Les Psychédéliques Et La Santé Mentale

0
44
views

“Quand vous prenez de la psilocybine, c’est comme si vous preniez votre propre psychothérapeute à bord.” Une croyance largement répandue au sujet des substances psychédéliques est qu’elles peuvent transformer les usagers en malades mentaux; ce que les données montrent, cependant, c’est que les psychédéliques peuvent obtenir un effet tout à fait contraire: ils offrent aux patients un soulagement des symptômes. En fait, de plus en plus de données probantes confirment que les psychédéliques peuvent être extrêmement efficaces dans le traitement des troubles de l’humeur et de la toxicomanie.”

Dépression. Anxiété. Dépendance. La plupart d’entre nous connaissons quelqu’un qui se bat contre une telle condition. Les thérapies par la parole peuvent aider, mais parfois non. Les antidépresseurs peuvent aider, mais parfois non. Certains patients sont d’avis que les antidépresseurs sont comme des “pansements”, car ils ne s’attaquent jamais vraiment aux problèmes sous-jacents2.

Je n’ai pas encore entendu les psychédéliques se faire appeler “pansements”. Ce que j’ai entendu de la part des utilisateurs, c’est que les psychédéliques font quelque chose comme le contraire: ils vous confrontent à vos plus grandes vulnérabilités et vous aident à trouver la paix avec elles.

Nous sommes à la recherche d’un nouveau paradigme pour le traitement de ces [troubles mentaux]3″, explique le Dr David Nichols, pharmacologue, président et cofondateur de l’Institut de recherche Heffter. Dans ce post, nous examinerons les derniers résultats de la recherche psychédélique et comment ils peuvent révolutionner notre approche de la santé mentale.

Traitement des troubles mentaux

Des études récentes ont révélé que les psychédéliques réduisent les symptômes de l’anxiété4 5, de la dépression6 7 8 et des troubles obsessionnels compulsifs9, ainsi que de la toxicomanie10 11. Les effets durent souvent plusieurs mois après une ou deux expositions à la substance12.

Les résultats de ces études récentes sont franchement renversants. J’aimerais vous en présenter trois, toutes réalisées par des équipes de recherche réputées aux États-Unis et en Europe.

1. Dépression résistante au traitement

L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 300 millions de personnes souffrent de dépression13. Les antidépresseurs et la psychothérapie peuvent apporter un certain soulagement, mais 20 pour cent des patients résistent au traitement, ce qui signifie qu’ils ne répondent à aucune intervention, quelle qu’elle soit14.

Dans le cadre d’une étude pilote récente menée au Royaume-Uni, le Dr Carhart-Harris et son équipe ont étudié les effets de la psilocybine chez des patients présentant exactement ce type de résistance au traitement15. Tous avaient déjà essayé les médicaments psychiatriques et la thérapie ou le counseling, mais sans succès.

Le tableau ci-dessous montre les évaluations de dépression individuelles des douze participants. Une semaine après l’administration de la dose, 67 % des patients ne souffraient plus de dépression. Trois mois après l’administration de la dose, 42 % des patients sont restés en rémission.

Et les effets à long terme ? Six mois après l’expérience, 30 pour cent des patients initialement résistants au traitement sont restés entièrement exempts de dépression. Pour 75 %, l’expérience psychédélique a permis de réduire quelque peu les symptômes dépressifs16.

Notez qu’il s’agissait d’une étude ouverte avec un petit nombre de participants et aucun groupe témoin. Un manque de contrôles est généralement un signal d’alarme et vous indique que l’étude ne doit pas être prise pour argent comptant. Dans le cas présent, toutefois, l’étude en question était un projet pilote pour des essais comparatifs randomisés de plus grande envergure. La recherche est coûteuse et tout comme les ingénieurs qui construisent un prototype avant de lancer une production à grande échelle, les chercheurs eux font des études pilotes avant d’effectuer des essais à grande échelle. Avec de tels résultats spectaculaires, il est raisonnable de s’attendre à ce que des études entièrement randomisées, à double insu et contrôlées par placebo soient menées dans un avenir proche. Et en parlant d’études contrôlées par placebo…

Comment faussez une expérience psychédélique ?

