Les Substances Psychédéliques Peuvent-Elles Aider Les Fumeurs À Arrêter La Cigarette ?

0
81
views

Une équipe de scientifiques donne des hallucinogènes aux fumeurs pour les aider à arrêter de fumer. Tim Maughan a visité le laboratoire où cette recherche surprenante a fait son apparition.

Patches de nicotine, chewing-gum, sevrage brutal. Renoncer à la cigarette peut être difficile, mais il y a beaucoup de stratégies que les fumeurs peuvent essayer. Matthew Johnson veut en ajouter une autre: il affirme pouvoir aider les fumeurs à arrêter de fumer en leur donnant une autre drogue – la psilocybine – qui est illégale depuis des années dans une grande partie de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Et oui, il se rend compte que cela semble peu conventionnel.

“L’idée que ces recherches semblent contre-intuitives me semble logique”, me dit-il assis devant son bureau de l’Unité de recherche en pharmacologie comportementale de Johns Hopkins, à Baltimore.

Johnson est un pharmacologue comportemental qui fait des recherches sur la relation entre les drogues, le cerveau et le comportement humain depuis plus de 20 ans. Les 10 dernières années ont été passées ici à Johns Hopkins, où lui et son équipe se sont concentrés sur la psilocybine, un psychédélique naturel, l’ingrédient actif des champignons magiques. C’est peut-être illégal, mais si la psilocybine est administrée plusieurs fois aux fumeurs de façon contrôlée, elle peut être une aide remarquablement efficace pour les aider à arrêter de fumer, affirme-t-il.

“La plupart des gens penseront naturellement que nous envisageons un traitement de substitution dans l’esprit de la méthadone pour l’héroïnomanie, du patch de nicotine ou de la gomme à la nicotine pour remplacer la cigarette. Mais on ne parle pas de mettre quelqu’un sous l’effet de la psilocybine ou de lui faire manger des champignons tous les jours. Il ne s’agit pas d’échanger une dépendance contre une autre.”

Cette nouvelle recherche a été inspirée par des travaux effectués dans les années 1950 et 1960, qui portaient sur l’utilisation de la psilocybine et du LSD comme traitements de la toxicomanie. Bien que les résultats à l’époque étaient extrêmement prometteurs, la recherche a atteint une impasse puisque l’utilisation de ces substances s’est répandue dans les laboratoires et dans la contre-culture émergente des drogues. Les drogues ont été criminalisées et la recherche clinique est devenue impossible.

(Credit: Thinkstock)

“C’est resté interdit pour toutes les mauvaises raisons”, explique Johnson. Nous savons que [ces substances] continuent d’être utilisées, et parce que nous ne voulons pas encourager une utilisation récréative non contrôlée, nous avons été si restrictifs que nous n’avons pas permis la recherche. On joue vraiment à un jeu de rattrapage. Ce genre de choses aurait dû être fait au milieu des années 70… tout le programme de recherche a été gelé pendant des décennies.”

En 2008, Johnson a co-écrit un article intitulé “Human hallucinogen research: guidelines for safety”, qui décrivait comment mener de manière responsable des essais médicaux avec la psilocybine et d’autres hallucinogènes. Il comprenait des recommandations sur la façon de sélectionner les volontaires potentiels, de les préparer à l’expérience et de mener les séances de prise de drogue en toute sécurité. Le document signalait un changement d’attitude envers la recherche sur ces composés, reflété par le fait que plus de 460 séances de psilocybine ont maintenant été menées à Johns Hopkins seulement, allant de l’étude de son utilisation par les patients atteints de cancer jusqu’ à ses effets sur la méditation. Mais c’est le programme d’abandon du tabac, qui vient de terminer sa phase pilote, qui a attiré l’attention la plus récente.

Cela commence par un mantra…

Le programme semble au premier abord d’une simplicité trompeuse. Quinze volontaires, tous des fumeurs de longue date de la région de Baltimore qui ont essayé et échoué à arrêter de fumer plusieurs fois, commencent par un cours de thérapie cognitive comportementale. La TCC est l’approche psychologique standard pour arrêter de fumer, encourageant les sujets à réfléchir sur leurs schémas de pensée établis.

Une partie essentielle de l’approche de la TCC du programme Hopkins est l’écriture et la récitation d’un mantra personnel; une phrase simple que chaque volontaire invente et qui résume pourquoi il veut arrêter de fumer. “C’est vraiment notre énoncé de mission. Si vous avez une phrase, vous pourrez vous rappeler plus tard pourquoi vous avez arrêté de fumer. Il y a des gens pour qui c’est une question de famille: “Je veux être là pour ma petite-fille.” Pour les autres, c’est plus philosophique: “L’air que je respire. Je veux qu’il soit gratuit.”

