Les Scientifiques De Columbia Et De Yale Ont Découvert La Partie Spirituelle De Notre Cerveau

0
112
views

Les scientifiques cherchent toujours à tout quantifier, même l’ineffable. C’est ainsi que la quête humaine de sens a récemment pris une tournure physique lorsque les chercheurs de l’Université de Columbia et de l’Université Yale ont isolé la partie de notre cerveau qui traite les expériences spirituelles.

Dans une nouvelle étude, publiée dans la revue Cerebral Cortex (paywall) le 29 mai, les neuroscientifiques expliquent comment ils ont généré des expériences spirituelles “personnellement pertinentes” dans un groupe diversifié de sujets et ont scanné leur cerveau pendant que ces expériences se produisaient. Les résultats indiquent qu’il existe un “foyer neurobiologique” de la spiritualité. Lorsque nous ressentons un sentiment de connexion avec quelque chose de plus grand que soi – que cette transcendance implique la communion avec Dieu, la nature ou l’Humanité – une certaine partie du cerveau semble s’activer.

L’étude suggère qu’il existe un fondement cognitif universel pour la spiritualité, par opposition à un fondement culturel. Selon les chercheurs, cette nouvelle découverte pourrait contribuer à améliorer le traitement de la santé mentale.

Des études antérieures ont examiné l’activité cérébrale de moines bouddhistes ou de religieuses catholiques, c’est-à-dire des gens qui sont déjà spirituellement enclins et familiers avec la pratique des états transcendants. Mais cette recherche a analysé des sujets d’horizons différents, avec des degrés divers de religiosité et des notions individuelles totalement différentes de ce qui constitue une expérience spirituelle.

“Bien que les études aient lié des mesures spécifiques du cerveau à des aspects de la spiritualité, aucune n’a cherché à examiner directement les expériences spirituelles, en particulier lorsqu’on utilise une définition plus large et moderne de la spiritualité qui peut être indépendante de la religiosité”, explique l’étude. Parce qu’il existe de nombreux types de moments transcendants avec des degrés divers de signification pour différentes personnes, il a été difficile de tester les effets généraux de la spiritualité, par opposition à la religiosité. Ainsi, pour cette étude, les chercheurs ont généré des scripts individuels qui mettent chaque sujet dans son propre état transcendant.

Avec chacun des 27 sujets – tous de jeunes adultes en bonne santé – les chercheurs ont créé un scénario personnel basé sur les expériences spirituelles antérieures déclarées par chacun d’entre eux. Les scientifiques ont ensuite scanné l’activité cérébrale lors de la génération d’un tel état chez ces sujets.

Au cours de leurs états transcendants, tous les sujets ont montré des schémas d’activité similaires dans le cortex pariétal, qui traite les sensations, l’orientation spatiale et le langage, et dont on pense qu’il influence sur l’attention, entre autres fonctions. En d’autres termes, qu’il s’agisse d’une église, d’un arbre ou d’un stade rempli de fans de sport, cela semble avoir le même effet sur le cerveau.

L’effet sur le cerveau est distinct de l’effet d’autres formes de relaxation, selon les chercheurs. “Nous avons observé dans la condition spirituelle, par rapport à la condition neutre-détente, une activité réduite dans le lobule pariétal inférieur gauche (IPL), un résultat qui suggère que l’IPL peut contribuer de manière importante au traitement perceptuel et aux représentations de soi pendant les expériences spirituelles”, explique l’étude.

Ces changements dans le cerveau peuvent aider à expliquer pourquoi, pendant les expériences spirituelles, la frontière entre l’individu et les autres peut être réduite ou même complètement éliminée. Bien que nous ayons besoin d’une certaine séparation entre soi et le reste du monde pour nous protéger et gérer la réalité, l’élimination de cette frontière de temps à autre est également précieuse.

“Les expériences spirituelles sont des états qui peuvent avoir de profondes répercussions sur la vie”, explique Marc Potenza, professeur de psychiatrie et de neurosciences à l’Université de Yale, dans une déclaration au sujet de l’étude. “Comprendre les bases neurologiques des expériences spirituelles peut nous aider à mieux comprendre leur rôle dans la résilience et le rétablissement de la santé mentale et des troubles de dépendance.”

Les expériences spirituelles impliquent “des changements prononcés dans la perception [qui] amortissent les effets du stress”, selon l’étude. Les résultats suggèrent que ces expériences sont accessibles à tous et que la transcendance ne dépend pas de la religiosité. Cela facilite l’étude des expériences spirituelles et l’utilisation de ces états pour améliorer la santé mentale. Ensuite, les chercheurs espèrent pouvoir faire des tests sur un plus grand nombre de sujets de tous âges.

Au-delà de la santé mentale, les scientifiques étudient la spiritualité parce que la quête humaine de sens est intemporelle et universelle. En cultivant des expériences spirituelles en plus de renforcer nos capacités intellectuelles, les personnes peuvent mener une vie émotionnellement plus riche et développer un esprit plus ouvert, selon les scientifiques.

Comme Tony Jack, directeur du laboratoire Brain, Mind and Consciousness de la Case Western Reserve University – qui n’a pas participé à cette étude – l’a expliqué à la WKSU, la pensée analytique et la pensée spirituelle, empathique, s’appuient sur différentes voies et processus neuronaux. Elles ne se produisent pas simultanément dans le cerveau, mais les deux modes sont nécessaires, comme l’inspiration et l’expiration. “Vous ne pouvez pas faire les deux en même temps, mais vous avez besoin des deux pour rester en bonne santé”, explique-t-il.

 

SOURCE

Columbia and Yale scientists found the spiritual part of our brains—religion not required

Traduction EXTACIDE

 

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here