Les Psychédéliques Ont-Ils Le Pouvoir De Changer Nos Esprits ?

    0
    103
    views

    Les essais cliniques sur la MDMA, la psilocybine, la kétamine et l’ayahuasca donnent un aperçu de la possibilité que les traitements psychiatriques de l’avenir soient très différents de la prescription de médicaments actuellement utilisés pour traiter l’anxiété et les troubles de la dépendance. La recherche ne fait que commencer à démêler comment ces expériences dans des états altérés de conscience produisent de profonds changements dans le fonctionnement psychologique. Bien qu’un modèle purement biochimique n’inclut pas les explications psycho-spirituelles ou transpersonnelles, je décris ici les explorations scientifiques qui révèlent comment le cerveau réagit lorsqu’il est exposé à des composés qui affectent l’esprit et comment la conscience est intrinsèquement liée à la formation de réseaux neuronaux.

    Les substances psychédéliques étudiées pour le traitement des troubles mentaux ciblent différents récepteurs dans le cerveau et produisent divers effets subjectifs, mais toutes semblent capables de produire des changements durables dans les pensées et les comportements. Existe-t-il un mécanisme sous-jacent et commun à tous les effets thérapeutiques démontrés dans ces études ? Les dernières découvertes suggèrent que la neuroplasticité serait un dénominateur commun pour l’efficacité de ces substances.

    Des réseaux adaptés pour le changement

    Vous avez probablement entendu dire que le cerveau humain pouvait se reconfigurer tout seul. La neuroplasticité est la base de l’apprentissage qui façonne notre cognition, nos souvenirs et nos comportements en réponse à l’expérience (Sagi et al., 2012). La récupération du fonctionnement normal après des lésions cérébrales, comme les accidents vasculaires cérébraux, implique souvent une restructuration des réseaux neuronaux pour compenser la perte de neurones dans les régions affectées du cerveau. Une réorganisation similaire peut se produire lorsqu’une personne parvient à surmonter un trouble de la dépendance ou une dépression de longue durée.

    De nouvelles synapses se forment et d’autres sont supprimées au fur et à mesure que l’information sensorielle est transmise au cerveau par le biais de nos interactions avec le monde. Même les événements mentaux créés par l’imagination peuvent avoir un impact sur ce processus (Askenasy & Lehmann, 2013). Lorsque nous essayons quelque chose de nouveau, comme apprendre à surfer ou à faire du vélo, la répétition par la pratique ou la mémorisation renforce les voies synaptiques nécessaires à la réalisation de l’activité. De la même façon, la réexposition à des événements stressants entraîne le cerveau à réagir de certaines façons. C’est la capacité à réagir à différentes situations qui nous maintient en vie, mais si le schéma prédominant active constamment la peur et l’anxiété, alors la réponse apprise peut devenir inadaptée.

    Soupes neurochimiques psychédéliques

    Les effets antidépresseurs et anti-anxiété dans les essais cliniques sur la kétamine, la MDMA et la psilocybine durent encore après que les substances ont quitté le corps, ce qui suggèrerait que quelque chose dans le cerveau a changé. Les modifications au sein du cerveau et les processus qui sous-tendent les gains positifs ne sont pas entièrement compris, mais diverses études convergent vers un processus convaincant qui pourrait expliquer au moins certains des effets thérapeutiques.

    Il a été démontré que les psychédéliques modifiaient la biochimie du cerveau par la neuroplasticité dans les circuits préfrontal et limbique qui sont impliqués dans les troubles de l’humeur. Les psychédéliques classiques, comme la psilocybine et le LSD, se lient aux récepteurs 5-HT2A qui favorisent la libération de glutamate (Vollenweider & Kometer, 2010), principalement en augmentant l’activité des neurones pyramidaux du cortex préfrontal. La modification des réseaux peut se produire par l’augmentation stimulée par le glutamate du trafic des récepteurs et l’élévation des niveaux du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), un régulateur clé d’une voie de signalisation connue pour produire les protéines nécessaires à la création de nouvelles synapses. Des expériences assez récentes sur les rongeurs ont fourni les premières preuves attestant de la présence des molécules nécessaires pour induire la plasticité lorsque la MDMA est administrée au cours d’un entraînement à l’élimination de la peur (Young, Andero, Ressler & Howell, 2015). La MDMA a aidé à éliminer la peur d’un signal précédemment associée à un choc, et a augmenté les niveaux de BDNF dans l’amygdale, une région importante du cerveau pour le traitement de la peur, appuyant l’hypothèse que la MDMA augmenterait les facteurs qui peuvent modifier une réaction de peur apprise.

