Des Scanners Cérébraux Révèlent Comment Les Substances Psychédéliques Créent Un “État De Conscience Supérieur”

    0
    126
    views

    Les neuroscientifiques de l’Université du Sussex ont constaté des niveaux d’activité neuronale sans précédent lorsque des sujets ont reçu des doses de LSD, de psilocybine et de kétamine.

    Pour la première fois, les neuroscientifiques ont observé un “état de conscience supérieur” chez les personnes sous l’influence de substances psychédéliques. Bien que ce “niveau supérieur” soit connu depuis un certain temps, l’équipe a identifié une augmentation de la diversité des signaux neuronaux, utilisée pour mesurer la complexité de l’activité cérébrale, plus élevée que tout ce qui a été enregistré dans un état de veille.

    Lorsqu’ils sont conscients, nos esprits sont conditionnés par nos perceptions, nos pensées et nos sentiments. Traditionnellement, il a été considéré qu’il était possible d’en faire deux catégories: le niveau de conscience (combien vous êtes conscient) et le contenu de conscience (le contenu dont vous êtes conscient). Cependant, les fonctions du cerveau relatives à la conscience restent encore relativement mystérieuses.

    La définition même de la conscience est quelque peu rudimentaire, décrite par Giulio Tononi comme “ce qui disparaît chaque nuit quand on tombe dans un sommeil sans rêve et réapparaît quand on se réveille ou quand on rêve”. Définir notre conscience aux limites de “l’éveil” et du “sommeil” a dominé auparavant le domaine des neurosciences, dans des états typiquement réduits de diversité neurale. Ces niveaux de conscience sont maintenant remis en question et dépassés avec l’utilisation de composés psychédéliques.

    La dernière étude, dirigée par Michael Schartner, Adam Barrett et le professeur Seth du Sackler Centre de l’Université du Sussex, a réanalysé des données recueillies précédemment par l’Imperial College de Londres et l’Université de Cardiff, dans le cadre desquelles des volontaires ont reçu l’un des trois substances connues pour induire un état psychédélique. Les participants ont d’abord été évalués pour s’assurer qu’ils n’avaient aucun antécédent de maladie mentale, de toxicomanie ou d’autres facteurs qui pourraient nuire à leur sécurité pendant et après l’expérience.

    On a administré aux participants des doses intraveineuses de LSD, de psilocybine et des doses sous-anesthésiques de kétamine – des drogues décrites par Schartner et son équipe comme ayant “des effets profonds et répandus sur les expériences conscientes de soi et du monde”. En outre, ces médicaments ont été connus pour “élargir” la portée du contenu conscient, avec des changements vifs dans l’imagination pendant la conscience.

    Crédit: Michael M. Schartner et. al, “Augmentation de la diversité spontanée du signal MEG pour les doses psychoactives de kétamine, de LSD et de psilocybine.”

    En utilisant la technologie d’imagerie cérébrale, les neuroscientifiques ont pu mesurer les champs magnétiques produits dans le cerveau et ont découvert que cette mesure du niveau conscient – la diversité du signal neuronal – était plus élevée dans les trois substances.

    Crédit: Michael M. Schartner et. al, “Augmentation de la diversité spontanée du signal MEG pour les doses psychoactives de kétamine, de LSD et de psilocybine.”

    En particulier, la neuroimagerie magnétoencéphalographique (MEG) a été utilisée pour étudier les différents niveaux d’activité cérébrale chez les patients, en commençant par un état de repos, aux côtés des groupes témoins qui avaient pris un placebo. Lorsque les substances psychédéliques ont été administrées, l’équipe a noté que les zones occipitales et pariétales du cerveau s’illuminaient avec une activité accrue, indiquant “une nette augmentation de la diversité des signaux pour les trois agents psychédéliques au niveau du groupe, les effets étant les plus forts pour la[kétamine]. Une telle augmentation de la diversité des signaux neuronaux est liée à un état de conscience plus élevé, auparavant non enregistré.

    Crédit: Michael M. Schartner et. al, “Augmentation de la diversité spontanée du signal MEG pour les doses psychoactives de kétamine, de LSD et de psilocybine.”

    Les participants à l’expérience ont ensuite reçu des questionnaires afin d’évaluer rétrospectivement leurs expériences après que les effets des substances aient diminué. Les réactions des participants allaient des sentiments de peur à ceux d’un éveil presque spirituel, certains exprimant un flou total des expériences sensorielles.

