Au Colorado, Les Champignons Psychédéliques Sont-Ils La Prochaine Étape Après La Légalisation Du Cannabis ?

0
130
views

Maintenant que les états ont prouvé que des questions comme la légalisation du cannabis pouvaient remporter un succès dans les urnes, les militants établissent un nouveau front pour la légalisation : les champignons magiques.

Au Colorado, cette forme d’activisme vient d’un groupe appelé Denver for Psilocybin, dirigé par Kevin Matthews, l’organisateur d’une toute nouvelle campagne électorale. L’initiative de Matthews vise à porter la question de la décriminalisation aux électeurs cet automne et, s’il réussit, la ville et le comté de Denver permettraient aux résidents de transporter jusqu’à 50 grammes de champignons séchés et de cultiver jusqu’à 1 kilo chez soi.

Matthews a soumis la version finale de l’initiative au conseil municipal de Denver ce mois-ci et prévoit de commencer bientôt à recueillir des signatures afin de procéder au scrutin de mi-mandat de novembre 2018.

En vertu du nouveau règlement, les champignons à psilocybine seraient placés parmi les plus basses priorités en matière d’application de la loi et ne feraient pas l’objet d’accusations criminelles ou de menaces d’emprisonnement. Le maximum pour une personne qui se ferait arrêter avec des champignons psychédéliques serait une amende de 99$, qui pourrait augmenter de 100$ pour chaque infraction suivante jusqu’à un maximum de 999$.

Le processus d’élaboration de l’initiative a été minutieux, explique Matthews. Denver for Psilocybin voulait prendre en considération le souhait des habitants concernant le règlement qu’ils souhaitent voir appliquer. Ils ont lancé un sondage pour savoir si les habitants de Denver préféraient la décriminalisation ou une structure médicale plus réglementée. La réponse a été massivement en faveur de la décriminalisation, 80 % des personnes interrogées ayant approuvé des peines plus légères.

ÉTATS-UNIS – 11 AVRIL : Rick Doblin, président et fondateur de la Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies (MAPS), pose pour un portrait à son domicile à Belmont, Massachusetts, États-Unis, le vendredi 11 avril 2008. Quatre décennies après que les Grateful Dead et Timothy Leary aient fait du LSD un rite de passage contre-culturel, Rick Doblin tente de secouer l’image hippie de la drogue et de revendiquer son utilisation comme médicament. (Photo par Michael Fein/Bloomberg via Getty Images)

Alors pourquoi légaliser la psilocybine ? S’agit-il de la prochaine étape logique après le cannabis ? La réponse pour Matthews et d’autres activistes se trouve dans la science. Depuis le début des années 2000, il y a eu un nombre croissant de recherches sur la promesse de la psilocybine – la composante psychoactive des champignons psychédéliques – comme traitement d’un certain nombre de problèmes de santé mentale, allant de la dépression grave à la dépendance à la cigarette. Dans ces essais rigoureux, dont l’Université Johns Hopkins a été pionnière, les volontaires déclarent constamment qu’ils ont fait preuve de plus d’ouverture, de compassion et de paix à la suite d’expériences avec des champignon supervisés par un psychothérapeute qualifié. Les enquêteurs n’ont pas encore trouvé de risques importants pour la santé liés à la consommation de psilocybine.

Les militants considèrent les psychédéliques comme la prochaine étape logique après la légalisation du cannabis, car les deux substances ont été interdites en raison de la stigmatisation et des préjugés à l’encontre des personnes qui en consommaient plutôt que l’opinion d’experts sur leur potentiel thérapeutique. Pourtant, il n’est pas facile de passer de la légalisation d’une substance interdite à une autre.

“Ce sera un défi “, explique Matthews, “il y a définitivement des gens qui s’y opposent catégoriquement et c’est normal”.

C’est pourquoi il croit que la partie la plus importante de l’initiative est la campagne éducative soutenue par la recherche clinique. Parce que la psilocybine est toujours aussi mystérieuse pour le grand public, Matthews croit que même la voir sur le bulletin de vote serait un grand pas en avant.

“Pour moi, ce serait un succès parce que cela nous permettrait d’entamer la conversation”, ajoute-t-il. “Une fois que les gens voient la recherche et qu’ils voient les universités attachées à cette recherche, cela tend à ouvrir la porte à la conversation.”

Jusqu’à présent, Denver for Psilocybin n’a pas eu d’opposition directe de la part des autorités municipales. Le maire de Denver, Michael Hancock, a déclaré qu’ils n’avaient pas entendu parler de l’initiative avant d’être contacté par Herb et qu’ils ne voulaient pas faire de commentaires jusqu’à ce que ce soit officiellement sur le bulletin de vote.

BROOKLYN, NY – 30 NOVEMBRE : Dinah Bazer est photographiée chez elle à Brooklyn, NY. Bazer, une résidente de Brooklyn âgée de 69 ans, a déclaré que le procès de NYU a été une expérience qui a changé sa vie après qu’elle a été traitée avec la psilocybine. (Photo de Sasha Arutyunova pour le Washington Post via Getty Images).

Au niveau fédéral, avec un ministère de la Justice qui garde la communauté du cannabis sur le fil du rasoir, Matthews ajoute, “J’imagine qu’ils n’aimeraient probablement pas beaucoup cela”, mais il ajoute que “Si cela doit se produire quelque part, cela peut se produire ici à Denver”.

Denver a ouvert la voie à la décriminalisation du cannabis en 1975. Le seul état qui les a battus de quelques années était l’Oregon, qui est devenu le premier état à décriminaliser le cannabis en 1973. Et il semble qu’avec la psilocybine, l’Oregon pourrait bien redevenir un pionnier.

Alors que l’initiative actuelle de l’Oregon sur la psilocybine est en cours de préparation pour le cycle électoral de 2020 – deux ans après l’initiative de Denver – la proposition ferait beaucoup plus que décriminaliser la possession. Pour la première fois, l’Oregon légaliserait un psychédélique aux États-Unis avec toute une infrastructure de cliniques et de thérapeutes pour l’administrer. Toute personne âgée de plus de 21 ans serait admissible à prendre des champignons à psilocybine avec un conseiller qui a suivi un programme de formation. L’initiative permettrait également de légaliser la production de psilocybine pour ces cliniques.

Le projet est dirigé par les thérapeutes Tom et Sheri Eckert de l’Oregon Psilocybin Society. “Nous espérons qu’il prendra ce qui se fait dans la clandestinité et lui donnera une place”, déclare Sheri. “Cette initiative permettrait aux personnes qui font actuellement ce travail d’une façon qui met en péril leur carrière ou leur sécurité ou leur propre liberté d’entrer dans la lumière pour devenir un praticien autorisé.”

L’initiative de l’Oregon sera finalisée au cours des prochains mois afin de préparer la collecte des signatures. Les Eckert sont déterminés à rédiger quelque chose qui a une chance de gagner. Ils ont travaillé avec des représentants de l’État, le conseil législatif et Anthony Johnson, qui a aidé à encadrer l’initiative de légalisation de la marijuana en Oregon.

En cas de succès, l’initiative réduirait également la pénalité pour possession de psilocybine d’un délit, là où elle se situe maintenant, à une infraction qui, tout comme l’initiative de Denver, deviendrait la plus faible priorité en matière d’application de la loi et ne nécessiterait qu’une contravention. Des démarches sont également en cours pour obtenir une initiative de décriminalisation de la psilocybine sur le bulletin de vote de la Californie en novembre.

 

Source

https://herb.co/marijuana/news/psilocybin-psychedelic-mushrooms-legalization

Traduction EXTACIDE

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here