Les Psychédéliques Déclenchent-Ils La Neurogenèse ?

    0
    87
    views

    La neurogenèse (le processus par lequel le cerveau développe de nouveaux neurones, qui à leur tour peuvent interagir avec d’autres neurones pour former des connexions et des réseaux) est devenue récemment un terme scientifique à la mode, tant dans les milieux psychédéliques qu’en dehors. Il n’est pas difficile de trouver des suppléments prétendant que, grâce à une sorcellerie pharmaceutique, on pourrait exploiter le “pouvoir de la neurogenèse”. De nombreux blogs sur les psychédéliques se sont montrés très enthousiastes à l’idée que des substances comme la psilocybine puissent provoquer la neurogenèse, dans l’espoir de créer un élan pour la cause des psychédéliques en tant que médicaments réels.

    Après tout, qui pourrait être contre la neurogenèse ? La croissance de nouvelles cellules cérébrales semble être le premier pas sur la voie des super-pouvoirs, ou tout du moins, l’amélioration des capacités que nous avons déjà. Mais qu’est-ce que la neurogenèse ? Les psychédéliques la provoquent-ils vraiment ? Si c’est le cas, quelles portes cela pourrait-il ouvrir ?

    La vaste majorité de la neurogenèse se produit avant notre naissance. Vous entrez dans ce monde avec la plupart de vos neurones, et au cours de votre vie, meurent lentement. On a longtemps pensé que le nombre de neurones été fixé à la naissance, mais nous savons maintenant que ce n’est pas tout à fait vrai. On a découvert que la neurogénèse chez l’adulte se produit dans quelques régions sélectionnées du cerveau.

    Même si la neurogenèse chez l’adulte se produit dans le cerveau, elle n’est pas très fréquente, et se produit seulement dans certaines régions bien précises. Le cortex cérébral (où se produit la plupart des choses de plus haut niveau) est hors de l’équation ici. Hélas, la neurogenèse ne va pas vous transformer en une sorte de méga-cerveau : la plupart de votre système nerveux ne sera pas affecté par les substances qui déclenchent la neurogenèse. D’après ce que nous savons, si une partie de votre cortex cérébral est endommagée, la prise de psychédéliques est peu susceptible de régénérer les zones touchées.

    Devrions-nous faire nos valises et rentrer chez nous ?

    Ce n’est pas parce que la neurogénèse n’est pas aussi répandue ou aussi intense que la presse pourrait le faire croire, qu’il n’y a pas lieu de s’enthousiasmer. Parmi les rares emplacements où l’on retrouve la neurogenèse, ce qui se passe dans le gyrus denté de l’hippocampe est probablement le plus intéressant, du moins pour ceux d’entre nous qui s’intéressent aux neurosciences psychédéliques. Si ces mots ressemblent pour vous à un sort d’Harry Potter, vous n’êtes pas seul et vous pouvez trouver un certain réconfort en sachant que des générations d’étudiants ont pleuré pendant les cours de neuroanatomie en travaillant selon ces mêmes termes. L’hippocampe est impliqué dans de nombreux aspects de la cognition, mais, au risque de trop simplifier les choses, son rôle premier semble être de réguler à la fois l’apprentissage et la mémoire.

    Les dommages causés à l’hippocampe peuvent entraîner une variété d’effets intéressants et désagréables, y compris l’amnésie antérograde (l’incapacité de se remémorer de nouveaux souvenirs), et c’est l’un des premiers endroits où les dommages causés par la maladie d’Alzheimer se manifestent dans le cerveau. Pour des raisons qui demeurent obscures, les cas graves de dépression majeure sont associés à l’atrophie de l’hippocampe, parfois jusqu’ à 20 pour cent, ce qui peut expliquer pourquoi, comme le savent tous ceux qui ont souffert d’une dépression grave, être déprimé est plus qu’une simple dépression. Cette maladie mentale vient avec sa propre constellation unique d’effets cognitifs, y compris des problèmes de mémoire et des problèmes de concentration. Cette dernière constatation est particulièrement intéressante lorsqu’on ajoute au fait que la prépondérance des données suggère que l’exposition aux psychédéliques peut, en fait, favoriser la neurogenèse dans cette région. Cela a des implications assez profondes pour les neurosciences et la médecine.

    C’est un fait peu connu, certaines recherches suggèrent que les psychédéliques peuvent améliorer la capacité naturelle d’apprentissage de nouveaux comportements et d’associations. Jusqu’à présent, toutes les recherches ont été menées avec des animaux (lapins et rats, surtout), mais cela reste très prometteur.