Le contrôle de l’effet placebo pose un réel défi dans la recherche psychédélique. Avec une substance psychoactive, il est facile pour les participants de savoir s’ils ont reçu le placebo ou la substance active, ce qui peut rendre les contrôles inefficaces.

Que peut-on donc faire? Certains chercheurs utilisent des placebos actifs. Au lieu de donner au participant une pilule qui n’a aucun effet, on lui donne soit une très faible dose de la drogue testée, soit une substance psychoactive complètement différente. Cette approche est évidemment assortie de ses propres défis, mais compte tenu des options limitées, c’est peut-être le meilleur choix.

2. Anxiété en fin de vie

Que ressentiriez-vous si on vous diagnostiquait un cancer qui mettait votre vie en danger ? Il n’est pas surprenant de constater que faire face à sa propre mortalité peut déclencher de fortes émotions. Jusqu’ à 40 pour cent des patients atteints de cancer développent un trouble de l’humeur qui à son tour interfère avec leurs chances de guérison17. Les substances psychédéliques ne peuvent certainement pas guérir le cancer, mais il semble qu’elles peuvent atténuer la détresse psychologique qui les accompagne.

Le chercheur en chef Roland Griffiths et son équipe de la Johns Hopkins University School of Medicine ont testé cette hypothèse chez 51 patients atteints de cancer. Un groupe a reçu une dose élevée de psilocybine, tandis que le groupe témoin a reçu un placebo actif, qui, dans ce cas-ci, était une très faible dose de psilocybine qui n’avait aucun effet comportemental décelable. De cette façon, tous les participants ont appris qu’ils prenaient de la psilocybine, ce qui a permis de contrôler l’attente.

Cinq semaines après le traitement par une dose élevée de psilocybine, 92 % des patients déprimés et 76 % des patients anxieux ont présenté une amélioration significative des symptômes. Ces résultats positifs ont été non seulement immédiats, mais aussi durables. Six mois après leur expérience psychédélique, les patients souffrant de dépression étaient toujours en pleine forme avec un taux d’amélioration de 79%. En ce qui concerne l’anxiété en fin de vie, le taux d’amélioration a encore augmenté, passant de 76 pour cent cinq semaines après le traitement à 83 pour cent six mois après le traitement. De plus, six mois après la séance avec la psilocybine, plus de 80 pour cent de tous les participants ont déclaré que l’expérience avait augmenté leur bien-être ou leur satisfaction de vivre18.

“Un effet aussi important et durable après une dose est sans précédent dans le domaine de la psychiatrie.” explique Roland Griffiths, professeur de neurosciences et de psychiatrie à Johns Hopkins19.

3. Dépendance à la nicotine

Le tabagisme cause près d’un demi-million de décès chaque année aux États-Unis et est lié à des dépenses annuelles de soins de santé de 170 milliards de dollars20. Les programmes de renoncement au tabac comme le populaire programme Quit for Life atteignent des taux d’abstinence de seulement 17,2% à six mois. Les taux de réussite les plus élevés ont été observés dans les programmes comportant une thérapie cognitivo-comportementale intensive, des produits pharmaceutiques et des substituts de la nicotine. De tels programmes globaux montrent des taux d’abstinence de 45 à 59% à six mois22.23

Matthew Johnson, expert en toxicomanie à Johns Hopkins, voulait voir si la psilocybine pouvait aider les fumeurs à cesser de fumer. Dans le cadre d’une étude pilote ouverte, 15 fumeurs dépendants de la nicotine ont suivi un protocole d’abandon du tabac de 15 semaines qui leur a fourni un soutien psychologique élevé, mais aucun médicament ni substitut de la nicotine. Les participants avaient fumé en moyenne 19 cigarettes par jour pendant 31 ans et avaient tenté d’arrêter de fumer six fois auparavant. Après le programme, qui comprenait jusqu’ à trois séances de psilocybine, 80% des participants avaient arrêté de fumer au bout de six mois24.

