La Renaissance Psychédélique Est Là. Va-T-Elle Durer Cette Fois ?

    0
    22
    views

    Pour éviter les erreurs du passé, les scientifiques et la société doivent ouvrir leurs esprits.

    Des recherches préliminaires étonnantes suggèrent que les psychédéliques pourraient encore révolutionner les soins concernant la santé mentale. Mais les chercheurs impliqués doivent être prudents dans toutes leurs conclusions et promotions, il y a 50 ans, l’un d’entre eux a fait fermer tout le champ.

    En seulement un demi-siècle, les psychédéliques ont incarné les plus hauts sommets et les plus bas creux de la conscience américaine – d’une révolution thérapeutique à une réputation de folie toxicomane. Sans le vouloir, lorsque Timothy Leary, psychologue de Harvard, décréta la naissance du “Summer of Love“, promouvant le LSD comme moyen d’établir une connexion cosmique, il tira également le rideau sur la recherche universitaire dans une classe de substances qui était massivement prometteuse.

    Roy Kerwood
    Timothy Leary chantant Give Peace a Chance avec John Lennon et Yoko Ono

    Depuis lors, la société, la politique et la culture ont fermement maintenu les psychédéliques dans la catégorie des “vices”, que l’on retrouve dans les festivals de musique plutôt que dans les cliniques. Mais aujourd’hui, des études sur ces médicaments ont redécouvert leur potentiel perdu, captivant les chercheurs et suscitant l’espoir pour le traitement du syndrôme post-traumatique, de la toxicomanie, des migraines et d’autres maux encore. Mais convaincre une société antidrogue d’accepter un point de vue radicalement nouveau, et de le faire avec des preuves, de l’éthique et un soutien scientifique, exigera du travail pour les scientifiques comme pour les citoyens.

     

    Une histoire controversée

    Notre culture n’était pas toujours aussi opposée à l’usage médical des psychédéliques. Dans les années 1950 et 1960, la recherche sur les psychédéliques, alors une classe de médicaments entièrement nouveaux, s’accélérait rapidement. Les chercheurs ont examiné les effets de chaque médicament sous tous les angles psychothérapeutiques, offrant un aperçu du laboratoire, du divan du patient et de la chaise du médecin. Des études telles que l’Expérience de la prison Concord ont cherché à réduire les taux de récidive des détenus grâce à la psychothérapie assistée par la psilocybine, tandis que l’Expérience du Vendredi Saint a étudié la puissance de ses effets subjectivement mystiques sur un groupe d’étudiants réceptifs.

    Bien que prometteurs, les résultats de ces études ont été massivement éclipsés par le bouleversement social apporté aux États-Unis par leurs chercheurs principaux, Leary et leur collègue Richard Alpert. Bien que les deux hommes aient commencé en tant que chercheurs respectés à Harvard, leur congédiement coïncidait avec leur choix de promouvoir les hallucinogènes d’une manière unique et nettement non universitaire.

     

    Leary est arrêté par des agents du précurseur de la DEA, le Bureau des stupéfiants et des drogues dangereuses.

    Leary encouragea l’utilisation du LSD dans tout le pays, vulgarisant l’expression “Vas-y, Mets-toi en Phase et Décroche” et souleva suffisamment de grabuge pour être considéré comme “l’homme le plus dangereux d’Amérique” par le président Richard Nixon. Alpert a poursuivi ses expériences de psychologie jusqu’ à ce qu’il soit exclu d’Harvard, lui donnant l’occasion de se diriger vers une quête spirituelle en Inde. Il a ensuite changé son nom pour devenir Ram Dass, sa notoriété culminant dans le best-seller, Be Here Now.

    Le reste, est inscrit dans l’Histoire : le gouvernement a interdit tous les hallucinogènes en 1968 et a écrasé universellement la recherche sur les substances. Au début des années 1980, il y a eu une brève période de recherche psychothérapeutique sur la MDMA, mais l’usage récréatif a rapidement attiré l’attention, et la MDMA a été classée parmi les drogues inscrites à l’annexe 1 (tout comme l’héroïne) en 1985. Malgré ce moratoire de 40 ans sur la recherche scientifique, les défenseurs, les chercheurs et les disciples ont gardé l’espoir que les psychédéliques pourraient aider à répondre à de nombreux maux de l’homme moderne.

    La renaissance commence

    C’est dans cet esprit que Rick Doblin a fondé MAPS, un groupe de recherche, d’éducation et de défense des intérêts à but non lucratif voué à surmonter les obstacles, scientifiques et juridiques, qui se dressent entre les psychédéliques et l’acceptation médicale. Quoi qu’il en soit, MAPS a été un succès retentissant; ils sont le principal moteur de ce que de nombreux experts appellent aujourd’hui la “Renaissance Psychédélique“. Et nous sommes en effet dans une renaissance psychédélique, redécouvrant une connaissance vitale qui a été criminalisée avant d’être formalisée. MAPS a recueilli et distribué 20 millions de dollars pour lancer de nouvelles recherches psychédéliques rigoureuses sur le plan scientifique et, grâce à leurs résultats préliminaires prometteurs, de nombreuses autres études sont financées par des subventions publiques et privées.