    UNE COUPE D’UN CERVEAU DE MACAQUE, VU À L’AIDE D’UNE COLORATION DE NISSL. L’HIPPOCAMPE EST ENCERCLÉ ET LE GYRUS DENTÉ EST ÉTIQUETÉ

    Deux études utilisant du LSD ont révélé que le psychédélique a amélioré la vitesse à laquelle les lapins apprenaient un nouveau comportement conditionné et que des doses plus élevées accéléraient l’apprentissage. Les mêmes chercheurs ont découvert que la MDMA, la MDA et le DOM en faisaient autant. Une étude plus récente utilisant la psilocybine a donné des résultats similaires, mais seulement à de faibles doses. Il est difficile de tirer des conclusions solides à partir d’une poignée d’études comme celle-ci – c’est un long chemin qui va du simple apprentissage associatif chez le lapin ou le rat à un comportement humain complexe (comme jouer du piano), mais c’est un début. Pour les chercheurs intéressés par le traitement des troubles psychologiques débilitants comme la dépression à l’aide de médicaments psychédéliques, ces résultats sont extrêmement prometteurs.

    Pourquoi n’en parle-t-on pas plus dans les milieux psychédéliques me dépasse.

    Quel est donc le rapport avec l’idée de la neurogenèse ? On pense que la neurogénèse est l’un des mécanismes par lesquels ce genre d’apprentissage pourrait se produire. Il y a eu des études qui suggèrent que, pour au moins une certaine forme d’apprentissage, la neurogenèse dans l’hippocampe peut être un élément clé dans l’acquisition de nouveaux comportements et la reconnaissance de formes. Par souci d’équité, il convient de noter que toutes les études n’ont pas validé cette théorie – il reste encore beaucoup de science à faire, mais le travail préparatoire a été fait. La même équipe qui étudiait les effets de la psilocybine sur l’apprentissage des rats a découvert des signes de nouvelles croissances neuronales dans l’hippocampe des rats qui avaient reçu le traitement psychédélique à faible dose et avaient appris le nouveau comportement plus rapidement. Malheureusement, à ce jour, c’est la seule étude qui a trouvé une neurogenèse déclenchée par des psychédéliques ET un comportement d’apprentissage amélioré.

    Ne désespérez pas cependant, il y a des preuves circonstancielles qui devraient intéresser ceux qui misent sur la théorie de la neurogenèse psychédélique. On sait depuis longtemps que le récepteur ciblé par les substances psychédéliques (le récepteur de la sérotonine 2A) aide à réguler la production d’une molécule appelée facteur neurotrophique issu du cerveau (BDNF). Activez ce récepteur et le cerveau sécrètera plus de BDNF. Ma propre recherche (non publiée) a révélé que le DPT (un analogue proche de la DMT) a augmenté les signes de BDNF dans le cerveau des poissons zèbres adultes. Les études utilisant des neurones dans des boîtes de Petri ont donné des résultats similaires.

    Le BDNF aide à réguler la neurogenèse et la neuroplasticité : les souris qui ont été rendues artificiellement incapables de produire le BDNF présentent des systèmes nerveux gravement déformés, avec des comportements qui seraient liés à des maladies psychiatriques comme les troubles de l’alimentation et le trouble obsessionnel-compulsif. L’utilisation de techniques génétiques pour augmenter l’expression du BDNF peut également améliorer la neurogenèse dans certaines régions du cerveau. Jusqu’à présent, personne n’a démontré que le BDNF entraîne une augmentation directe de la capacité d’apprentissage, bien que la participation à des tâches d’apprentissage entraîne une augmentation rapide de l’expression du BDNF hippocampique chez le rat.

    Mon hypothèse (provisoire) est que les substances psychédéliques peuvent améliorer les capacités d’apprentissage et de mémoire en augmentant, au moins partiellement, la quantité de BDNF (et les facteurs de croissance connexes) dans le cerveau par l’activation du récepteur sérotoninergique 2A. La preuve de cette idée est circonstancielle à l’heure actuelle – jusqu’à maintenant, il n’ y a pas eu d’étude qui combine toutes ces différents éléments mobiles. À minima, il faudrait démontrer que l’exposition à quelque chose comme du LSD augmente la rapidité avec laquelle un animal apprend une nouvelle tâche, que les niveaux de BDNF dans le cerveau ont augmenté et qu’il y avait des signes de neurogenèse accrue dans l’hippocampe. Il s’agit d’une tâche assez lourde, mais pas impossible, loin de là. Toutes les parties individuelles sont à la hauteur des capacités de la science moderne; c’est obtenir que quelqu’un consacre du temps et de l’argent à la question qui est le problème.

