Les Substances Psychédéliques Pourraient Dévoiler Les Mystères Du Cerveau D’Après Un Ancien Conseiller Gouvernemental

    0
    74
    views

    David Nutt affirme que la recherche sur les maladies mentales est entravée par l’interdiction de drogues comme la psilocybine et le LSD.

    Les scientifiques devraient avoir accès à des substances psychédéliques illégales telles que le LSD et la psilocybine pour les aider dans leurs recherches sur le cerveau, selon l’ancien conseiller en matière de drogues du gouvernement, le professeur David Nutt. Il a affirmé que la recherche sur les mystères les plus profonds du cerveau, y compris la conscience et la maladie mentale, avait été freinée par l’interdiction des drogues.

    Le professeur Nutt a déclaré que les scientifiques pourraient trouver des traitements pour des maladies comme la schizophrénie en utilisant des techniques modernes permettant d’étudier les effets des psychédéliques sur le cerveau.

    “Les neurosciences devraient essayer de comprendre le fonctionnement du cerveau”, a déclaré Nutt, professeur de neuropsychopharmacologie à l’Imperial College de Londres. “Les psychédéliques modifient le cerveau peut-être de la manière la plus profonde, du moins en termes de compréhension de la conscience et de la connectivité. Par conséquent, nous devrions faire beaucoup plus de recherche à ce sujet.

    “Il est extraordinaire de constater qu’après 40 ans d’avancées dans la technologie de l’imagerie cérébrale, il n’ y a jamais eu d’étude sur ce sujet. Je pense que c’est scandaleux et outrageux que ces études n’aient pas été faites. Et ils n’ont pas été faits simplement parce que la drogue était illégale.”

    S’adressant au Guardian avant une conférence qu’il donnera lors d’un symposium sur les neurosciences à l’University College London vendredi, Nutt a déclaré qu’un volontaire pour une expérience récente s’était retiré de l’étude parce qu’il craignait que “d’être dans une étude avec une soi-disant drogue illégale pourrait signifier qu’il ne pouvait plus voyager dans certains pays, tels que les États-Unis. Inhiber la recherche dans cette mesure est un scandale.”

    Les observations de Nutt mettront au défi les gouvernements du monde entier qui, en grande partie, classent les drogues psychédéliques comme nocives et illégales. Le professeur est habitué à être une épine dans le pied des autorités. En 2009, Alan Johnson, alors secrétaire britannique à la santé, l’ a renvoyé de son poste de président du Conseil consultatif sur l’abus des drogues pour avoir déclaré publiquement que l’alcool et le tabac étaient plus nocifs que le LSD, l’ecstasy et le cannabis.

    Des centaines d’essais cliniques sur des psychédéliques comme le LSD ont été réalisés dans les années 1950 et 1960, et des traitements efficaces, dont un pour la dépendance à l’alcool, ont été mis au point. Depuis que le LSD a été interdit dans le monde entier, cependant, le nombre d’études scientifiques est tombé à pratiquement zéro, et il n’ y a eu aucune étude faisant appel à des techniques modernes d’imagerie telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour déterminer quelles parties du cerveau sont touchées par le LSD.

    Nutt a récemment publié une étude, en collaboration avec des collègues de l’Université de Cardiff, sur les effets de la psilocybine – la substance active des champignons magiques – sur le cerveau. Son équipe avait alors supposé que la drogue pouvait augmenter l’activité dans certaines parties du cerveau, pour expliquer l’expérience que vivent les utilisateurs lorsqu’ils ingèrent des champignons magiques. Au lieu de cela, l’IRM de 30 volontaires en bonne santé a montré que la psilocybine semblait diminuer l’activité dans les régions du cerveau qui relient différentes zones. L’étude a été publiée en janvier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

    “C’est une façon extrêmement importante de perturber le cerveau pour comprendre la nature de la conscience”, a déclaré Nutt. Lors de sa conférence du vendredi, il examinera si les effets de la psilocybine sur le cerveau peuvent servir de modèle pour la psychose. Certaines des altérations cérébrales attribuables à la prise de psilocybine, a-t-il déclaré, sont semblables à celles observées dans le cerveau des personnes atteintes de schizophrénie prodromique.

    La psilocybine semble supprimer les actions d’un système cérébral appelé “réseau du mode par défaut” qui est actif chaque fois qu’une personne réfléchit au monde plutôt que de s’engager dans une activité spécifique. Le “réseau de tâches positives” est engagé lorsqu’une personne se concentre sur un travail spécifique et qu’il fonctionne en décalage avec le réseau du mode par défaut. Mais dans le cas de la schizophrénie, les réseaux sont beaucoup plus en phase et, dans le cas de la psilocybine, ils sont complètement en phase.

    “Ainsi, nous pensons que la psilocybine pourrait être un modèle intéressant pour les stades précoces de la schizophrénie, elle pourrait nous permettre de tester de nouveaux médicaments”, a déclaré Nutt. “Lorsque les gens commencent à devenir psychotiques, leurs limites égoïques s’effondrent, la relation entre eux et le monde est perturbée et la relation entre leurs différentes expériences intérieures se mélange. Finalement, ils commencent à entendre leurs propres pensées comme la voix de quelqu’un d’autre.”

    “Cette rupture de la connectivité cérébrale est très classique dans la schizophrénie. Si nous pouvons produire cela dans un laboratoire chez un volontaire normal, nous pouvons alors chercher de nouveaux traitements et il est beaucoup plus efficace de le faire chez des volontaires normaux que d’essayer de trouver des jeunes qui commencent à développer leur maladie et c’est éthiquement plus acceptable aussi.”

    Nutt et ses collègues étudient également les utilisations potentielles de l’ecstasy, aussi connue sous le nom de MDMA. “La valeur thérapeutique de la MDMA pour la psychothérapie a été largement reconnue jusqu’ à son interdiction et n’a guère été étudiée depuis. Il n’ y a eu que deux ou trois études sur l’imagerie de la MDMA, mais aucune d’entre elles n’utilisait des technologies de pointe, et c’est ce que nous faisons actuellement.”

    En collaboration avec Robin Carhart-Harris de l’Imperial College de Londres, Nutt veut également poursuivre ses recherches sur les drogues psychédéliques comme le LSD et l’ibogaïne, un dérivé de l’écorce de racine africaine, qui est utilisé pour traiter les addictions en Thaïlande et au Cambodge.

    Toutefois, il est généralement difficile pour les chercheurs d’effectuer de tels travaux parce qu’ils doivent présenter des demandes de permis d’utilisation de drogues illégales. Et même si la recherche allait de l’avant et montrait les bienfaits des substances, il est peu probable que les médecins seraient autorisés à les prescrire. Nutt a récemment demandé que le système de classification des drogues du Royaume-Uni soit réécrit pour refléter plus précisément leurs effets nocifs relatifs, et a demandé une approche réglementée pour rendre les drogues telles que la MDMA et le cannabis disponibles à des fins médicales et de recherche.

    “Les règlements, qui sont arbitraires, rendent pratiquement impossible la recherche sur ces substances”, a déclaré David Nutt le mois dernier. “L’effet de ces lois sur la recherche est plus grand que les effets qu’ a eu l’arrêt de la recherche sur les cellules souches par [George] Bush, parce cela continue depuis les années 1960.”

     

    SOURCE

    https://www.theguardian.com/science/2012/jun/28/psychedelic-drugs-mysteries-brain-government-adviser

    Traduction EXTACIDE

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here