    Rick Doblin, fondateur de MAPS

    Si vous êtes un partisan de la médecine psychédélique, alors presque toutes les découvertes majeures, les gros titres de journaux et les réévaluations gouvernementales des dernières années ont fait beaucoup de bien à vos oreilles. Les premiers résultats des études ont été extrêmement positifs. La psychothérapie assistée par MDMA améliore si efficacement les symptômes du syndrôme post-traumatique dans les essais cliniques de phase II, où l’efficacité et l’innocuité des médicaments sont testées, que la FDA a qualifié la pratique de “thérapie innovante” et a accéléré le processus d’approbation. Cette thérapie combinée semble également aider à traiter l’anxiété sociale chez les adultes autistes, une population qui résiste aux médicaments psychiatriques de façon frustrante.

    Les hallucinogènes classiques, le Lysergic Acid Diethylamide (LSD) et la psilocybine, mieux connus sous le nom d’ingrédient actif des champignons “magiques”, peuvent réduire l’anxiété associée aux maladies en phase terminale comme le cancer, et leur efficacité dans le traitement de la dépendance à l’alcool et à la nicotine est testée. Une forte communauté de personnes souffrant de migraines jurent que le LSD est la seule substance capable de briser les cycles extrêmement douloureux.

    De plus, un groupe de chercheurs vantent la kétamine, l’anesthésique dissociatif, comme la plus grande percée dans les traitements de la dépression depuis les SSRI, qui sont maintenant les antidépresseurs les plus répandus dans le monde. L’ibogaïne, une substance hallucinogène présente dans les plantes indigènes d’Afrique et d’Amazonie, semble soulager presque miraculeusement les personnes aux prises avec une dépendance aux opioïdes et peut constituer un outil inestimable pour surmonter la crise actuelle. Et, bien sûr, la recherche sur la marijuana continue de produire un corpus de preuves convaincantes pour utiliser le médicament comme une alternative moins toxique aux produits pharmaceutiques pour une myriade de maladies et de troubles.

    Alors pourquoi y a-t-il un tel scepticisme sur ce groupe de “drogues” en particulier ?

    Bien qu’un grand nombre de ces études en soient encore à leurs débuts, les données préliminaires appuient en grande majorité l’utilisation des psychédéliques comme médicaments ciblés, particulièrement en conjonction avec la psychothérapie. Alors pourquoi y a-t-il un tel scepticisme sur ce groupe de “drogues” en particulier? Comment se fait-il que les chimiothérapies anticancéreuses ayant des taux de mortalité élevés et des effets secondaires sévères puissent passer facilement à travers les phases d’essais cliniques et être utilisées directement, alors que le LSD, qui n’ a presque pas enregistré de surdoses, obtient rarement même l’approbation de l’étude ?

    Guerre culturelle contre la drogue

    La réponse est probablement enterrée sous plus de 50 ans de prohibition des drogues et d’éducation à l’abstinence aux États-Unis et dans le monde, une culture qui a façonné le stigmate négatif de tous les psychédéliques. Au lieu de remettre en question ce passé, cependant, les chercheurs sur le terrain se posent la question du précipice de l’avancement des études révolutionnaires et peuvent consciencieusement faire avancer notre culture avec elles. Mais pour faire avancer la culture, il faudra que les scientifiques et les citoyens prennent conscience de la situation et agissent.

    Les gens des deux côtés doivent être conscients des idées préconçues que nous apportons au débat.

    Premièrement, les gens des deux côtés doivent être conscients des notions préconçues que nous apportons au débat. Parfois, les préjugés peuvent être instructifs – les chercheurs qui ont d’abord tracé cette voie ont suivi leur croyance selon laquelle les psychédéliques sont importants et utiles, avant même d’avoir des preuves rigoureuses pour étayer leurs affirmations. Mais cette foi est une arme à double tranchant, et nous devons rester vraiment disposés à reconsidérer nos croyances à la lumière de nouvelles preuves, sinon il sera impossible de convaincre le grand public de faire de même.

    Deuxièmement, les chercheurs dans ce domaine ont une occasion et une responsabilité remarquables de communiquer adéquatement leurs conclusions et leurs recommandations au public, une tâche qui sera essentielle pour que les psychédéliques parviennent non seulement à une intégration médicale, mais aussi culturelle. Il est important de se rappeler que les psychédéliques ne sont pas la panacée ultime pour traiter les problèmes de santé mentale.

    Cependant, avec le temps et les recherches à venir, ils peuvent devenir des composantes inestimables de la trousse d’outils médicaux et de santé mentale à un moment où le besoin de ces outils augmente.

    Max Planck, physicien quantique et lauréat du prix Nobel, a une fois critiqué une loi apparente du progrès, selon laquelle “la science avance un enterrement à la fois“. Mais si nous sommes tous capables d’emprunter une page du livre de recette des psychédéliques et d’ouvrir notre esprit à de nouvelles preuves, idées, et aux uns aux autres, nous pourrions encore révolutionner le rapport entre la science, la société et notre vie quotidienne.

     

    SOURCE

    https://massivesci.com/articles/psychedelic-research-renaissance-culture/

    Traduction EXTACIDE

     

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here