    Le Dr Robin Cahart-Harris de l’Imperial College de Londres, qui a dirigé les expériences initiales, a déclaré que la valeur clinique de ces résultats est importante en raison du “potentiel thérapeutique que ces médicaments peuvent avoir lorsqu’ils sont utilisés raisonnablement et sous supervision médicale”.

    Bien que cet état “supérieur” n’équivaut en aucun cas à un “meilleur” état de conscience, il fournit un aperçu intéressant des fonctions conscientes du cerveau humain. L’augmentation de l’activité neuronale pourrait expliquer les hallucinations oniriques de certaines personnes sous l’influence de substances psychédéliques, par exemple. Dans des conditions normales, l’information que nous recueillons par la vue est traitée dans le cortex visuel, alors qu’après la prise de LSD ou de KET, de nombreuses autres zones du cerveau s’illuminent. Ces résultats s’avèrent de plus en plus pertinents lorsqu’ils sont liés à des questions de traitement pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, comme la dépression.

    La dépression est classée par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant la principale cause d’invalidité dans le monde, et bien que le problème se développe, il existe toujours un stigmate entourant le traitement. Au Royaume-Uni, les hommes sont environ trois fois plus susceptibles de se suicider que les femmes, la proportion la plus élevée étant celle des hommes âgés de 40 à 44 ans.

    Les traitements pour la dépression comprennent la thérapie cognitive comportementale et les antidépresseurs, dans les deux cas avec le soutien d’un professionnel de santé. Bien que la compréhension de la cause profonde de la dépression soit une question complexe et multidimensionnelle, il s’agit d’une condition chimique reconnue qui affecte les mécanismes qui régulent le cerveau. Afin de mettre au point des traitements efficaces, il faut approfondir la recherche pour comprendre les fonctions chimiques du cerveau dans son ensemble, afin de mieux comprendre comment aider ceux qui en ont le plus besoin.

    Dans des conditions soigneusement surveillées, en accord avec toutes les exigences légales et éthiques, l’utilisation de psychédéliques pourrait nous aider à en apprendre davantage sur le traitement de ces troubles mentaux. Mais, bien qu’une expérience hallucinogène dans un état de conscience “plus élevé” puisse être bénéfique lorsqu’on travaille pour soigner un traumatisme mental, elle pose aussi le danger d’une expérience difficile ou dangereuse. Des études sur les utilisations thérapeutiques du LSD réalisées par la Beckley Foundation et l’Imperial College London ont mis en évidence la nécessité d’expériences soigneusement contrôlées et supervisées, menées dans un centre de recherche spécialisé avec une équipe de professionnels de santé formés, pour guider les sujets tout au long du processus.

    Étant donné que les taux d’automédication et de toxicomanie sont en hausse au Royaume-Uni, il est important de noter que, comme pour toute drogue, il n’ y a aucune garantie d’expérience thérapeutique significative et à long terme si aucun soutien psychologique n’est fourni pour guider et protéger le patient. Le psychédélique est utilisé, dans ces cas, non pas comme un remède en soi, mais comme un moyen d’approfondir notre compréhension de la perception humaine.

    Bien sûr, cependant, les expériences sur l’utilisation de substances psychédéliques à des fins thérapeutiques n’est pas une nouvelle avenue de la psychologie. Dans les années 1950, le psychiatre Humphry Osmond a inventé le terme “psychédélique” lorsqu’il utilisait le LSD pour traiter un groupe restreint de patients souffrant d’alcoolisme et de diverses maladies mentales. Alors que ses recherches ont été interrompues dans les années 1960 en raison de pressions politiques et sociales, elles s’étaient montré pourtant prometteuses. L’ethos des expériences a été immortalisé dans Les Portes De La Perception d’Aldous Huxley, après avoir ingéré de la mescaline dans le cadre des expériences d’Osmond.

    De ses propres expériences avec la drogue, le voyage de Huxley à travers la perception a noté que “… l’homme qui revient par la Porte… ne sera jamais tout à fait le même que l’homme qui en est sorti.”

    SOURCE

    https://www.wired.co.uk/article/psychedelic-drugs-found-to-cause-a-higher-state-of-consciousness

    Crédit illustration: bestdesigns / iStock

    Traduction EXTACIDE

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here