L’Impact Du LSD Sur Le Cerveau Révélé Dans Des Images Révolutionnaires

0
199
views

Les premiers scanners modernes de personnes sous l’influence de substances psychédéliques ont donné aux chercheurs une compréhension sans précédent des bases neuronales de leurs effets.

Le profond impact du LSD sur le cerveau a été mis à nu par les premiers scanners modernes de personnes sous l’influence de la substance.

Obtenues à partir de volontaires ayant  accepté de faire un “voyage” au nom de la science, les images ont donné aux chercheurs un aperçu sans précédent de la base neuronale des effets produits par l’une des substances les plus puissantes jamais créés.

Une dose de LSD – injectée directement dans le sang – a déclenché une vague de changements qui ont altéré l’activité et la connectivité du cerveau. Les scientifiques ont été conduit à penser de nouvelles théories concernant les hallucinations visuelles et le sentiment d’unité avec l’Univers que certains utilisateurs rapportent.

Les scanners cérébraux ont révélé que les participants ont fait l’expérience d’images provenant d’informations émanant de plusieurs parties de leur cerveau, et non pas seulement du cortex visuel, à l’arrière de la tête, qui traite normalement l’information visuelle. Sous l’influence, les régions autrefois isolées les unes des autres communiquaient entre elles.

D’autres images ont montré que d’autres régions du cerveau qui forment habituellement un réseau se sont séparées dans un changement qui a accompagné le sentiment d’unité des participants avec le monde, ainsi qu’une perte d’identité personnelle appelée “dissolution de l’ego“.

David Nutt, ancien conseiller en pharmacologie du gouvernement, professeur de neuropsychopharmacologie à l’Imperial College de Londres et chercheur principal de l’étude, a déclaré que les neuroscientifiques attendaient ce moment depuis 50 ans. “Cette découverte est à la neuroscience ce que le boson de Higgs est à la physique des particules,” a-t-il-dit. “Nous ne savions pas comment ces effets profonds étaient produits. C’était trop difficile à faire. Les scientifiques avaient peur ou ne pouvaient pas se donner la peine de surmonter les énormes obstacles pour y arriver.”

Le LSD, ou diéthylamide de l’acide lysergique, a été synthétisé pour la première fois en 1938, mais ses extraordinaires propriétés psychologiques ne sont devenues évidentes qu’en 1943. Tout au long des années 1950 et 1960, la substance a eu un impact majeur sur la psychologie et la recherche psychiatrique, mais son adoption en tant que substance récréative et son influence sur la culture des jeunes ont mené à son interdiction dans les années 1960.

L’interdiction du LSD a eu un effet immédiat sur la recherche scientifique et les études de ses effets sur le cerveau et ses utilisations thérapeutiques potentielles ont été entravées depuis lors. La dernière étude a été rendue possible grâce à une campagne de financement participative et à la Fondation Beckley, qui fait des recherches sur les substances psychoactives.

Avec son collègue Robin Carhart-Harris, Nutt a invité 20 volontaires en bonne santé physique et mentale à assister à une étude clinique sur deux jours distincts. Un jour, les volontaires ont reçu une injection de 75ug de LSD et l’autre jour, ils ont reçu un placebo.

À l’aide de trois différentes techniques d’imagerie cérébrale, le spin étiquetage artériel, l’IRM à l’état de repos et la magnétoencéphalographie, les scientifiques ont mesuré le débit sanguin, les connexions fonctionnelles à l’intérieur et entre les réseaux cérébraux et les ondes cérébrales des volontaires avec et sans la substance.

Carhart-Harris rapporte que sous l’influence du LSD, les scanners suggèrent que les volontaires “voient les yeux fermés”, bien que les images qu’ils ont rapportées proviennent de leur imagination plutôt que du monde extérieur. Nous avons vu beaucoup plus de zones du cerveau que la normale qui contribuaient au traitement visuel des informations sous l’influence du LSD, même si les yeux des volontaires étaient fermés.” Plus l’effet est accentué, plus les volontaires ont rapporté d’intenses visions oniriques.

Sous l’influence du LSD, les réseaux cérébraux qui traitent la vision, l’attention, le mouvement et l’ouïe sont devenus beaucoup plus connectés, conduisant à ce qui ressemblerait à un “cerveau plus unifié”, a-t-il dit. Mais en même temps, d’autres réseaux se sont effondrés. Les scanners ont révélé une perte de connexions entre une partie du cerveau appelée gyrus parahippocampique et une autre région appelée cortex cingulaire rétrosplénial.

Une deuxième image montre différentes parties du cerveau, soit sous placebo, soit sous l’influence du LSD (beaucoup d’orange). Photographie: Fondation Imperial/Beckley

D’après Carhart-Harris “l’effet pourrait sous-tendre l’état altéré de conscience depuis longtemps lié au LSD, le sentiment d’autodésintégration et d’unité avec les autres et la nature. Cette expérience est parfois encadrée d’une manière religieuse ou spirituelle, et semble être associée à une amélioration du bien-être après que les effets de la drogue se soient atténués “.

Le LSD peut avoir pour effet de renverser la pensée plus restreinte que nous développons en passant de la petite enfance à l’âge adulte, a déclaré Nutt, dont l’étude paraît dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

L’étude pourrait ouvrir la voie à l’utilisation du LSD ou de produits chimiques connexes pour traiter les troubles psychiatriques. Nutt a affirmé que le LSD pourrait extraire le cerveau des schémas de pensée observés dans la dépression et la toxicomanie grâce à ses effets sur les réseaux cérébraux.

Amanda Feilding, directrice de la Fondation Beckley, a déclaré : “Nous dévoilons enfin les mécanismes cérébraux qui sous-tendent le potentiel du LSD, non seulement pour guérir, mais aussi pour approfondir notre compréhension de la conscience elle-même.”

SOURCE

https://www.theguardian.com/science/2016/apr/11/lsd-impact-brain-revealed-groundbreaking-images

Traduction EXTACIDE

 

 

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here