Interdire Le LSD Est Irrationnel Selon Le Professeur David Nutt

0
97
views

David Nutt, éminent expert britannique sur la drogue, plaide en faveur d’un accès réglementé à toute drogue moins nocive que l’alcool, y compris le cannabis et l’ecstasy.

Il est professeur de neuropsychopharmacologie à l’Imperial College de Londres et auteur de Drugs: Without The Hot Air (2012).

“Mon point de vue est que toute drogue moins nocive que l’alcool pour la personne qui la consomme devrait être disponible comme alternative à l’alcool – sous une forme où les risques sont minimisés”, a-t-il déclaré dimanche matin.

“Cela ne se traduit pas par un marché libre, cela ne veut pas dire ouvrir des magasins de cannabis pour concurrencer les supermarchés qui vendent de la bière.”

“Cela veut dire avoir accès au cannabis, à l’ecstasy et peut-être à d’autres drogues, comme la méphédrone et les champignons, dans les pharmacies, peut-être avec des cartes électroniques qui vous permettraient d’obtenir une certaine quantité par an.”

Le professeur Nutt a déclaré qu’au Royaume-Uni, les principales causes de décès étaient liées au tabac, à l’alcool, à l’héroïne et aux opiacés – beaucoup plus élevés que les décès liés à l’ecstasy (MDMA).

L’accès réglementé à des drogues moins nocives que l’alcool réduira les dommages causés par l’alcool. Nous espérons réduire la consommation de drogues plus nocives que l’alcool comme la méthamphétamine en cristaux, la P et l’héroïne, ce qui réduira en fait les dommages sociétaux causés par les drogues.

La recherche sur certaines substances et leur valeur thérapeutique potentielle est bloquée, a-t-il ajouté.

Il a étudié ce qui se passe dans le cerveau des personnes sous l’influence du LSD et de la psilocybine (champignon magique) à l’aide de scanners d’imagerie cérébrale.

Ils ont constaté “à notre grande surprise” que la psilocybine, de la même manière que les antidépresseurs, coupe la partie du cerveau qui tend à provoquer la dépression. Une étude de suivi a suggéré que l’effet pourrait durer plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Il soutient que la psilocybine et d’autres substances similaires devraient être transférées de l’annexe 1 à l’annexe 2 – toujours au sein d’une classe de substances contrôlées comme la morphine – “afin que vos médecins puissent les étudier très facilement et déterminer leur valeur thérapeutique pour la population néo-zélandaise”.

Il affirme que la psilocybine pourrait également être utilisée dans le traitement du cancer et des maladies en phase terminale.

“Il y a eu deux études… et l’une des utilisations les plus prometteuses est celle d’aider les gens à accepter la mort. Souvent, sous l’influence des psychédéliques, les gens ne font qu’un avec l’univers. Cela m’intéresse beaucoup d’aider les gens à gérer cette phase difficile de leur vie. Ces deux études américaines ont démontré qu’un seul traitement à la psilocybine aidait les gens à être moins anxieux concernant leur mort.”

Il ajoute que les opiacés ne sont pas la panacée dans le traitement de la douleur en phase terminale.

“Avec les opiacés, vous êtes constipé, vous êtes confus, vous avez la bouche sèche – vous ne souffrez peut-être pas de douleur, mais ce n’est certainement pas forcément une bonne mort.”

“Je pense donc que les psychédéliques offrent une alternative, non seulement à la souffrance de la mort mais aussi au traitement des syndromes douloureux.”

“Si vous autorisez les gens à prendre de la morphine pour contrôler la douleur, ce qui tue au Royaume-Uni près de 2000 personnes par an, c’est irrationnel de refuser aux gens l’accès au LSD qui ne tue personne.”

Il dit qu’il y a d’énormes variations nationales dans les types de drogues mal utilisées et dangereuses, mais à l’échelle mondiale, le gros problème serait le fentanyl opioïde synthétique parce que le marché noir a maintenant trouvé qu’il est beaucoup moins cher à fabriquer que l’héroïne.

Certains fentanyl sont 10 000 fois plus puissants que l’héroïne, de sorte que la moindre goutte peut causer une surdose.

“Il est maintenant clair qu’environ un tiers des décès par les opiacés aux États-Unis sont dus au fentanyl. Ça va faire le tour du monde.”

Le professeur Nutt a été président du comité consultatif du gouvernement britannique sur l’abus de drogues jusqu’en 2009, année où il a été renvoyé pour avoir laissé entendre que l’alcool était plus dangereux que de nombreuses drogues illégales.

Si nous nous soucions des dangers de la drogue au point où les gens meurent, il faut agir contre l’alcool.

“C’est pourquoi je me passionne pour la place de la science dans ce débat.”

Bien que l’alcool ait été une des principales causes de décès chez les moins de 50 ans au Royaume-Uni, les politiciens ne voulaient pas s’attaquer à l’industrie de l’alcool, dit-il, alors ils ont choisi de faire preuve de sévérité à l’égard des autres drogues.

Je crois qu’en Grande-Bretagne, l’une des raisons pour lesquelles nous avons ce problème massif de mort prématurée par l’alcool est que nous permettons à nos enfants de commencer à boire à l’âge d’environ 14 ans.

Honnêtement, je n’encourage pas les jeunes de moins de 18 ans à consommer de la drogue – plus vous attendez avant d’en consommer, moins vous risquez d’interférer avec votre éducation ou votre santé à long terme.

“Il est certain que la consommation de cannabis par des mineurs ne serait pas une bonne chose, et j’encourage les gens à ne pas le faire. Mais ça ne veut pas dire qu’on devrait l’interdire aux gens en bonne santé et âgés de plus de 18 ans.”

SOURCE

https://www.radionz.co.nz/national/programmes/sunday/audio/2018633601/prof-david-nutt-it-s-irrational-to-deny-people-access-to-lsd

Traduction EXTACIDE

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here