Douze mois après la date d’abandon du tabac, 67% des participants n’avaient pas retouché à une cigarette et 87% ont classé leurs séances de psilocybine parmi les cinq expériences les plus enrichissantes et spirituellement significatives de leur vie. Même environ 2,5 ans après la date d’abandon du tabac, 60 % des participants à l’étude sont demeurés abstinents25.

Les chiffres issus de ces trois études sont pour le moins impressionnants. Il est tout aussi impressionnant d’entendre ce que les participants ont à dire sur ces expériences de thérapie.

Des gens réels, des expériences réelles

Rappelez-vous l’étude sur la dépression résistante au traitement. Six mois après la séance unique avec la psilocybine, l’équipe de recherche a fait un suivi auprès des participants et les a interviewés au sujet de leur expérience de la séance et de leur vie depuis26.

C’était comme si l’interrupteur s’était allumé dans une maison sombre.

Près de la moitié des participants ont déclaré avoir connu d’importants changements dans leur mode de vie au cours des mois qui ont suivi la séance de psilocybine. Les changements fréquents comprenaient l’amélioration du régime alimentaire, l’exercice et la réduction de la consommation d’alcool. J’ai perdu beaucoup de poids simplement parce que je ne voulais pas manger mal et cela a duré quelques mois. Je ne pouvais pas manger ce que je savais n’était pas bon pour moi.” Certains ont changé de milieu social, sont sortis plus souvent, ont obtenu de nouveaux emplois, ont appris à conduire, ont construit une nouvelle cuisine, se sont portés volontaires pour venir en aide aux réfugiés, ont voyagé ou pris des cours d’art dramatique, de comédie ou de danse.

À travers toutes les histoires, les chercheurs ont identifié deux grands thèmes de changement intérieur. D’abord, le passage de la déconnexion à la connexion et ensuite, le passage de l’évitement émotionnel à l’acceptation.

De la déconnexion à la reconnexion

La dépression peut vous donner l’impression d’être dans une “prison mentale” où vous êtes coincé dans vos pensées. Elle “vous vole votre confiance en vous-même” et vous rend de moins en moins capable de vous engager dans votre environnement. Le résultat est l’isolement, et qu’il s’agisse d’un isolement perçu ou réel, la dépression est une condition solitaire.

Vers la période qui a suivi la séance avec la psilocybine, les participants ont indiqué qu’ils “avaient l’agilité mentale nécessaire pour surmonter les problèmes”. Ils ont remarqué un regain d’estime d’eux-mêmes, comment ils ont pu adopter de nouvelles perspectives et comment ils ont ravivé leurs intérêts antérieurs. “[Ma femme et moi] sommes allés dîner pour la première fois en 6 ans: on était comme des ados.” dit un participant. Un autre a dit:”Je suis passé devant un magasin de vélos, je suis allé dans la rue et j’ai dit:” Je peux traîner et aider?” J’ y suis allé pendant 6 mois et j’ai aidé à rénover sa boutique.”

Certains l’ont décrit comme une reconnexion avec “qui ils étaient” avant que la dépression ne se développe. Leur perception d’eux-mêmes a changé. Près de la moitié des membres du groupe ont décrit le sentiment d’être “une bonne personne” et des sentiments de compassion et d’estime de soi. Ils se sentaient non seulement plus liés à leur environnement, mais aussi à eux-mêmes.

Refus d’acceptation

Les garçons ne pleurent pas. Une des causes courantes de la dépression est l’incapacité ou le refus de composer avec certaines émotions. “Toute ma vie, j’ai essayé de rendre les émotions plus supportables, parfois avec de la nourriture, des cigarettes, des analgésiques.”

