Pourquoi A-T-On L’Impression De Pouvoir Communiquer Avec La Nature Sous L’Effet Du LSD

0
165
views

“Il n’y a aucune preuve que la communion avec des entités pendant les expériences psychédéliques n’est pas une illusion.”

 

“J’étais dans ma cuisine, à regarder cet arbre massif”, raconte Bill depuis le Merseyside, en Angleterre, alors qu’il se souvient d’une des fois où il a consommé du LSD. “Soudain, il s’est mis à me parler, même s’il ne s’est pas présenté, ce qui m’a paru étrange. Cela a duré environ 15 minutes. Il m’a dit qu’il savait qui j’étais et qu’il me regardait depuis un moment. J’avais l’impression d’être nue devant le monde. L’arbre m’a regardé de haut en bas, et a regardé à l’intérieur de moi, et a dit : “Ah, tu es bien : tu peux rester”.

Il est probable que, pendant que vous l’arrosez, vous avez déjà marmonné quelque chose au cactus sur votre table basse ou au yucca près de votre fenêtre. Mais il y a des gens qui prétendent avoir communiqué avec les plantes – et la nature en général – après avoir pris de l’acide ou d’autres substances psychédéliques. La plupart font passer ces conversations pour de simples hallucinations, mais d’autres – en général, les types qui prennent des champignons une fois pour ensuite se passionner pour les fūrin – croient que les plantes leur répondaient vraiment.

“L’arbre a alors dit : “Il reste encore des choses à dire.” C’était très instructif, et je dois revenir quand je le peux”, a poursuivi Bill. “Cela m’a aidé à comprendre comment chaque chose vivante – plante, animal et humain – dans le monde est interconnectée. C’était comme si quelqu’un dans ma tête jugeait mes sentiments, mes pensées et mes émotions. C’était réciproque : je pouvais sentir son âge – il a visiblement traversé beaucoup de choses avec la façon dont la terre est et comment la ville dans laquelle je vis a été construite autour de lui. J’avais l’impression qu’il me jugeait presque pour voir si j’avais raison d’être dans cet état d’esprit avec cette connectivité. Je n’ai jamais ressenti autant de paix et de bonheur.”

Donc, peu importe si les plantes sont vraiment des créatures sensibles que nous ne pouvons comprendre qu’à l’aide de psychédéliques, il est clair que, pour certains, cela n’a pas vraiment d’importance. Comme le dit Bill : “Ce n’est pas parce que c’est dans ta tête que c’est faux ou pas réel.”

Mais que se passe-t-il dans le cerveau pour causer une telle sensation ?

Grâce à la neuro-imagerie de pointe, nous sommes maintenant plus près que jamais de comprendre le fonctionnement d’une expérience avec du LSD : le LSD, pour l’essentiel, détend l’esprit. Il y a des parties spécifiques du cerveau qui suppriment l’activité spontanée, ce qui signifie que ces choses n’existent qu’en arrière-plan ; vous n’en êtes pas conscient et cela n’affecte normalement pas votre vision. Le LSD permet à toutes ces choses d’entrer dans votre courant de conscience, ce qui, à son tour, permet aux modèles visuels typiques du LSD de se manifester.

Cette perte d’inhibition entraîne une augmentation des niveaux d’activité dans le cerveau et peut entraîner une synchronisation accrue entre les différents processus cognitifs. Par exemple, vous pourriez faire l’expérience d’une synesthésie temporaire, où un sens – le son, disons – est perçu simultanément par d’autres sens. Vous pourriez écouter de la musique et, chaque fois qu’il y a un certain motif ou ton, vous pourriez commencer à voir une couleur particulière.

C’est ce qui conduit au phénomène de dissolution de l’ego ou de l’immensité océanique quand on a l’impression que les frontières de son corps n’existent plus, et que son ego se répand autour de son environnement, ainsi que dans le reste de l’univers. Vous vous sentez comme si vous étiez en harmonie avec la nature, capable de communiquer et d’interagir avec les arbres, les fleurs et les buissons.

Je me souviendrai toujours de cette voix profonde, comme un son venant du centre de la terre, coulant en moi.

Une fois qu’ils en sont là, quels sont les gens qui croient qu’ils ont eu un lien profond avec une fleur ?

Louis, originaire de l’ouest de la France, a eu l’une des conversations les plus profondes qu’il ait jamais eues, avec un arbre dans une forêt près d’une free party, après avoir pris deux buvards de 200 microgrammes. “C’était très inspirant”, dit-il. “Je pense qu’à ce moment-là, je savais que j’étais guéri de la douleur causée par ma rupture et par la mort de mon grand-père. J’ai passé beaucoup de temps à bavarder avec mon nouvel ami, ainsi que quelques fleurs à proximité. Ils m’ont dit que ma récente rupture n’était pas entièrement de ma faute et que je devais penser à toutes les bonnes choses qui m’attendaient et apprendre de mes expériences. Ce n’était pas comme si je parlais à un mur qui ne répondait pas; je les entendais me conseiller et me réconforter.

“Nous avons aussi parlé de mon grand-père récemment décédé. Il m’a expliqué que tout reviendra d’où c’est venu, que je n’ai pas besoin de m’inquiéter pour lui, et que je devrais me souvenir des leçons qu’il m’a enseignées et garder le moral. Je me souviendrai toujours de cette voix profonde, comme un son venant du centre de la terre, coulant en moi. C’était comme si je parlais à quelqu’un qui me connaissait depuis ma naissance.”

Le LSD a été découvert accidentellement en 1938 par un chimiste à la recherche d’un stimulant sanguin, et les médecins ont rapidement commencé à expérimenter, à faire des recherches et à prescrire le médicament. Cependant, après l’interdiction à la fin des années 1960, la recherche a été interdite et n’a repris qu’en 2014.

Aujourd’hui, grâce à des attitudes plus ouvertes à l’égard des essais de drogues illicites – et aux nouveaux outils et technologies scientifiques, comme l’imagerie par résonance magnétique -, nous commençons enfin à comprendre les effets du LSD sur le cerveau humain.

Enzo Tagliazucchi, neuroscientifique à l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences d’Amsterdam, est à l’avant-garde de la recherche sur ces effets.

“Il n’y a aucune preuve que la communion avec les entités pendant les expériences psychédéliques n’est pas une illusion”, explique-t-il au téléphone depuis Buenos Aires, quand je demande si le LSD permet vraiment aux utilisateurs de communiquer avec la nature. “Pourquoi cette illusion particulière apparaît sous certaines drogues est inconnue, mais devrait être abordée par de futures expériences de neuro-imagerie.”

Alors, hé, peut-être que ces plantes sont vraiment en train de discuter avec vous, ou peut-être qu’elles ne le sont pas : nous devons attendre que les chercheurs réalisent d’autres études avant de pouvoir dire quoi que ce soit de façon définitive. Mais ce qui est certain, c’est que, comme Bill et Louis le montrent, ces expériences peuvent être vraiment enrichissantes et changer la vie, peu importe leur authenticité.

 

SOURCE

https://www.vice.com/en_us/article/ne38gd/why-it-feels-like-you-can-communicate-with-nature-on-lsd

Traduction EXTACIDE

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here