La thérapie commence par une simple thérapie cognitive comportementale, mais devient plus inhabituelle par la suite.(Credit: Thinkstock)

Ce mantra devient encore plus central le jour où ils prennent leur première dose de psilocybine. Après quatre séances de TCC, les volontaires fument ce qui est censé être leur dernière cigarette. Pour certains, c’est la veille, pour d’autres, c’est littéralement juste avant la séance. “Les gens ont fumé dans le parking juste avant de venir ici “, me dit Johnson.

Alors, c’est l’heure de la drogue. Albert Garcia-Romeu, chercheur post-doctoral à Johns Hopkins, qui “guide” les volontaires à travers la TCC et les séances de psilocybine, décrit comment cela fonctionne: “Nous leur faisons administrer la capsule par eux-mêmes. On prend leur portable. On prend leurs chaussures. On leur donne des pantoufles. Nous voulons qu’ils se détendent dans la journée et se sentent presque comme s’ils étaient dans un spa. Ils n’ont pas à aller travailler. Ils n’ont pas à faire leur quotidien.”

“On s’entraîne avant. Nous leur tendons la main pour qu’ils aient le soutien s’ils en ont besoin”, explique Mary Cosimano, une autre guide qui travaille sur le terrain depuis plus de 15 ans. “On leur dit qu’on est là pour eux autant qu’ils le veulent.”

“Une fois que l’effet de la drogue commence à se faire sentir, nous les encourageons à s’allonger”, poursuit Garcia-Romeu. “Ils mettent des écouteurs. Ils se couvrent les yeux. On les fait s’allonger, on regarde et on attend.”

Nous les décourageons habituellement de trop bavarder.

À partir de là, les chercheurs prennent du recul. “Ce que nous faisons ici, c’est de la thérapie psychédélique”, explique Garcia-Romeu. “C’est une dose élevée. Ce n’est généralement pas une thérapie par la parole. Nous les décourageons habituellement de devenir trop bavards parce qu’il peut être très facile de se laisser distraire par les choses sensorielles intéressantes qui se passent autour. Nous essayons de les encourager à aller vers l’intérieur, et c’est vraiment là que beaucoup de choses importantes se passent. Je suis surtout là comme surveillant.”

Les participants sont encouragés à avoir des expériences intérieures plutôt que de parler à leurs guides. (Credit: Thinkstock)

Le but, m’explique l’équipe, est de provoquer chez les volontaires une expérience “profonde” ou “mystique” qui les amène à réévaluer leur relation avec le tabagisme. Cela pourrait sembler être exactement le genre de discours New Age sur la drogue qui a incité les gens à prendre ce genre de recherche moins au sérieux dans le passé, mais Garcia-Romeu me l’explique d’une manière qui semble beaucoup plus fondée.

“Les recherches montrent qu’il y a un taux de réussite de 71 % chez les personnes qui cessent de fumer juste après avoir eu une crise cardiaque”, explique-t-il. Une crise cardiaque serait certainement qualifiée d’expérience profonde, mais ce n’est pas quelque chose que vous pouvez déclencher chez les gens pour les empêcher de fumer. Le but est plutôt d’utiliser un puissant voyage psychédélique pour déclencher un effet similaire… une expérience intense et abstraite qui change la perspective du patient. C’est ce que l’équipe appelle une “expérience mystique”.

Cette expérience peut aller des images de Dieu aux souvenirs personnels puissants de leur propre vie ou de leur enfance, explique-t-il.

La personne est mise en confiance autant que possible

Le secret pour déclencher ce genre d’expérience est le contexte, explique Johnson. “Notre perception clinique de ces expériences est qu’elles sont plus susceptibles de se produire dans des conditions où la personne est amenée à se sentir aussi en sécurité que possible, après qu’elle a développé un rapport très fort avec les gens avec qui elle est.” De plus, l’équipe a constaté que le fait de faire de la prise de drogue un rituel semblait aider.

La substance est la même que celle que l’on trouve dans les champignons magiques, mais ils ne sont pas administrés de cette façon. (Credit: Thinkstock)

Nous leur demandons d’apporter des photos d’eux-mêmes au fil des ans, de leur famille, de lieux qui leurs sont chers et de leurs choses auxquelles ils tiennent. “Nous avons eu des gens qui ont rempli la salle de photos”, explique Cosimano. “Des choses qui pourraient être importantes pour eux, des objets. Des gens ont installé des autels. Les gens apportent des animaux en peluche ou une couverture. Des choses qui peuvent les mettre à l’aise, en sécurité, douces, significatives.”

Afin d’améliorer le caractère rituel, les chercheurs ont également mis la capsule dans un gobelet en bois et brûlé de l’encens, et ont demandé aux participants de répéter le mantra qu’ils ont élaboré durant la thérapie cognitivo-comportementale.

