Le Cerveau Sous L’Influence De La DMT: Cartographie De Ses Effets Psychédéliques

0
130
views

Les sujets ont déclaré avoir vu des “aliens” ou des “entités” sous l’influence de la DMT. Une équipe de l’Imperial College de Londres prévoit de mettre fin aux mythes des “elfes-machines auto-réplicants”.

La N, N-Diméthyltryptamine (DMT) est célèbre pour produire l’une des plus intenses expériences psychédéliques, catapultant les sujets dans une série d’hallucinations vives et incapacitantes. Malgré le kaléidoscope des variations proposées, le mystère reste entier. Le missionnaire psychédélique Terence McKenna décrivait les “entités” ou les “aliens” comme des “ballons de basket-ball auto-dribblés serti de bijoux” ou des “elfes-machines”.

McKenna, qui n’était pas vraiment un scientifique, mais plutôt un poète, influencé par la DMT, a largement contribué à populariser la substance dans les années 70, avec ses propres théories intuitives selon lesquelles les entités étaient la preuve d’une vie extraterrestre ou que la DMT facilitait les voyages transdimensionnels.

Ce sont des idées incroyables et fascinantes “, a déclaré Robin Carhart-Harris, responsable de la recherche psychédélique à l’Imperial College de Londres. “Mais on pourrait dire que c’est des bêtises.”

Carhart-Harris fait partie d’une équipe de chercheurs de l’Imperial College de Londres en mission pour piéger les elfes-machines.

Deux ans après avoir effectué la première IRMf au monde sur des volontaires ayant reçu du LSD, dont les résultats sont encore à l’étude, l’équipe de L’Imperial College mène actuellement une expérience similaire avec la DMT. Dans cette étude, ils ciblent les idées pseudoscientifiques qui enveloppent et écrasent toute discussion sur la prétendue “molécule de l’esprit”.

Ce qui peut être glamour pour certaines personnes – ou déroutant, comme les “elfes-machines” – pour nous, c’est une opportunité “, a déclaré Chris Timmermann, un doctorant qui dirige la recherche. “Ce ne sera pas banal”, a déclaré Carhart-Harris. “Je ne pense pas que cela tue la magie.”

Les chercheurs ont déjà donné à 12 volontaires de la DMT dans le cadre d’une étude pilote. Dans quelques semaines, ils commenceront la toute première IRMf sur l’effet de la DMT sur le cerveau, dans le cadre de recherches qui devraient se poursuivre pendant au moins six mois.

Le but premier est de cartographier l’activité cérébrale pendant l’expérience. Mais Carhart-Harris et Timmermann espèrent qu’ils pourront tirer des conclusions de cette recherche, dont l’une permettra de rationaliser les rencontres psychédéliques avec les entités.

Peut-être [les rencontres d’entités] sont-elles liées au fait que, tout au long de notre vie, mais surtout au début, nous sommes entourés d’entités – des gens “, affirme Carhart-Harris, qui a une formation en psychologie psychanalytique et psychodynamique.

La première chose sur laquelle nous parvenons à focaliser notre regard, ce sont les gens, et leurs yeux en général. C’est une partie majeure de la psyché humaine, et probablement une partie majeure de l’inconscient.”

Carhart-Harris espère montrer qu’une rencontre avec une entité peut présenter un schéma d’activité cérébrale semblable à celui d’une rencontre avec une personne.

“Ce n’est pas une approche à toute épreuve. Mais nous travaillons sur l’hypothèse que l’expérience des rencontres d’entités repose sur l’activité cérébrale. Et si c’est le cas, alors pourquoi ne pas examiner les corrélations neuronales de certains éléments de la rencontre avec les entités, en dehors de l’influence de la DMT, et obtenir une idée des zones activées.”

Les chercheurs seront également très attentifs aux qualités transcendantales de l’expérience de la DMT. En demandant aux participants d’évaluer l’intensité de l’expérience, ils espèrent “capturer, potentiellement, ce saut” dans un autre monde qui caractérise un “trip”.

L’expérience est la dernière en date de l’unité de neuropsychopharmacologie de l’Imperial College dans le cadre du programme de recherche Beckley/Imperial Research. Le professeur David Nutt supervise l’étude, Carhart-Harris et Timmermann l’ont conçue, et Timmermann la dirige.

Ils ont un formidable palmarès d’expériences réalisées avec succès en toute sécurité avec les psychédéliques, grâce à des travaux antérieurs de haut niveau sur le LSD et la psilocybine. L’obtention de la permission d’effectuer l’étude a donc été “un processus assez facile”, selon Carhart-Harris. Surtout en ce qui concerne le Comité d’examen déontologique.

“Ils étaient très chaleureux avec nous. Nous avions même quelqu’un dans le panel dont les yeux brillaient vraiment, et qui s’était quasiment porté volontaire pour participer à l’étude “, a-t-il dit. (Le membre du panel n’était malheureusement pas admissible pour participer).

Pour s’assurer d’obtenir les résultats escomptés, l’équipe a également fait appel au parrain de la recherche sur la DMT: Rick Strassman, professeur agrégé de psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université du Nouveau-Mexique.

Strassman a donné des conseils sur la posologie et l’administration. Entre 1990 et 1995, il a donné plusieurs centaines de doses de la substance à des bénévoles, lui conférant son surnom de “molécule d’esprit” en raison de la vaste gamme d’expériences mystiques rapportées par les participants.