Un participant considérait “les émotions comme une faiblesse” parce qu’il avait été élevé dans un milieu où il avait appris à “mettre ses sentiments dans une boîte parce qu’on ne peut pas être contrarié, on est un homme”. D’autres ont vécu des événements traumatisants dans le passé. Peu importe l’origine, quand les participants se sont retrouvés face à face avec leurs émotions pendant les séances de psilocybine – ce qui se produisait régulièrement -, cela a déclenché des expériences intenses mais cathartiques. Tout au long des séances, on a observé de puissantes poussées de sanglots, que les participants ont qualifiées plus tard de “purification”.

Après la séance, les participants ont remarqué une nouvelle ouverture à l’expérience des émotions, un changement qui durait souvent longtemps. Un participant l’a décrit comme “un redémarrage de l’esprit”, un autre a noté que “ça vous reconfigure d’une façon ou d’une autre”.

Tous les participants ont dit préférer la psilocybine aux traitements conventionnels. Pour bon nombre d’entre eux, les antidépresseurs et les thérapies orales semblaient renforcer la déconnexion et l’évitement émotionnel. Certains participants ont expliqué que leurs anciens thérapeutes essayaient de les motiver de l’extérieur. La psilocybine, cependant, les a aidés à accéder à une “voix intérieure” qui, selon eux, se sentait immensément puissante et très motivante. “C’est comme si quand vous prenez les capsules, vous preniez votre propre psychothérapeute à bord.” Avec la psilocybine, ils ont vécu une expérience d’auto-réflexion enrichissante, que les tentatives de thérapie précédentes n’ont pas réussi à leur fournir.

Rosalind Watts, chercheuse principale de cette étude, propose qu’avec la psilocybine, “les patients et les cliniciens puissent se voir offrir une palette plus large d’options thérapeutiques à l’avenir, ce qui leur permettra de choisir le traitement qui répond le mieux aux besoins et/ou aux désirs spécifiques d’un patient donné”.

Exemple d’un protocole de traitement structuré faisant intervenir des substances psychédéliques.

Compte tenu du nombre croissant de preuves appuyant l’innocuité et l’efficacité des substances psychédéliques, je crois que ce n’est qu’une question de temps avant que les juridictions du monde entier n’approuvent l’utilisation médicale des psychédéliques. Des organismes comme MAPS, la Fondation Beckley et l’Institut de recherche Heffter jouent un rôle clé dans l’avancement de la recherche psychédélique et la mise en œuvre de réformes des politiques sur les drogues de manière pacifique et sensée.

