Terence McKenna – Que Voit-On Sous L’Influence De La DMT ?

Psychédéliques Posté le mardi 24 octobre 2017 à 22:57

Tweeter cet article Partager sur Facebook Partager sur Reddit Partager sur Pinterest Paratger sur Google + Partager sur Tumblr

Que Voit-On Sous L’Influence De La DMT ?

Terence McKenna

Ce qui est incroyable avec la DMT, j’aime dire, votre esprit n’est pas affecté. Votre esprit ne semble pas affecté. En d’autres termes, vous ne changez pas sous l’influence de la DMT. Vous ne devenez pas une personne plus douce ou plus gentille. Vous ne vous enfoncez pas dans un filet de bave dégoulinant d’un coin de votre bouche assis par terre à convulser. Vous ne changez pas. Ce qui arrive est que le monde est complètement remplacé, instantanément. 100% tout est disparu. Ce qui est mis à la place, pas un iota de ce qui est mis à la place, est originaire de notre monde. C’est un changement de réalité à 100%. Il n’existe même pas d’espace en 3 dimensions ou de temps linéaire là-bas. C’est pas comme si vous alliez dans un endroit exotique, au Maroc ou en Nouvelle-Guinée.

C’est comme si … la réalité est échangé par quelque chose d’autre. Et quand vous essayez de dire ce que c’est vous comprenez que le langage a évolué dans ce monde et il n’est plus d’aucune utilité. ou cela requiert des années de pratique. Alors ce que vous contemplez est littéralement l’indicible. L’indescriptible vous tombe sur les genoux. Et quand vous essayez … Vous êtes sous l’influence bien entendu. Vous êtes là-bas et vous essayez de vous expliquer ce qu’il se passe.

C’est comme si vous essayiez de verser de l’eau sur l’objet transdimensionnel devant vous. L’eau du langage. Elle ne fait que former des gouttelettes et glisse comme l’eau sur le dos d’un canard. Vous ne pouvez pas dire ce qui est là. Et j’ai passé 25 ans à expérimenter. C’est devenu le compas de mon inspiration. Essayer de dire ce qu’il se trouve de l’autre côté de cette frontière. À juste deux larges bouffées d’ici, à n’importe quel moment, se trouve cette endroit non-euclidien, non-newtonien, irrationnel, et inexplicable. Mais ce n’est pas doux et vide, et clair. Ce n’est pas ce qui lui confère sa propriété d’être indescriptible.

Ce qui lui confère cette propriété est sa complète bizarrerie. Son étrangeté. Son pouvoir d’étonnement. Ce qui m’arrive quand je fume de la DMT. Il y a une sorte de poussée en avant. Une série d’évènements qui mène à l’antichambre du mystère. Vous prenez une bouffée. Vous vous sentez étrange. Tout votre corps semble bizarre. Votre prenez une deuxième bouffée. C’est comme si tout l’oxygène avait été pompé hors de la pièce.  Tout devient très clair. C’est la fameuse augmentation de l’acuité visuelle.

Vous prenez une troisième bouffée si vous en êtes capable et vous vous allongez. Et vous voyez cette chose qui ressemble à une rose ou un chrysanthème. Cette sorte de fleur orange tournante. Elle prend à peu près 15 secondes pour se former. C’est comme une membrane. Et ensuite, vous la traversez. Vous la traversez et vous vous trouvez dans cet endroit. Il y a une énorme acclamation qui monte alors que vous passez cette membrane. Certains d’entre vous connaissent la chanson des Pink Floyd sur comment les gnomes  ont appris une nouvelle façon de dire: « Hoooooray ! » Ils attendent. Vous déboulez dans cet endroit en vous disant: « Bordel ! » « Ce truc est vraiment dingue ! » C’est comme décrire un vaisseau spatial. Vous vous dites: « Vais-je bien ? Vais-je bien ? » C’est la première question. Alors vous vous questionnez intensément. Vous vous dites: « Battement du cœur ? » « Normal. Oui. Normal. » « Battement du cœur. Normal. » « Pouls. Normal. » « Respiration ? » « Respire. Respire. Respire. Oui. »

