Le LSD Brouille La Frontière Entre Soi Et Les Autres Selon Une Étude

0
152
views

Des médicaments ciblant des réseaux cérébraux similaires à ceux que cible le LSD pourraient aider à traiter divers troubles mentaux.

Une photo en pose longue de danseurs sous l’influence du LSD lors d’un ‘Acid Test’ à Los Angeles, Californie, en 1966. Photographe: Lawrence Schiller/Polaris Communications/Getty Images

Outre le retour en vélo du laboratoire les yeux écarquillés, la transformation de son voisin en sorcière, le comportement menaçant de ses meubles et la lutte futile pour sauver son ego de l’effondrement, le Dr. Albert Hofmann a semblé apprécier son premier voyage avec le LSD.

Aujourd’hui, 75 ans après avoir constaté tous les effets de son invention psychédélique, les scientifiques ont découvert de nouveaux détails sur la façon dont la substance affecte le cerveau. Des scanners de volontaires en bonne santé montrent que moins de la moitié de la dose qui a laissé Hofmann se recroqueviller sur son canapé peut faire se désintégrer le sens de soi d’une personne.

Des chercheurs de l’Université de Zurich ont donné aux participants volontaires 100 microgrammes de LSD – par rapport aux 250 microgrammes que Hofmann a pris durant ce jour de 1943 qui est désormais connu sous le nom de “journée du vélo” – et ont découvert que dans les interactions sociales avec des avatars informatiques, la drogue atténuait l’activité cérébrale qui permet aux gens de se distinguer des autres.

La dissolution de l’ego, ou du moi, qui détruit le sens normalement concret de l’endroit où une personne finit et où une autre commence, sous-tend l’expérience ressentie par certains utilisateurs de LSD qui disent avoir l’impression d’être en harmonie avec le cosmos.

Preller et ses collègues ont étudié le LSD, ou diéthylamide de l’acide lysergique, ou simplement “acide”, pour apprendre comment le cerveau crée le sens de soi. En faisant la lumière sur le mystère, ils espèrent trouver de nouveaux traitements pour les symptômes des troubles psychiatriques tels que la dépression et la schizophrénie, où le sens de soi peut devenir fortement déformé.

“Nous n’avons actuellement aucun médicament qui améliore les déficits sociaux dans les troubles psychiatriques”, a-t-elle déclaré, “et l’une des raisons est que nous ne comprenons pas vraiment comment fonctionne l’interaction sociale dans le cerveau”.

Les scientifiques ont recruté 24 personnes pour l’étude. Alors que certains ont reçu du LSD, d’autres ont reçu un placebo, tandis que d’autres recevaient du LSD plus de la kétansérine, un médicament qui bloque le récepteur dans le cerveau sur lequel le LSD agit. Ceux qui n’ont pris que du LSD ont fait état de diverses expériences, telles que la désincarnation, un sentiment accru d’unité et des hallucinations visuelles.

Pour l’étude, les volontaires se sont allongés dans un scanner cérébral et ont pris part à des interactions sociales simulées. Plus précisément, ils devaient établir un contact visuel avec un avatar d’ordinateur et ensuite, soit diriger ou suivre son regard vers un objet sur l’écran. De temps en temps, l’avatar regardait dans le mauvais sens. En d’autres occasions, lorsque c’était au tour de l’avatar de diriger le regard, on demandait au patient de regarder dans la direction opposée.

Les scans ont révélé que les parties du cerveau impliquées dans la création d’un sentiment de soi sont devenues plus actives lorsque les volontaires ont pris l’initiative dans les interactions informatiques. Mais après avoir consommé du LSD, cette différence dans l’activité cérébrale était beaucoup moins évidente, selon un rapport publié dans le Journal of Neuroscience. Comme prévu, les volontaires qui ont pris de la kétanserine n’ont ressenti aucun des effets du psychédélique. “Cela élimine le flou entre soi et les autres, et les déficits fondamentaux de l’interaction sociale disparaissent”, a expliqué M. Preller.

Les travaux renforcent la recherche qui suggère que les médicaments qui ciblent les mêmes réseaux cérébraux que le LSD pourraient jouer un rôle dans le soutien aux patients atteints de divers troubles mentaux.

Anil Seth, un neuroscientifique cognitif de l’Université de Sussex qui a travaillé sur les effets psychotropes de la drogue, a fait l’éloge de l’étude, ajoutant qu’il était “difficile” de faire exécuter des tâches à des personnes sous l’influence du LSD alors qu’elles étaient allongées dans un scanner cérébral. “C’est un excellent exemple de la façon dont la combinaison de méthodes multiples allant de la pharmacologie, de l’imagerie cérébrale jusqu’aux sciences cognitives peut combler la distance qui sépare les systèmes de neurotransmetteurs des changements dans le “moi social”, a-t-il déclaré.

“Puisque des changements de ce genre sont caractéristiques de nombreux troubles psychiatriques, cette étude ouvre de nouvelles possibilités de traitement interventionnel de maladies comme la dépression et la schizophrénie”, a-t-il ajouté.

Robin Carhart-Harris, responsable de la recherche psychédélique à l’Imperial College de Londres, a déclaré que l’étude était une “contribution importante à notre compréhension de la façon dont les composés psychédéliques comme le LSD fonctionnent dans le cerveau humain “.

“Le résultat semble confirmer l’idée qu’un important réseau cérébral lié à notre sens du moi ou de l’ego est particulièrement affecté par les psychédéliques, ce qui peut expliquer pourquoi ils peuvent altérer si profondément la conscience.”

 

SOURCE

https://www.theguardian.com/science/2018/mar/19/lsd-blurs-line-between-ourselves-and-others-study-finds

Traduction EXTACIDE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here