“J’ai Souffert D’Une Dépendance À L’Héroïne Pendant 11 ans – Et Je L’Ai Vaincu Grâce À L’Ayahuasca”

0
60
views

J’ai commencé à consommer de l’ayahuasca il y a deux ans parce que je souffrais depuis 11 années d’une dépendance à l’héroïne que je n’arrivais pas à vaincre. Au fil des ans, je suis allé quatre fois en désintoxication, j’ai navigué entre deux boulots, je suis entré et sorti des réunions des Alcooliques Anonymes et j’ai aussi essayé des drogues de substitution aux opiacés comme la Suboxone. Le résultat final ressemblait à un cliché de dépravé : la vie dans les rues de San Francisco, la consommation d’héroïne et de crack, dormir sous une porte d’église et, parfois, dans une cellule de prison. Rien ne m’a incité à prendre un chemin différent, jusqu’à ce que je dessoûle et trouve l’ayahuasca.

Bien que l’agonie du sevrage soit la partie la plus atroce de la dépendance à l’héroïne, ce n’est pas le plus grand obstacle à l’abandon. Arrêter de consommer de l’héroïne est une chose (deux semaines en traitement ou en prison feront l’affaire pour réduire la dépendance physique), rester sobre en est une autre. À maintes reprises, j’ai cessé de consommer de l’héroïne pendant des semaines ou des mois, puis, inévitablement, je me suis retrouvé déprimé, en train de languir à travers les jours et, assez vite, je suis revenu à de vieilles habitudes. Cela a changé avec l’ayahuasca : Quand j’ai commencé à prendre le curieux stimulant, cela a bouleversé ce sentiment de malaise et m’a invité à la stupéfaction.

Pour moi, l’ayahuasca a été un remède contre la dépression. J’ai consommé de l’ayahuasca plus de 15 fois, et la meilleure façon de décrire mes expériences marquantes serait de dire qu’elles ont bouleversé tout mon esprit et m’ont emmené dans des mondes de sensations pures. Ma tête était un volcan, mes sens étaient incroyablement amplifiés, et je me sentais parfois enveloppé d’une vague intensité qui semblait être un sens en soi. Parfois, je voyageais à l’intérieur de vieux souvenirs et entrait dans des mondes fantastiques dans lesquels je pouvais respirer les couleurs et voir les notes de musique flotter comme des bulles.

L’ayahuasca est illégal aux États-Unis (à l’exception des Églises autorisées), mais légal dans plusieurs pays d’Amérique du Sud. Son utilisation par les Amazoniens indigènes remonte à des milliers d’années (elle a été documentée pour la première fois par des missionnaires espagnols du 18ème siècle), et il est étonnant de voir comment ils sont arrivés à l’idée pour la première fois de préparer et de boire une infusion de deux plantes qui ne poussaient pas à proximité l’une de l’autre dans une jungle regorgeant bien des espèces différentes. Les autochtones disent que les plantes leur “parlaient” et leur révélaient la marche à suivre.

Il existe un petit corpus de recherche scientifique, quoique croissant, sur le potentiel des psychédéliques comme l’ayahuasca pour traiter la toxicomanie (entre autres troubles de santé mentale). Une étude réalisée en 2017 par la Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies (MAPS) sur l’ibogaïne africaine (qui peut remédier à de nombreux symptômes du sevrage de l’héroïne) a révélé qu’un tiers des 30 héroïnomanes qui avaient pris une seule dose élevée d’ibogaïne étaient toujours en abstinence trois mois plus tard.

Des scientifiques de l’Université Johns Hopkins en 2014 ont donné au cours d’une expérience une seule dose importante de psilocybine à un groupe de gros fumeurs de cigarettes. Il en est résulté un taux de réussite remarquable : 80 pour cent étaient restés abstinents après six mois et 67 pour cent après un an. MAPS a également parrainé une petite étude en 2013 sur un groupe de consommateurs de drogues au Canada ayant reçu de multiples doses d’ayahuasca; six mois plus tard, presque tous parmi les 11 sujets ont signalé une réduction ou une cessation de l’usage de drogues et une amélioration du bien-être.