    Il est intéressant de noter qu’en 2016, la Fondation Beckley, en collaboration avec des scientifiques du Sant Pau Institute for Biomedical Research en Espagne, a annoncé des résultats montrant que deux des composants clés de l’Ayahuasca, la harmine et la tétrahydroharmine, stimulent la différenciation des cellules souches en neurones sains lorsqu’elles sont cultivées dans une boîte. Il y a encore beaucoup de travail à faire sur ce sujet : les chercheurs vont de l’avant en cherchant à savoir si le même effet peut être observé chez les animaux vivants et, si les résultats sont capables d’être reproduits, ils pourraient avoir de grandes implications pour la science de la neurogenèse.

    Contrairement aux substances comme la psilocybine et le LSD, qui agissent directement au niveau du récepteur 5-HT2A, la harmine et la tétrahydroharmine agissent comme inhibiteurs de l’enzyme monoamine oxydase (MAO), qui dégrade les neurotransmetteurs naturels comme la sérotonine et la dopamine. Il se peut que, lorsque la MAO est inhibée, l’augmentation de la sérotonine flottante dans le cerveau puisse déclencher le BDNF en se liant au récepteur 5-HT2A, un peu comme la psilocybine le ferait. Il peut aussi s’agir d’un tout nouveau processus qui reste à découvrir. Pour les scientifiques qui s’intéressent aux psychédéliques, c’est le début d’un nouveau monde offrant une infinité de possibilités.

    Si tout cela est vrai, qu’est-ce que cela signifie ?

    L’un des traitements de premier plan pour les maladies mentales comme l’anxiété, le syndrome de stress post-traumatique et le trouble obsessionnel-compulsif est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), qui repose sur les mêmes principes que les chercheurs étudient avec les études classiques sur le conditionnement. Quiconque a participé à une séance de TCC sait que la méthode est en fait très simple et qu’elle rappelle beaucoup le genre de mécanismes que les scientifiques utilisent pour entraîner les rats. Imaginez que vous souffrez du syndrome de stress post-traumatique avec un déclencheur spécifique qui vous envoie dans des crises de panique. Une approche de traitement par TCC peut être une thérapie d’exposition : dans un environnement sûr, guidé par un thérapeute, vous êtes exposé doucement à vos déclencheurs, encore et encore. Au fur et à mesure que le temps passe et que rien de terrible n’arrive, votre cerveau apprend quelque chose de nouveau; le déclencheur n’est pas dangereux et lentement, votre réponse originale disparaît. Des techniques semblables sont utilisées pour les patients atteints de TOC (qui pourraient ne pas être en mesure d’arrêter de faire un rituel particulier parce qu’ils ont peur que quelque chose de terrible se produise) et les troubles anxieux. La TCC est également utilisée pour traiter la dépression, et bien que les mécanismes soient un peu différents, les mêmes principes de base s’appliquent.

    Il est facile de voir pourquoi, si c’est vrai, la neurogenèse psychédélique pourrait être utile. Si nous pouvions utiliser les psychédéliques pour renforcer et améliorer notre propre capacité innée d’apprentissage, les applications des traitements et des thérapies seraient formidables. Les humains sont fondamentalement des machines à modeler. Nos technologies les plus impressionnantes résultent de notre capacité à reconnaître et à établir des schémas, alors que certaines de nos maladies les plus profondes, comme la toxicomanie, le trouble obsessionnel-compulsif et la dépression, résultent de comportements que nous ne pouvons contrôler. Si la théorie présentée ici est correcte (et elle peut être complètement fausse), il pourrait s’agir d’une autre pièce fondamentale sur laquelle fonder la thérapie psychédélique. Au-delà du simple fait de savoir que cela fonctionne, cela pourrait nous donner une solide compréhension scientifique du pourquoi et du comment. Cela peut aussi nous aider à concevoir de nouveaux paradigmes de traitement psychédélique : actuellement, presque toutes les grandes études en cours examinent les effets de doses uniques, moyennes à élevées de substances comme la psilocybine, mais si la neurogenèse psychédélique est réelle, il peut y avoir autant de pouvoir thérapeutique dans une série de doses plus faibles répétées, dans le bon contexte. Une microdose médicale. Les possibilités sont infinies.

    Bien sûr, de telles solutions simplistes devraient toujours être prises avec un grain de sel : si quelqu’un vous dit qu’il a une réponse facile à digérer à un problème impliquant le cerveau, il essaie probablement de vous vendre quelque chose (gardez cela à l’esprit la prochaine fois que quelqu’un vous dit que la dépression n’est qu’un manque de sérotonine ! Les théories simples peuvent finalement être intégrées dans des images beaucoup plus complètes et complexes, et même si ce n’est pas le cas (ce qui n’est certainement pas le cas), cela semble être un bon point de départ.

     

    SOURCE

    Do psychedelics trigger neurogenesis? Here’s what we know.

    Traduction EXTACIDE

    SHARE

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here