Le LSD Modifie La Réponse Neuronale À La Musique Dans Un Certain Nombre De Régions Du Cerveau Selon Une Étude

0
116
views

De nouvelles recherches mettent en lumière la façon dont le LSD modifie notre perception de la musique. L’étude a révélé que le LSD modifie la réponse neuronale à la musique dans les régions du cerveau associées au traitement auditif, à la mémoire, aux émotions et à la pensée auto-dirigée.

“J’ai toujours été fasciné par les émotions, la mémoire et les états de conscience altérés. À cette fin, j’ai complété mon doctorat en neurosciences cognitives à UC Davis avec Petr Janata, en utilisant des modèles informatiques de cognition musicale pour étudier la base neuronale des émotions et des souvenirs évoqués par la musique”, a déclaré l’auteur de l’étude Frederick Barrett de l’Université Johns Hopkins.

“Avec les outils très puissants que sont les drogues psychédéliques devenant disponibles pour les chercheurs, et le lien très intime entre la musique et les expériences subjectives psychédéliques, une question naturelle se pose. Comment les psychédéliques modifient-ils la façon dont le cerveau traite la musique ? Les docteurs Preller et Vollenweider, de l’Université de Zürich, ont mené une étude sur les effets du LSD sur la création de sens pendant l’écoute de la musique, et ont été assez aimables pour collaborer avec moi et me permettre d’appliquer les modèles informatiques de la cognition musicale avec lesquels j’avais travaillé pour ensuite analyser les données d’imagerie recueillies pendant l’écoute de la musique après l’administration du LSD”.

Dans leur étude, Preller et Vollenweider ont d’abord interrogé 25 participants en bonne santé sur des chansons qui avaient une signification personnelle pour eux. Les participants ont ensuite écouté des chansons personnellement significatives et des chansons non significatives après avoir reçu du LSD ou un placebo. Au cours d’une séance, ils ont également reçu une dose de LSD combinée à de la kétansérine, un médicament qui bloque la capacité du LSD à agir au niveau des récepteurs sérotoninergiques 2A.

Les chercheurs ont constaté que les chansons non significatives ont acquis un sens de signification sous l’influence du LSD. “Nos résultats nous permettent de mieux comprendre comment l’attribution de la pertinence personnelle est activée dans le cerveau”, a expliqué Preller.

Dans l’expérience originale, les chercheurs avaient enregistré l’activité cérébrale des participants à l’aide de l’IRMf. À l’aide d’une méthode connue sous le nom d’analyse de suivi de tonalité, Barrett et ses collègues ont effectué une analyse secondaire de ces données.

Ils ont découvert que le LSD modifiait la réponse neuronale à la musique dans un certain nombre de régions du cerveau, y compris le gyrus temporal supérieur, le gyrus frontal inférieur, le cortex préfrontal médian et l’amygdale. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Cerebral Cortex.

“La musique peut évoquer un large éventail d’émotions, de souvenirs, de sentiments et d’états d’esprit. Nous pouvons souvent nous identifier à la musique, et la musique peut changer la façon dont nous nous sentons et pensons à nous-mêmes”, a expliqué Barrett à PsyPost.

“De la même manière, la musique engage aussi un large éventail de régions du cerveau impliquées dans la mémoire, l’émotion, l’attention et la pensée autonome. Le LSD augmente le degré avec lequel ces zones du cerveau traitent la musique, et il semble utiliser un mécanisme cérébral qui est commun à toutes les drogues psychédéliques (signaux des récepteurs de la sérotonine 2A)”.

“Ces changements cérébraux pendant l’écoute de la musique sous l’influence du LSD sont peut-être le mécanisme par lequel les drogues psychédéliques peuvent être thérapeutiques”, a déclaré Barrett. “Aussi, ces changements cérébraux peuvent révéler la manière dont notre cerveau fait sens, avec ou sans musique et avec ou sans drogues psychédéliques.”

Plusieurs études ont démontré que les drogues psychédéliques peuvent être utiles dans le traitement des troubles psychiatriques. Mais il reste encore beaucoup d’inconnues.

“Bien que les substances psychédéliques peuvent être administrés en toute sécurité dans un cadre contrôlé à des personnes soumises à un dépistage approprié, il s’agit toujours de substances très puissantes qui peuvent ne pas être sûres pour tout le monde et qui peuvent ne pas l’être dans de nombreuses circonstances. La mesure dans laquelle ces éléments (musique, LSD et signaux du récepteur de la sérotonine 2A) sont nécessaires à toute thérapie réussie reste à déterminer “, a expliqué Barrett.

“La mesure dans laquelle l’un ou l’autre de ces éléments interagit avec des expériences difficiles (ou “bad trip”) n’a pas encore été déterminée. De plus, la mesure dans laquelle nous pouvons optimiser l’écoute de la musique pendant les séances de thérapie psychédélique n’a pas encore été déterminée, bien qu’il s’agisse de domaines de recherche actifs”.

“Les psychédéliques sont des drogues puissantes qui promettent de nous aider à guérir, à comprendre notre cerveau et notre esprit, et potentiellement à découvrir la base insaisissable de la conscience elle-même”, a ajouté Barrett.

L’étude, “Serotonin 2A Receptor Signaling Underlies LSD-induced Alteration of the Neural Response to Dynamic Changes in Music“, a été rédigée par Frederick S Barrett, Katrin H Preller, Marcus Herdener, Petr Janata et Franz X Vollenweider.

 

SOURCE

http://www.psypost.org/2018/03/lsd-alters-neural-response-music-number-brain-regions-study-finds-50821

Traduction EXTACIDE

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here