Le LSD Et La DMT Favorisent La Plasticité Neuronale Chez Les Rats Et Les Mouches

    0
    96
    views

    Les effets des psychédéliques sur la densité de neurite constituent un signe prometteur pour leur utilisation dans le traitement de la dépression, de l’anxiété et du syndrome de stress post-traumatique.

    Le LSD et la DMT ont longtemps été des substances de choix dans la communauté des psychonautes, et à juste titre. On sait que ces deux substances modifient profondément l’état mental de l’usager et provoquent des hallucinations vives. Pourtant, en raison d’un moratoire de plusieurs décennies sur la recherche psychédélique aux États-Unis, les chercheurs n’ont toujours pas une très bonne idée de la façon dont ces psychotropes affectent le cerveau au niveau physique.

    Dans une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans la revue Cell Reports, des chercheurs de UC Davis, ont administré du LSD, de la DMT et d’autres psychédéliques à des mouches et des rats et ont constaté que bon nombre de ces substances – en particulier le LSD – avaient entraîné la création de neurones formant davantage de connexions synaptiques dans le cerveau des animaux. Ces résultats sont particulièrement encourageants parce qu’ils suggèrent que les psychédéliques, peuvent être très efficaces dans le traitement de la dépression, de l’anxiété et du syndrome de stress post-traumatique.

    Selon David Olson, biochimiste à UC Davis, la dépression survient quand les parties d’un neurone qui d’habitude se ramifient pour former des connexions avec d’autres neurones (collectivement appelés neurites) ont tendance à “se ratatiner” dans le cortex préfrontal, une zone du cerveau qui est essentielle à la régulation de l’émotion et de l’anxiété. Ainsi, les chercheurs en psychiatrie moléculaire se sont concentrés sur la recherche de substances capables de favoriser la croissance des neurites, ou “neuroplasticité”, pour contrer les effets de la dépression et de l’anxiété sur la structure du cerveau.

    À cet égard, Olson et ses collègues écrivent que la kétamine s’est “montrée la plus prometteuse ces dernières années” pour le traitement de la dépression et de la toxicomanie parce qu’elle agit rapidement et est efficace chez les patients qui n’ont pas eu de succès avec d’autres formes de traitement. L’inconvénient de la kétamine, cependant, est qu’elle crée une dépendance et présente donc un potentiel d’abus. Puisque de nombreux psychédéliques ont démontré un faible potentiel de dépendance, mais des propriétés antidépressives similaires à celles de la kétamine, ils semblent constituer une avenue prometteuse pour promouvoir la croissance des neurites comme moyen de combattre la dépression, l’anxiété et le stress post-traumatique.

    Cette image montre les effets de divers psychotropes sur la croissance des neurones par rapport à un témoin (VEH). Image : UC Davis

    “Nous avons spécifiquement conçu ces expériences pour imiter les études antérieures sur la kétamine afin de pouvoir comparer directement ces deux composés”, ont écrit les chercheurs de UC Davis. “Selon une première approximation, ils semblent remarquablement similaires.”

    L’équipe de recherche a administré de la DMT, de la psilocine (un des composés psychoactifs des champignons magiques), de la MDMA et du LSD aux mouches et aux rats, et a constaté qu’ils favorisaient tous la croissance des neurites. Selon les chercheurs, cependant, le LSD a été particulièrement efficace par rapport aux autres substances. Étonnamment, l’ibogaïne psychédélique, qui gagne du terrain comme traitement de la dépendance, était “le seul psychédélique testé qui n’a eu absolument aucun effet”.

    “C’était surprenant”, ont écrit les chercheurs, “parce que nous avons émis l’hypothèse que les propriétés anti-addictives durables de l’ibogaïne pourraient résulter de ses propriétés psychoplastique [la capacité d’altérer la structure du cerveau].

    Bien que ces tests n’aient été effectués que sur des neurones de mouche et de rat, le fait que les résultats étaient si clairs chez les invertébrés et les vertébrés suggère que les effets de ces psychédéliques sur la croissance des neurites “agissent par le biais d’un mécanisme conservé par l’évolution”. En d’autres termes, il n’est pas exagéré de supposer que des effets similaires pourraient se produire dans le cerveau humain. Malgré les résultats prometteurs, Olson ne pense pas que les drogues qui causent de fortes hallucinations sont susceptibles d’être largement utilisées pour la dépression, mais reconnaît qu'”un composé inspiré des psychédéliques pourrait très bien le devenir”.

    “Ce sont certains des composés les plus puissants connus pour affecter les fonctions cérébrales, il est très évident pour moi que nous devrions comprendre comment ils fonctionnent”, a déclaré Olson dans une déclaration. “Si nous comprenons parfaitement les voies de communication qui mènent à la plasticité neuronale, nous pourrons peut-être cibler les nœuds critiques le long de ces voies avec des substances qui sont plus sûres que la kétamine ou les psychédéliques.”

     

    SOURCE

    https://motherboard.vice.com/en_us/article/8xeenb/lsd-dmt-neuroplasticity-depression-ptsd

    Traduction EXTACIDE

    SHARE

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here