L’Utilisation De Psychédéliques Pourrait Réduire Les Tendances Suicidaires

    0
    88
    views

    Compte tenu de la participation et de la diversité des présentations à la conférence Psychedelic Science du week-end dernier, organisée par la Multidisciplinary Association of Psychedelic Studies (MAPS), il n’est pas exagéré de dire que nous sommes au milieu d’une renaissance psychédélique. Pour la première fois en près de 50 ans, les psychédéliques, de la MDMA à l’ayahuasca, sont étudiés en tant que traitements légitimes pour une foule de maladies mentales comme le SSPT et la dépression, ainsi que l’anxiété chez les patients atteints d’un cancer en phase terminale.

    Selon une nouvelle étude présentée à la conférence MAPS par Elena Argento, chercheuse au BC Center for Excellence in HIV/AIDS, les psychédéliques peuvent aussi avoir un rôle important à jouer dans la réduction du risque de suicide chez certaines des populations les plus vulnérables, comme les travailleuses du sexe.

    Après avoir pris de l’ayahuasca, un puissant breuvage psychédélique originaire d’Amérique du Sud, Argento a réalisé qu’il pourrait y avoir une utilisation thérapeutique potentielle pour les psychédéliques et a décidé de poursuivre ce projet dans le cadre de son travail sur l’amélioration de la santé des populations marginalisées.

    Ses recherches les plus récentes sont fondées sur les données d’une étude longitudinale de quatre ans menée par An Evaluation of Sex Workers’ Health Access (AESHA), une initiative sur le genre et la santé sexuelle en Colombie-Britannique. De 2010 à 2014, l’AESHA a réalisé des questionnaires par entrevues avec près de 800 travailleuses du sexe à Vancouver deux fois par an. Le questionnaire comportait des questions sur leur consommation passée et actuelle de drogues, ainsi que sur la question de savoir si elles avaient eu ou non des tendances suicidaires au cours des six derniers mois.

    Afin d’établir une mesure de référence sur la façon dont les psychédéliques affectent les nouveaux cas de suicidalité, Argento a dû exclure les travailleuses et travailleurs sexuels qui ont signalé des idées suicidaires ou des tentatives de suicide au moment de l’entrevue initiale. Environ la moitié des participants ont déclaré des tendances suicidaires et n’ont pas été inclus dans l’étude. Pour les 290 femmes restantes, 11 % ont déclaré des tendances suicidaires lors des suivis ultérieurs au cours des quatre années suivantes.

    Néanmoins, Argento a constaté que l’usage de psychédélique à vie (c’est-à-dire si les travailleuses et travailleurs sexuels avaient ou non pris un psychédélique à un moment de leur vie) était indépendamment associé à une réduction de 60 % du risque de suicidalité. En même temps, la consommation de méthamphétamine en cristaux et la violence pendant l’enfance demeuraient des prédicteurs indépendants de suicidalité chez les femmes.

    Bien que l’étude d’Argento ne soit qu’observationnelle (c’est-à-dire qu’elle a été menée sans contrôle sur les variables, contrairement à une expérience de laboratoire), il s’agit d’un premier pas important vers l’étude du potentiel thérapeutique des substances psychédéliques. Des substances qui étaient autrefois du ressort exclusif des ravers et des hippies trouvent déjà une validation thérapeutique en milieu clinique.

    La MDMA, par exemple, devrait entrer dans une étude de phase 3 approuvée par la FDA cet été pour l’utilisation chez les patients souffrant de SSPT. La Multidisciplinary Association for Psychedelic Sciences a été pionnière dans ce domaine pendant des années, et leur plus récent travaux cliniques sur la MDMA a produit des résultats incroyables dans le traitement thérapeutique du SSPT chez les anciens combattants.

    De plus, les psychiatres de John Hopkins, que beaucoup considèrent comme la principale institution médicale aux États-Unis, sont à l’épicentre de la recherche sur la psilocybine utilisée pour traiter la dépression et l’anxiété chez les patients en phase terminale. Les chercheurs espèrent commencer les essais de phase 3 sur la psilocybine cette année, l’avant-dernière phase de recherche avant que la FDA n’envisage d’approuver l’utilisation générale du composé.

    Il est beaucoup moins clair dans quelle mesure le LSD ou les médecines à base de plantes comme le peyote et l’ayahuasca par rapport à la psilocybine ou à la MDMA en tant que traitements médicaux possibles. Bien qu’un certain nombre d’études aient démontré l’efficacité du LSD dans le traitement de la dépression et de l’anxiété, ces trois lettres ont été complètement diabolisées par la guerre contre les drogues et la recherche sur son potentiel thérapeutique a connu une progression beaucoup plus lente. En ce qui concerne les médecines à base de plantes, le manque relatif de recherche et de données sur leurs effets rend les perspectives de tout essai clinique à des fins thérapeutiques encore très lointaines.

    Mais cela n’est pas forcément une mauvaise chose. L’étude d’Argento n’a pas cherché à savoir quelles psychédéliques les femmes utilisaient, la fréquence à laquelle elles utilisaient les psychédéliques ou leur expérience pendant qu’elles étaient sous l’influence des psychédéliques. Dans l’avenir, elle espère obtenir des données plus détaillées afin de commencer à monter un dossier pour explorer l’utilisation des psychédéliques en milieu clinique comme moyen de réduire le risque de suicide chez les populations vulnérables. Si la MDMA et la psilocybine s’avèrent efficaces dans les prochains essais de phase 3, ces psychédéliques pourraient être disponibles pour les travailleuses et travailleurs sexuels au cours de la décennie.

    ” Nous ne nous sommes pas contentés de regarder le LSD ou la psilocybine, même si c’est quelque chose que nous pourrions étudier à l’avenir “, m’a confié Argento lors de la conférence MAPS. “Il y a des plans au BC Center for Excellence pour commencer à faire des essais avec des psychédéliques. Potentiellement, certaines travailleuses du sexe de l’AESHA auront l’occasion de participer à ces essais sur l’utilisation de psychédéliques pour divers problèmes de santé mentale.”

     

    SOURCE

    https://tonic.vice.com/en_us/article/kbm4nv/psychedelic-use-could-lower-suicide-risk

    Traduction EXTACIDE

    SHARE

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here