Références

1, 2, 16, 26, 28.  Watts R, Day C, Krzanowski J, et al. Patients’ Accounts of Increased “Connectedness” and “Acceptance” After Psilocybin for Treatment-Resistant Depression. Journal of Humanistic Psychology. June-19-2017.
3. David Nichols: Breaking the psychedelic research logjam with Dr. David Nichols. Smart Drugs Smarts podcast #176. April 14, 2017.
4. Gasser P, Holstein D, Michel Y, et al. Safety and efficacy of lysergic acid diethylamide-assisted psychotherapy for anxiety associated with life-threatening diseases. J Nerv Ment Dis 2014; 202: 513–20. PMID: 24594678
5. Grob CS, Danforth AL, Chopra GS, et al. Pilot study of psilocybin treatment for anxiety in patients with advanced-stage cancer. Arch Gen Psychiatry 2011; 68: 71–78. PMID: 20819978.
6, 15. Carhart-Harris RL, Bolstridge M, Rucker J, et al. Psilocybin with psychological support for treatment-resistant depression: an open-label feasibility study. Lancet Psychiatry. 2016 Jul;3(7):619-27. PubMed PMID: 2721003.
7. Grob CS, Danforth AL, Chopra GS, et al. Pilot study of psilocybin treatment for anxiety in patients with advanced-stage cancer. Arch Gen Psychiatry 2011; 68: 71–78.
8. Osorio Fde L, Sanches RF, Macedo LR, et al. Antidepressant effects of a single dose of ayahuasca in patients with recurrent depression: a preliminary report. Rev Bras Psiquiatr 2015; 37: 13–20. PMID: 25806551
9. Moreno FA, Wiegand CB, Taitano EK, Delgado PL. Safety, tolerability, and efficacy of psilocybin in 9 patients with obsessive-compulsive disorder. J Clin Psychiatry 2006; 67: 1735–40. PMID: 17196053
10, 24. Johnson MW, Garcia-Romeu A, Cosimano MP, Griffiths RR. Pilot study of the 5-HT2AR agonist psilocybin in the treatment of tobacco addiction. J Psychopharmacol 2014; 28: 983–92. PMID: 25213996
11. Bogenschutz MP, Forcehimes AA, Pommy JA, Wilcox CE, Barbosa P, Strassman RJ. Psilocybin-assisted treatment for alcohol dependence: a proof-of-concept study. J Psychopharmacol 2015; 29: 289–99.
12. Carhart-Harris RL, Bolstridge M, Rucker J, et al. Psilocybin with psychological support for treatment-resistant depression: an open-label feasibility study. Lancet Psychiatry. 2016 Jul;3(7):619-27. PubMed PMID: 2721003.
13. Depression fact Sheet. WHO. 2017. Retrieved 2017-07-28
14. Gaynes BN. Identifying difficult-to-treat depression:
differential diagnosis, subtypes, and comorbidities. J Clin Psychiatry 2009; 70 (suppl 6): 10–15. PMID: 19922739
17, 18. Griffiths RR, Johnson MW, Carducci MA. Psilocybin produces substantial and sustained decreases in depression and anxiety in patients with life-threatening cancer: A randomized double-blind trial. J Psychopharmacol. 2016 Dec;30(12):1181-1197. PubMed PMID: 27909165
19. Griffiths RR. The science of psilocybin and its use to relieve suffering. YouTube. 2016. Retrieved 2017-04-17.
20. National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion (US) Office on Smoking and Health. The Health Consequences of Smoking—50 Years of Progress: A Report of the Surgeon General. Atlanta (GA): Centers for Disease Control and Prevention (US); 2014. 1, Introduction, Summary, and Conclusions. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK294320/
21. Jorenby DE, Hays JT, Rigotti NA, et al. Efficacy of varenicline, an alpha4beta2 nicotinic acetylcholine receptor partial agonist, vs placebo or sustained-release bupropion for smoking cessation: a randomized controlled trial. JAMA. 2006 Jul 5; 296(1):56-63. PubMed PMID: 16820547
22. Hall SM, Humfleet GL, Muñoz RF, Reus VI, Robbins JA, Prochaska JJ. Extended treatment of older cigarette smokers. Addiction. 2009 Jun;104(6):1043-52. Epub 2009 Apr 9. Erratum in: Addiction. 2011 Jun;106(6):1204. PubMed PMID: 19392908
23. Killen JD, Fortmann SP, Schatzberg AF, et al. Extended cognitive behavior therapy for cigarette smoking cessation. Addiction. 2008 Aug;103(8):1381-90. PubMed PMID: 18855829
25. Johnson MW, Garcia-Romeu A, Griffiths RR. Long-term follow-up of psilocybin-facilitated smoking cessation. Am J Drug Alcohol Abuse. 2017 Jan;43(1):55-60. doi: 10.3109/00952990.2016.1170135. Epub 2016 Jul 21. PubMed PMID: 27441452.
27. Carhart-Harris RL, Kaelen M, Bolstridge M, et al. The paradoxical psychological effects of lysergic acid diethylamide (LSD). Psychol Med. 2016 May;46(7):1379-90. PubMed PMID: 26847689.

 

SOURCE

Psychedelics and Mental Health

Traduction EXTACIDE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here