Garcia-Romeu et Cosimano me montrent la salle de séance, le lieu où se déroulent ces rituels. C’est à peu près exactement comme on me l’avait décrit: une petite pièce accueillante, doucement éclairée avec un canapé confortable. Ils m’ont laissé m’asseoir dessus, et m’ont donné le gobelet en bois utilisé par les volontaires. Des livres sur Michel-Ange et Van Gogh sont éparpillés un peu partout. Il y a un sentiment indéniable de sécurité et de confort dans la pièce, presque utérine, où les volontaires passent jusqu’à six heures, le temps que les effets de la drogue se soient dissipés, après quoi un membre de leur famille les ramène chez eux.

Bien que l’essai était petit, la majorité des fumeurs ont cessé de fumer après avoir pris la substance (Crédit: Thinkstock)

Parler à l’équipe est fascinant – ils sont tous incroyablement amicaux, résolument professionnels et passionnés par leur travail – mais j’ai quand même du mal à ne pas oublier le sentiment que leur travail semble contre-intuitif. Ce sont peut-être mes propres préjugés au sujet de ces drogues, mais je reste sceptique.

Pourtant, le programme d’essai – aussi petit soit-il – a donné des résultats alléchants. Sur les 15 personnes, 12 étaient encore abstinents six mois après les essais, selon les chercheurs. “Nous pensons et espérons qu’il se passe quelque chose de nouveau ici”, dit Johnson.

Nous avons eu des gens dans cette étude qui ont déclaré des choses extraordinaires, comme le fait qu’ils ne ressentaient pas le sevrage de la nicotine et qu’ils fumaient pourtant un paquet par jour depuis 40 ans. Voir juste ça chez une seule personne, c’est profond.”

Je le pousse un peu plus sur les raisons pour lesquelles il pense que la psilocybine en particulier pourrait fonctionner de cette façon: est-ce seulement un effet psychologique, ou pense-t-il que la substance elle-même affecte la chimie du cerveau ? “C’est à ce stade que nous pouvons mieux le comprendre d’un point de vue psychologique”, répond-il. Ce n’est pas une substance qui, d’une façon simple, affecte les récepteurs de la nicotine du cerveau. Est-ce que cette substance dans les bonnes conditions finit par modifier la façon dont le cerveau lui-même interagit avec ses propres récepteurs de la nicotine ? C’est quelque chose qui pourrait très bien se produire. Nous ne savons pas.”

Johnson n’est pas le seul à se pencher sur les thérapies psychédéliques. Anthony Bossis fait partie d’une équipe de l’Université de New York qui mène des essais similaires sur l’utilisation de la psilocybine pour combattre l’anxiété chez les patients atteints de cancer. Il est impressionné par les résultats préliminaires de Johnson. “Ces approches thérapeutiques méritent certainement une étude scientifique plus approfondie.”

La clé est de faire vivre aux fumeurs une expérience “mystique” (Crédit: Thinkstock)

Johnson et son équipe se concentrent maintenant sur la prochaine série d’études. L’échantillon de l’étude a été porté à 80, et les volontaires subiront des examens IRM du cerveau avant et après les séances afin que l’équipe puisse se faire une meilleure idée des effets neurologiques de la psilocybine sur le tabagisme, s’il y en a. Il reste manifestement des années de travail à faire, mais Johnson se montre positif et pense que la psilocybine pourrait être utilisée pour traiter une variété de troubles psychologiques et comportementaux, et pas seulement des dépendances.

Il y a de nombreux obstacles à surmonter avant que les traitements ne se généralisent

Il y a bien sûr d’autres obstacles à franchir avant que ces traitements ne se généralisent. La question principale est de savoir qui développerait commercialement ces composés, explique Thomas Insel, directeur du National Institute of Mental Health du gouvernement américain. L’industrie pharmaceutique prend habituellement les devants dans ce genre de travail, dit-il, mais elle est généralement moins intéressée à mettre au point des médicaments pour traiter les troubles cérébraux. “Cela dit, une version de la kétamine – qui était aussi une drogue consommée abusivement – est développée par Johnson et Johnson comme antidépresseur.”

Et puis il y a aussi des questions juridiques. Ces substances sont utilisées dans le contexte de la psychothérapie, et nous n’avons pas encore de cadre réglementaire clair pour [cela]”, explique Insel. Il est clair que ces substances sont loin d’être largement disponibles dans le domaine médical. “Mais ce n’est pas une raison pour éviter de [développer des thérapies]”, ajoute-t-il.

En fin de compte, le succès initial de ces petits essais pourrait ne pas se répéter à plus grande échelle. Pourtant, après des décennies où la thérapie psychédélique n’a plus jamais été étudiée du tout, des scientifiques comme Johnson et son équipe tentent maintenant au moins d’approfondir les effets inattendus de cette fameuse substance.

 

SOURCE

http://www.bbc.com/future/story/20150615-could-psychedelic-drugs-make-smokers-quit

Traduction EXTACIDE

 

 

 

 

 

 

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here