression chez 80 % des patients atteints d’un cancer et, séparément, étaient beaucoup plus efficaces pour inciter les gens à cesser de fumer que les traitements actuels lorsqu’ils sont combinés à la thérapie cognitivo-comportementale.

    En 2009, le Dr Carhart-Harris est devenu le premier scientifique britannique en plus de 40 ans à faire de la recherche sur les psychédéliques, commençant une série d’études à l’aide de scanners pour voir comment la psilocybine affectait le cerveau.

    Entre autres résultats, une étude de son équipe l’an dernier a révélé que la psilocybine pouvait “réinitialiser” le cerveau des personnes souffrant de dépression incurable.

    L’article, publié dans la revue Scientific Reports, montrait que la psilocybine affectait deux régions du cerveau : L’amygdale, qui est fortement impliquée dans la façon dont nous traitons les émotions telles que la peur et l’anxiété, et le réseau du mode par défaut – une collaboration de différentes régions du cerveau.

    La façon dont la psilocybine affecte le cerveau n’est pas encore entièrement comprise, mais le Dr Carhart-Harris croit qu’elle “réveille” efficacement l’esprit de sa rigidité, permettant aux patients de surmonter des schémas de pensée enracinés et autodestructeurs.

    Avec l’appui d’un thérapeute, ceux qui ont subi le traitement peuvent alors “se recalibrer d’une manière plus saine, ce qui permet de réviser ses croyances, ses préjugés et ses dépendances”, affirme le Dr Carhart-Harris.

    Les psychédéliques, y compris le LSD, ne sont pas sans risques.

    Mais les psychédéliques ne sont pas sans risques.

    Bien que la psilocybine ne soit pas considérée comme toxique pour l’organisme, de mauvaises expériences peuvent être effrayantes et peuvent potentiellement causer des dommages aux personnes en raison d’une perte de contrôle.

    Ces substances peuvent aussi exacerber les problèmes de santé mentale sous-jacents et entraîner des réactions psychotiques chez les personnes qui y sont déjà prédisposées.

    Il y a aussi des différences entre l’utilisation récréative et la sûreté d’un essai scientifique.

    Les scientifiques utilisent des substances pures, de qualité médicale, offrent des conseils et un soutien en fonction de l’expérience et excluent les personnes à risque d’une réaction psychotique.

    Et jusqu’à présent, les études ont eu tendance à être petites et courtes, sans groupe placebo pour tenir compte de l’effet placebo.

    Le Dr James Rucker, chargé de cours clinique à l’Institut de psychiatrie du King’s College de Londres, doit commencer des essais pour mieux comprendre si la psilocybine est vraiment sans danger.

    Il s’agit d’une étape essentielle pour la substance afin d’être autorisé et prescrit par les médecins.

    Mais même si les essais démontrent que la psilocybine est sûre et efficace, le Dr Rucker affirme qu’il faudra probablement un minimum de cinq ans et probablement plus avant que la psilocybine puisse être homologuée.

    Le processus d’approbation des médicaments est notoirement lent, coûteux et bureaucratique, ajoute-t-il.

    “Avoir plusieurs cordes à son arc”

    Ainsi, les psychédéliques pourraient-ils se révéler être un traitement révolutionnaire, capable de transformer la santé mentale ?

    Le Dr Carhart-Harris reconnaît que même si des essais plus importants confirment l’efficacité des psychédéliques, ils ne seront pas pour tout le monde.

    “Certaines personnes ne voudront pas aller au plus profond de leur âme ou faire face à leurs démons ou traumatismes qu’elles ont vécus, ou à des aspects sombres de la condition humaine qui sont présents en chacun de nous.” affirme-t-il.

    Le Dr. Rucker estime qu’aucun traitement en psychiatrie n’est efficace pour tout le monde.

    “C’est une question d’avoir plusieurs cordes à son arc, il s’agit d’avoir une gamme de choses que vous pouvez offrir”, précise-t-il.

    “Les psychédéliques sont peut-être l’une de ces choses, mais qui sait ? Voyons ce que disent les preuves.”

     

    SOURCE

    https://www.bbc.com/news/health-44575139

    Traduction EXTACIDE

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here