Mais ce qui est juste là. Juste là devant se trouve cette chose, qui peu importe votre culture de science-fiction. Peu importe le nombre de livres de William Burroughs vous avez lu. Peu importe combien de temps vous avez passé en la compagnie de l’étrange, du bizarre, de l’insolite, de l’inhabituel. Vous n’étiez pas prêt. Et c’est complètement réel. D’une certaine façon plus réel que la réalité ordinaire. Regardez ici comment les ombres sont atténuées. Il y a beaucoup de zones transitionnelles d’une couleur à une autre. Là-bas ce n’est pas comme ça. C’est cristallin. Clair. Solide.
Vous pouvez voir la lumière réfléchie dans la profondeur de ces objets. Tout est brillamment coloré. Tout est en mouvement. Très très rapidement.

Et il y a des entités. Là-bas. Il ne s’agit pas de les appeler. Ou d’entendre seulement leurs murmures. Non ! Elles sont devant vous ! Elles sont juste là. Elles sont bien plus que devant vous. Elles sautent dans votre poitrine. Et puis en ressortent. Vous êtes comme ça: « Continue de respirer. » « N’aie pas peur. » « Fais attention. » Et les entités vous parlent. Elles parlent en anglais et dans un autre langage, j’y reviendrai dans une minute. En anglais ce qu’ils disent est: « Ne te laisse pas émerveiller. » « Accroche-toi. » « Ne deviens pas gaga de stupéfaction. » « Fais attention. » Ce qu’elles essayent de faire est d’essayer de vous montrer quelque chose. Elles sont très conscientes de la nature éphémère de cette rencontre. Et elle disent: « Ne part pas en vrille d’étonnement. » « Arrête de penser à Dieu et tout ça. » « Oublie ça ! » « Fais attention à ce que nous faisons. » Et ce qu’elles font est de danser, elles sautent, elles émergent de l’arrière-plan, rebondissant vers vous, sautant dans votre poitrine, et en ressortent. Elles offrent, elles font des cadeaux.

Et elles vous aiment, c’est l’autre truc. Elles le disent. Elles disent: « Nous t’aimons ! » « Tu viens si rarement. » Et te voilà « Bienvenu ! » Après elles font ces cadeaux. Et les cadeaux sont des sortes d’objets. Souvenez-vous, vous n’êtes pas changé Vous êtes la même personne que quelques minutes auparavant. Donc vous n’êtes ni exalté ni déprimé. Vous essayez juste de comprendre tout ça. Les objets qu’elles offrent ressemblent à des œufs de Fabergé ou des pièces de machines émaillées et parfaitement usinées. Mais ils n’ont pas de bords définis. Ces objets sont eux-mêmes vivants d’une certaine façon. Changent et se transforment.

Quand ces créatures, je les appellent les gosses. Quand ces gosses vous offrent ces objets. Vous les regardez. Et immédiatement, parce que vous êtes vous-même, Vous comprenez: « Mon dieu ! » « Si je pouvais rapporter cette chose avec moi dans mon monde, l’Histoire se serait plus jamais la même. » Un seul de ces objets, vous pouvez dire en le regardant: « Ceci déconcerterait mon monde au-delà de tout espoir de rétablissement. » « Cela ne peut pas exister. » Ce qui m’est montré est une minuscule zone où des miracles sont transformés. Les créatures, les gosses, chantent. Elles parlent
dans une sorte de glossolalie translinguistique.