    Un article récemment publié a testé de nombreuses substances psychédéliques (MDMA, kétamine, LSD, DOI, DMT, ibogaïne) de différentes classes de drogues (tryptamine, amphétamine et ergoline) chez les rongeurs et les mouches (Ly et al., 2018). Il a été constaté que tous favorisaient les changements fonctionnels et structurels des neurones corticaux, y compris l’augmentation du nombre d’épines et de synapses dendritiques. Pour la première fois, on a constaté que les psychédéliques convergeaient vers une voie de signalisation commune (BDNF – TrkB – mToR) qui augmentait les connexions entre les neurones et soutenait la communication vitale dans les réseaux cognitifs et émotionnels. Une autre étude a révélé que les protéines impliquées dans la formation et le maintien des synapses étaient augmentées dans les “mini-cerveaux” (organoïdes cérébraux qui modélisent les cellules neurales du cerveau en développement) après une exposition à la molécule 5-MeO-DMT, ce qui fournit des preuves supplémentaires des effets neuroplastiques des psychédéliques (Dakic et al., 2017).

    Depuis longtemps, on se demande si l’expérience subjective d’un psychédélique est importante pour les bienfaits thérapeutiques ou si l’activation d’une voie neuronale spécifique sans altération de l’état de conscience pourrait produire les mêmes résultats. Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de moyens simples de tester cela parce que l’expérience est intégralement liée à la drogue elle-même. Mais maintenant que des brevets ont été déposés pour des analogues non hallucinogènes qui induisent la neuroplasticité (Olson, & Regents of The University of California, 2017), il semble que les chercheurs cherchent des réponses à cette question. Même si une substance peut stimuler la neuroplasticité, on peut se demander ce qui est réellement appris ou changé si les intrants environnementaux et le dialogue interne sont les mêmes.

    La conscience est le moteur de l’apprentissage

    Il est intrigant de penser à la façon dont la psychothérapie pourrait influencer la plasticité et si des effets synergiques se produiraient en ajoutant une substance qui régulerait ces processus. Les psychédéliques peuvent ouvrir une fenêtre d’opportunité pour stimuler des changements dans les réseaux neuronaux. Mais pour solidifier de nouveaux états neuronaux, le renforcement de la conscience normale, connu sous le nom de sessions d’intégration sans substance dans les essais cliniques psychédéliques, est considéré comme important pour modifier les comportements et actualiser les connaissances acquises au cours des expériences. Ceci est particulièrement pertinent dans le cas de l’utilisation de psychédéliques pour traiter des problèmes de santé mentale, comme la dépression ou les troubles de la dépendance.

    La réflexion par des pratiques d’intégration, par exemple, des séances de thérapie et la tenue d’un journal, pourrait être un moyen pour le cerveau de recevoir un retour afin d’incorporer, dans le cadre de la cognition “normale” de tous les jours, les nouvelles expériences rencontrées dans des états altérés. L’attention et la motivation conscientes suscitées par les pratiques d’intégration renforcent probablement les leçons apprises lors d’expériences dans des états modifiés de conscience. La volonté et l’intention d’une personne peuvent non seulement la motiver à s’engager dans de nouvelles activités, mais aussi favoriser l’attachement de l’information émotionnelle aux expériences, ce qui rend plus probable que l’information sera remarquée, implantée et retranscrite dans des souvenirs et des habitudes durables. La méditation et les pratiques de pleine conscience, par exemple, ont démontré que le fait de diriger son attention vers l’observation des pensées peut modifier une gamme de processus physiologiques et psychologiques (Raffone & Srinivasan, 2010). Par la pensée et les actions, le cerveau est capable d’altérer la structure et la fonction.

    D’autres recherches sont nécessaires pour valider ces hypothèses, mais la combinaison d’une substance qui faciliterait les modifications neuroplastiques requises pour les changements de comportement avec la thérapie est une approche rationnelle pour tester le traitement des troubles de l’humeur.

    Un cerveau en développement : Les plantes psychoactives comme engrais ?

    Le terme “neuroplasticité” va au-delà des adaptations fonctionnelles et de la formation de nouvelles connexions synaptiques pour décrire les changements anatomiques. De nouveaux neurones naissent chaque jour dans le cerveau adulte, en particulier dans l’hippocampe, une région importante pour la mémoire (Deng, Aimone & Gage, 2010). Bien que beaucoup d’entre eux ne survivent pas, plusieurs s’intègrent dans les tissus cérébraux voisins pour devenir fonctionnels dans les circuits neuronaux. Ce processus, appelé neurogenèse de l’adulte, joue un rôle dans la mémoire et l’apprentissage, la neurogenèse accrue étant associée à des gains au niveau de la cognition et de la capacité de mémoire. D’autre part, la diminution de la neurogenèse est impliquée dans plusieurs troubles, y compris la maladie d’Alzheimer, la schizophrénie, les troubles liés au stress et la dépression (Zhao, Deng, & Gage, 2008).

    Les substances qui régulent la sérotonine ont un impact sur la neurogenèse, et les bénéfices thérapeutiques des antidépresseurs pour le traitement de la dépression sont associés à une augmentation de la naissance de nouveaux neurones (Eliwa, Belzung, & Surget, 2017). Des recherches sont en cours pour comprendre si les composés psychédéliques peuvent déclencher la neurogenèse.