Carhart-Harris est moins attiré par l’utilisation d’un langage non profane et non scientifique pour décrire l’expérience DMT.

“Il est assez facile d’entendre beaucoup de réflexions pseudo-scientifiques et cette idée de la “molécule d’esprit” se trouve dans cet espace “, a-t-il dit, ajoutant plus tard que les chercheurs en psychédélique “craignent d’être, en tant qu’individus, stigmatisés et considérés comme des scientifiques peu sérieux “.

SelonTimmermann la DMT est mieux comprise comme “un outil qui peut être utilisé pour comprendre la conscience”.

“Réalisé dans de bonnes conditions, avec toutes les mises en garde et les gardes-fous appropriés, cela pourrait être une révolution dans le domaine de la psychiatrie.”

“Il est difficile de trouver d’autres outils capables de modifier la conscience de façon aussi spectaculaire et fiable”.

La posologie fixée par les chercheurs est de 20 mg – une quantité qui est significativement plus puissante qu’elle ne le serait si elle était fumée (la voie d’administration habituelle) en raison de son administration intraveineuse.

Selon Timmermann c’est “une dose modérément élevée de DMT”.

Les participants s’allongeront dans l’IRMf avec un capuchon d’électrodes et les yeux fermés. L’expérience dure de 20 à 30 minutes (la durée d’un voyage sous l’influence de la DMT), et les chercheurs interviennent régulièrement pour leur demander d’évaluer l’intensité de l’expérience.

“Nous nous penchons surtout sur l’activité cérébrale spontanée, c’est-à-dire sur l’activité cérébrale au “repos” “, a déclaré Carhart-Harris. “Parce que se reposer, surtout sous l’effet de la DMT, ça n’est pas vraiment se reposer.”

“Les sujets ne sont pas capables d’accomplir une tâche ou de participer avec le monde extérieur dans cet état “, reconnaît Timmermann.

Par la suite, les chercheurs consigneront l’expérience et la façon dont elle s’est déroulée au fil du temps – une sorte de rapport de voyage révisé par les pairs.

Douze personnes ont déjà subi le projet pilote, qui n’a nécessité qu’un électroencéphalogramme (EEG). Vingt autres passeront par le test complet comprenant l’EEG et l’IRMf.

Les scientifiques ne s’attendent pas à répondre à la question du pourquoi de la présence de la DMT dans la nature. “La question DMT s’adresse davantage aux passionnés de la DMT”, selon Carhart-Harris.

Mais la question de savoir pourquoi les humains possèdent un récepteur spécifique de sérotonine auquel la DMT se lie est une question importante, ajoute-t-il.

“Pour autant que nous le sachions, c’est un récepteur particulier de la sérotonine qui joue un rôle clé dans l’action de ces substances dans le cerveau. C’est une grande curiosité et une question à laquelle la science n’a pas répondu. A quoi servent ces récepteurs et que font-ils ?”

La réponse peut fournir des indices sur la capacité des substances psychédéliques à faciliter le changement de comportement. Des études ont montré qu’elles peuvent être utiles dans le traitement des comportements de dépendance ou de compulsion.

Trouver une application clinique de la DMT n’est pas ” le but premier”, selon Timmermann. “Ce sont tous des gens en pleine santé. Il est donc difficile de tirer une conclusion directe sur la santé mentale, parce qu’ils vont tous bien.”

Mais les résultats préliminaires du pilote suggèrent que la DMT améliore l’humeur. Il y a une baisse significative des scores de dépression”.

Et finalement, l’équipe de l’Impériale, comme les scientifiques du monde entier qui font des découvertes dans la soi-disant renaissance psychédélique, envisagent un avenir où les psychédéliques pourraient être prescrits par des médecins et rendus disponibles dans un cadre thérapeutique.

“À bien des égards, c’est le but ultime”, d’après Carhart-Harris.

Si les recherches de l’Impériale ont déjà provoqué une hyperventilation chez les prohibitionnistes de la drogue, le modèle proposé par Carhart-Harris pour le NHS les enverra dans un état de conscience altéré. Il s’agit de l’administration de psilocybine et de DMT (pas, il faut le préciser, en même temps) dans une série de traitements thérapeutiques, pour les affections dont l’efficacité est démontrée.

“Les gens se rendront compte qu’il est très coûteux de mettre au point ce genre de traitement. Parce qu’il s’agit d’un modèle de traitement qui exige une certaine préparation psychologique, quelques heures de travail pour le personnel pour s’occuper du patient et un espace de travail.”

“Et comment est-ce possible avec l’enveloppe du National Health Service que nous avons ?”

L’avantage de la DMT est sa courte durée d’action. Plusieurs traitements courts, d’une durée inférieure à une heure, pourraient être utilisés en complément des traitements à la psilocybine, ce qui aurait des effets qui dureraient plusieurs heures.

Carhart-Harris et le reste de l’équipe pourraient démontrer les faussetés que les gens projettent sur l’expérience de la DMT. Mais ils ne sont pas les seuls mythes à détruire. Carhart-Harris est tout aussi à l’aise pour fournir la science pour la défense de l’usage des substances psychédéliques dans un contexte thérapeutique.

“Réalisé dans de bonnes conditions, avec toutes les mises en garde et les gardes-fous appropriés, cela pourrait être une révolution dans le domaine de la psychiatrie.”a-t-il ajouté.

“Il est très raisonnable de le penser.”

SOURCE

https://www.wired.co.uk/article/mapping-brain-dmt-psychedelic-drugs

Traduction EXTACIDE

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here