Les Traitements Avec Du LSD Peuvent “Harmoniser” Le Cerveau D’Après Une Étude

0
45
views

Au cours des dernières années, les scientifiques ont découvert les bienfaits thérapeutiques potentiels de substances psychédéliques comme la psilocybine et le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD), ces substances pourraient “réinitialiser” le cerveau chez les personnes atteintes de troubles mentaux.

Une nouvelle étude a révélé exactement ce qui se passe à l’intérieur de notre cerveau lorsque nous prenons du LSD, mettant au jour un lien qui pourrait expliquer pourquoi le LSD soulage les symptômes de troubles comme le syndrome de stress post-traumatique ou la dépression chronique.

Les recherches menées par le Center for Brain and Cognition de l’Universitat Pompeu Fabra à Barcelone ont permis de découvrir un processus “d’harmonisation” entre les différentes parties du cerveau qui ne fonctionnent pas généralement ensemble.

Considéré par l’équipe comme une “expansion du répertoire”, des substances psychédéliques comme le LSD pourraient encourager le cerveau à développer certains modèles d’activité.

L’équipe pense que ces modèles pourraient aider à compenser les connexions désordonnées qui peuvent causer des souffrances mentales.

“Nous avons appliqué une nouvelle analyse, un décodage harmonique des données de l’IRMf, qui examine l’activité neuronale d’une nouvelle manière; en tant que combinaison d’ondes harmoniques dans le cerveau que nous appelons “connectomiques harmoniques”, a déclaré le neuroscientifique Selen Atasoy dans une interview avec PsyPost.

Les chercheurs ont scanné le cerveau de 12 volontaires répartis en groupes ayant reçu une dose modérée de LSD ou un placebo. Certaines personnes ont reçu des doses en écoutant des chansons ou après avoir écouté de la musique.

Pourquoi de la musique ? Des recherches antérieures avaient démontré que le LSD améliorait les réactions émotionnelles à l’écoute de diverses pistes instrumentales, ce qui a incité l’équipe à examiner ses effets neurologiques.

Plus précisément, les neuroscientifiques s’intéressaient à la façon dont les réseaux d’activité oscillaient de façon structurée – s’harmonisant effectivement les uns avec les autres, un peu comme la façon dont les patterns des ondes sonores émergent d’un instrument de musique.

Il semble que le LSD fasse siffler le cerveau d’une mélodie légèrement différente, en recrutant des régions du cerveau avec lesquelles il ne joue pas habituellement.

“Nous avons constaté que ce que le LSD fait à votre cerveau semble être semblable à l’improvisation dans le jazz”, a déclaré M. Atasoy à Psypost.

“Tout comme les musiciens de jazz qui utilisent beaucoup plus de notes de musique de façon spontanée et non aléatoire, votre cerveau combine beaucoup plus d’ondes harmoniques (connectomiques harmoniques) spontanément mais de façon structurée.”

L’analogie musicale ne s’arrête pas là – il a été démontré que l’écoute de la musique sous l’influence du LSD amplifie en fait ses effets de réorganisation.

L’étude n’est pas la première à représenter les cerveaux des sujets sous acide, ni même à chercher des patterns; elle est la première à observer le changement d’harmoniques en réponse aux doses de LSD, décrivant les mécanismes à l’origine des effets thérapeutiques potentiels.

Une mauvaise santé mentale peut souvent être le résultat de connexions aberrantes au sein de réseaux cérébraux très importants, ce qui mène à des états désordonnés qui donnent lieu à des symptômes tels que l’anhédonie ou la confusion sensorielle.

En forçant le cerveau à explorer de nouvelles voies, il est possible qu’il puisse construire de nouveaux réseaux qui aident à surmonter les traumatismes.

Les changements dans les harmonies neuronales résultant du LSD – et donc les effets thérapeutiques potentiels – se sont largement estompées en quelques heures après les séances.

Mais les chercheurs ont remarqué des changements résiduels qui laissent entendre que de nouveaux réseaux pourraient devenir permanents.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que des médicaments ne soient mis au point à partir de ce type de recherche.

Après un demi-siècle de stigmatisation en tant que drogues récréatives dangereuses, il est encore long de constituer la base de données probantes à l’appui du potentiel de guérison des produits pharmaceutiques psychédéliques.

Mais les études s’accumulent. Ce qui est une bonne nouvelle pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale.

“À l’avenir, j’espère que nous pourrons mieux comprendre les mécanismes neuronaux qui sous-tendent l’effet thérapeutique des psychédéliques”, a affirmé Atasoy.

Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.

 

SOURCE

https://www.sciencealert.com/lsd-psychedelic-therapeutic-treatment-mental-illness-resets-brain-network-harmonics

Traduction EXTACIDE

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here