    Des études ménées sur des animaux et deux essais cliniques récents sur des patients souffrant de dépression ont démontré que l’ayahuasca avait des effets antidépresseurs rapides. Lorsque des alcaloïdes (harmine, harmaline et tétrahydroharmine) prévalant dans l’ayahuasca ont été ajoutés à une boîte de Pétri avec des cellules souches hippocampiques, davantage de cellules avaient migré et étaient devenues des neurones adultes (Morales-García, et al., 2017). Cela suggère que l’ayahuasca peut stimuler la neurogenèse adulte qui peut être à la base de ses puissants effets antidépresseurs.

    Ouvrir la voie à une nouvelle discipline de la recherche en neuroscience

    Alors que la recherche en neurosciences a prouvé que le cerveau pouvait être malléable par des changements fonctionnels au niveau synaptique et par la naissance de nouveaux neurones pour reconstruire les circuits, nous venons tout juste de nous lancer dans la recherche pour comprendre comment les états de conscience altérés générés par les psychédéliques influençaient ces processus biochimiques. En cartographiant les mécanismes neurologiques, nous pouvons optimiser le potentiel thérapeutique et transformateur de ces expériences. La recherche sur les thérapies psychédéliques assistées et les pratiques d’intégration permettra de mieux comprendre ce qui est le plus efficace et la meilleure façon de mettre en œuvre des soins individualisés.

     

    Références

    Askenasy, J. M., & Lehmann, J. (2013). Consciousness, brain, neuroplasticity. Frontiers in Psychology, 412. DOI: 10.3389/fpsyg.2013.00412

    Dakic, V., Nascimento, J. M., Costa Sartore, R., Moraes Maciel, R., Araujo, D. B., Ribeiro, S. … Rehen, S. K. (2017). Short term changes in the proteome of human cerebral organoids induced by 5-MeO-DMT. Scientific Reports, 7(1), 12863.

    Deng, W., Aimone, J. B., & Gage, F. H. (2010). New neurons and new memories: How does adult hippocampal neurogenesis affect learning and memory? Nature Reviews Neuroscience, 11(5), 339–50.

    Eliwa, H., Belzung, C. & Surget, A. (2017). Adult hippocampal neurogenesis: Is it the alpha and omega of antidepressant action? Biochemical pharmacology, 141, 86–99.

    Ly, C., Greb, A. C., Cameron, L. P., Wong, J. M., Barragan, E. V., Wilson, P. C. … David Olson, D. (2018).  psychedelics promote structural and functional neural plasticity. Cell Reports, 23(11), 3170–3182.

    Morales-García, J. A., Fuente Revenga, F., Alonso-Gil, S., Rodríguez-Franco, M. I., Feilding, A., Perez-Castillo, A., & Riba, J. (2017). The alkaloids of Banisteriopsis caapi, the plant source of the Amazonian hallucinogen ayahuasca, stimulate adult neurogenesis in vitro. Scientific Reports, 7(1), 5309.

    Olson, D. E & Regents of The University of California. (2017). Compounds (non-hallucinogenic analogs) for increasing neural plasticity. [Patent application WO2018064465]. Retrieved from https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf;jsessionid=82BAEA12447CCAC62BA8161E7682D3A9.wapp2nA?docId=WO2018064465&recNum=5&office=&queryString=&prevFilter=%26fq%3DOF%3AWO%26fq%3DICF_M%3A%22G01N%22%26fq%3DPAF_M%3A%22THE+REGENTS+OF+THE+UNIVERSITY+OF+CALIFORNIA%22&sortOption=Pub+Date+Desc&maxRec=557

    Raffone, A., & Srinivasan, N. (2010). The exploration of meditation in neuroscience of attention and consciousness. Cognitive Processing, 11(1), 1–7

    Sagi, Y., Tavor, I., Hofstetter, S., Tzur-Moryosef, S., Blumenfeld-Katzir, T, & Assaf, Y. (2012). Learning in the fast lane: New insights into neuroplasticity. Neuron, 73(6), 1195–1203.

    Vollenweider, X., & Kometer, M. (2010). The neurobiology of psychedelic drugs: Implications for the treatment of mood disorders. Nature Reviews Neuroscience, 11(9), 642.

    Young, M. B., Andero, R., Ressler, K. J., & Howell, L. L. (2015).  3, 4-Methylenedioxymethamphetamine facilitates fear extinction learning. Translational Psychiatry, 5(9), e634.

    Zhao, C., Deng, W., & Gage, F. H. (2008). Mechanisms and functional implications of adult neurogenesis. Cell,132(4) 645–660.

     

    SOURCE

    http://chacruna.net/do-psychedelics-have-the-power-to-change-minds/

    Traduction EXTACIDE

     

     

     

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here