L’Ayahuasca est le résultat de la combinaison de deux plantes, la vigne ayahuasca et les feuilles de chacruna, toutes deux indigènes de la jungle amazonienne. Les feuilles de chacruna contiennent le composé psychédélique diméthyltryptamine, tandis que la vigne contient ce qu’on appelle un inhibiteur de monoamine oxydase, sans lequel l’estomac ne peut pas absorber correctement la DMT. Bouillies dans de l’eau, les deux plantes donnent un liquide sombre et amer qui, lorsqu’il est consommé, peut vous faire vivre des expériences hors normes.

En raison de ses puissants effets physiques et psychoactifs, l’ayahuasca est typiquement pris au cours d’une cérémonie formelle dirigée par un chaman expert dans son utilisation et ses traditions. Habituellement, le chaman dirige un bref rituel pour commencer la cérémonie, après quoi les participants (selon mon expérience, entre huit et 25 personnes) boivent l’infusion à tour de rôle. Dans les heures qui suivent, le son de la musique remplit la pièce, alors que le chaman et les autres chantent avec des instruments comme la guitare, l’harmonica, le tambour à main, la flûte et l’harmonium. Parfois, d’autres sons comme des vomissements, des pleurs, des rires ou des cris de peur interrompent le processus.

Les psychédéliques comme l’ayahuasca fonctionnent à l’inverse des narcotiques comme l’alcool et l’héroïne : Au lieu d’inhiber ou de refouler votre tempérament naturel, ils font exploser vos idées et vos sentiments les plus profonds, vous poussant à travers le grincement inimaginable de votre propre conscience. Des pensées, des souvenirs et des convictions inexplicables surgissent – j’ai entendu des gens dire qu’ils avaient ressenti la douleur du monde entier en un clin d’œil.

Pour empirer les choses, l’ayahuasca tend à induire ce qu’on appelle la “purge” : des expulsions physiques (vomissements, diarrhée, pleurs, rires, sueurs, tremblements) que les chamans considèrent comme un moyen de nettoyer le corps physique et énergétique. Et si de tels épisodes peuvent effectivement ponctuer l’expérience, j’ai parfois l’impression que toute cette expérience est une sorte de purge. Alors que l’intensité augmente et que tout semble s’écrouler, c’est comme si ma psyché se tordait tel un chiffon mouillé.

Dans mes moments les plus émouvants, cependant, les jugements ordinaires disparaissent et une gracieuse et tendre curiosité s’élève comme la chose la plus significative. Plus que tout, l’ayahuasca m’étonne. Surtout quand les effets les plus aigus ont disparu, je me retrouve souvent avec cette bouffée de vitalité pure – juste en sentant l’énergie rebondissante de la musique, enchantée et insouciante. Pour ces moments pénibles où la prise d’ayahuasca semble masochiste, il y a aussi la tranquillité indescriptible que l’excavation de votre intérieur finit par exhumer.

L’Ayahuasca a fait partie de mon processus de rétablissement avec la thérapie, la méditation, l’exercice, les changements de régime alimentaire et les Alcooliques Anonymes. AA a tendance à désapprouver l’utilisation des psychédéliques (bien que son fondateur se soit fait le défenseur de sa propre expérience thérapeutique avec le LSD), mais l’ayahuasca est la chose qui m’a finalement ouvert à la persévérance au sein des AA.

Aujourd’hui, je vois ces différents processus comme m’aidant de la même manière : ouvrir mes idées les plus rigides et mes obsessions personnelles à travers une introspection rigoureuse, tout en cultivant un engagement plus profond avec un monde qui (comme l’ayahuasca) défie la compréhension mais regorge de possibilités. Il n’y a pas de panacée, mais l’exploration a ses récompenses.

Joe Rosenheim est conseiller en toxicomanie et rédacteur indépendant.

 

SOURCE

https://www.sfchronicle.com/opinion/openforum/article/I-had-an-11-year-addiction-to-heroin-and-I-12886129.php

Traduction EXTACIDE

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here