Selon Une Étude, La Psilocybine Stimulerait La Croissance De Nouvelles Cellules Cérébrales

0
108
views

Les champignons psychédéliques sont déjà réputés pour leur capacité à aider les gens à ouvrir leur esprit et à élargir leur perspective sur le monde. Ils ont démontré leur capacité à combattre les troubles mentaux comme la dépression et l’anxiété. Aujourd’hui, la recherche montre que les champignons magiques peuvent réellement aider à reconstruire physiquement un cerveau endommagé.

Dans une étude menée par l’Université de Floride du Sud et publiée en 2013 dans la revue Experimental Brain Research, les chercheurs ont mesuré les effets des champignons sur des souris conditionnées pour craindre certains stimuli.

Les résultats ont été frappants : Non seulement la psilocybine, principal ingrédient actif des champignons psychédéliques, pouvait les aider à surmonter leur peur, mais elle favorisait aussi la croissance et la régénération cellulaire dans leur cerveau.

Champignons à psilocybine Via: Atomazul

Au cours de l’expérience, les souris ont été exposées à un son pendant qu’elles recevaient un choc électrique, leur apprenant à craindre le bruit même lorsque le choc n’était pas administré.

Les souris qui ont reçu de faibles doses de psilocybine, cependant, ont pu rapidement perdre leur aversion pour le son, tandis que les souris qui n’ont pas pris la substance ont mis plus de temps à revenir à la normale. “Elles ont cessé de geler; elles ont perdu leur peur”, a déclaré le Dr Juan Sanchez-Ramos, co-auteur de l’étude, à Live Science.

De plus, les souris influencées par les psychédéliques ont manifesté une croissance de nouvelles cellules cérébrales, effaçant peut-être les souvenirs de la réaction de peur. Les chercheurs pensent que la psilocybine se lie aux récepteurs cérébraux qui stimulent la croissance et la guérison, agissant sur l’hippocampe, une petite partie du cerveau essentielle à l’apprentissage et à la formation des souvenirs. Puisque l’on pense que le SSPT résulte d’une réponse similaire dans laquelle les patients ne peuvent pas séparer un stimulus d’un événement traumatique, la psilocybine pourrait peut-être les aider à guérir leur cerveau tout comme elle l’a fait pour les souris.

“La mémoire, l’apprentissage et la capacité de réapprendre qu’un stimulus autrefois menaçant n’est plus un danger dépend absolument de la capacité du cerveau à modifier ses connexions”, a expliqué à Real Clear Science le Dr. Briony Catlow, directeur de l’étude de l’Institut Lieber pour le développement du cerveau. “Nous pensons que la neuroplasticité joue un rôle critique dans le processus d’extinction de la peur par la psilocybine.”

“Il est fort possible qu’à l’avenir, nous continuions ces études, car de nombreuses questions intéressantes sont ressorties de ces expériences”, a précisé Catlow. “L’espoir serait de pouvoir étendre les résultats aux humains dans des essais cliniques.”

Les psychédéliques agissent, en partie, en outrepassant le “réseau du mode par défaut” dans le cerveau, que l’on croit responsable des pensées errantes, de l’autocritique et de l’incapacité à se concentrer sur le monde extérieur. Au lieu de cela, les substances aident les gens à se concentrer sur le moment présent, comme c’est le cas pour de nombreuses pratiques de méditation orientale. Cela peut également aider avec le SSPT ainsi que d’autres troubles mentaux comme la dépression.

“Les personnes souffrant de dépression ont des réseaux du mode par défaut hyperactifs et ruminent en permanence, sur leurs insuffisances, sur leur méchanceté, qu’elles ne valent rien, qu’elles ont échoué – à un point qui est parfois délirant”, a déclaré David Nutt, de l’Imperial College London’s Neuropsychopharmacology Unit, à Natural News. “La psilocybine semble bloquer cette activité et arrêter cette rumination obsessionnelle.”

La valeur thérapeutique semble claire. “La psilocybine facilite l’extinction de la réaction de peur conditionnée classique, et cet agent, ainsi que d’autres agents similaires, devraient être explorés comme traitements potentiels pour le trouble de stress post-traumatique et les affections connexes”, conclut l’étude. Cependant, malgré son succès avéré et son potentiel illimité, la psilocybine est actuellement interdite par le gouvernement américain, considéré comme une drogue à usage abusif sans valeur médicale.

 

SOURCE

http://reset.me/study/study-psilocybin-mushrooms-stimulate-growth-of-new-brain-cells

Traduction EXTACIDE

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here