En fait elles font ces objets avec leurs voix. Elles rendent vivantes ces choses en chantant. Et le message est « Fais ce que nous faisons. » « Tu es capable de faire ce que nous faisons. » « Fais-le ! » « Elles deviennent assez insistantes. » Elles disent: « Bordel ! » « Fais-le ! » Et vous êtes là: « *** » Elles disent: « Non ! » « Fais-le ! » « Fais-le maintenant ! » « Fais-le ! » Et vous dites: « C’est trop pour moi ! » Vous verrez ce genre de réactions pendant un moment. Ensuite, en fait Je ne m’attribue pas de mérite. Je ne l’ai pas voulu. Quelque chose sort de l’intérieur de vous. Quelque chose sort hors de vous. Et vous découvrez que vous pouvez le faire. Que vous pouvez utiliser le langage pour condenser des objets et les rendre vivant dans cet espace. C’est le rêve de toute magie. Mais voilà les gens ! Cela arrive en temps réel ! Après elles sont ravies ! Elles deviennent folles de joie ! En faisant des pirouettes. En rentrant à l’intérieur d’elles-mêmes. Elles vous sautent toutes sur la poitrine. Après beaucoup beaucoup … de rencontres de cette sorte.

La première fois que j’ai essayé la DMT j’étais incapable d’en tirer quelque chose. J’ai juste dit: « C’est la chose la plus incroyable que j’ai jamais rencontré et je ne peux rien dire dessus et je ne pense pas que j’en serai capable un jour. Mais en y retournant de façon répétée et en y travaillant. Je pense avoir une idée assez cohérente (N’allons peut-être pas aussi loin.) Je pense que j’ai une métaphore assez claire de ce qui arrive. Là-bas. Et je pense que beaucoup de gens ont cette expérience. Quand vous parlez à des chamanes Ils disent: « Ah, oui ! Les esprits protecteurs. » « Ce sont les esprits protecteurs. » « Ils peuvent vous aider à guérir, retrouver des objets perdus. » « Vous ne connaissiez pas les esprits protecteurs ? » « Je savais mais … » « Je … je … je …je… » « Je ne pensais pas que c’était si littéral. » « Oh, non. Ce sont bien les esprits protecteurs. »

Ensuite l’autre chose qu’ils disent, si vous pousser un chamane. Si vous dites: « Qu’est-ce exactement un esprit protecteur ? » Alors ils répondent: « Un esprit protecteur est un ancêtre. » « Vous voulez me dire que ce sont des gens morts là-bas ? » « Oui. Ancêtre. » « Personne décédée. » « Vous ne saviez pas à propos des ancêtres apparemment. » « Voilà ce qui arrive aux gens qui meurent. » Alors tu dis: « Mon dieu ! » « Est-il possible que nous nous introduisions ici serait un environnement remplis d’esprits ? » Ce ne serait pas des des extraterrestres venus de Zenuba Gabubi ou de Zeta Reticuli. Ce sont nos chers défunts Et ils existent dans un royaume, qui à défaut d’un autre mot, nous appellerons éternité.

Et d’une certaine façon, cette drogue, ou quoi que cela soit, me permets de voir au travers du voile. C’est le lever … Vous voulez parler de dissolution de frontières ? C’est une chose d’être lié à son partenaire, c’en est une autre d’être lié à nos chers défunts des siècles passés. C’est une sérieuse dissolution de frontière quand ça arrive. Ce que ces créatures veulent, selon elles, elles veulent que nous transformions notre langage. J’ignore ce que cela signifie. À ce moment dans le week-end et dans ma vie. Nous sommes tous à la pointe. Personne n’est devant personne. Clairement nous devons transformer notre langage. Parce que notre culture est crée par notre langage et notre culture est toxique, meurtrière et en train de se casser la gueule.

D’une certaine façon nous devons transformer notre langage. Mais est-ce bien ce qu’elles veulent dire ? Que nous devions condenser des machines hors de l’air devant nous ? Quel est le rapport avec l’idée persistante promulguée par Robert Graves et d’autres qu’il existe un langage primaire de la poésie. Que la poésie telle que nous la connaissons est une chose très pâle et que durant le passé de l’Humanité les gens étaient aux commandes de langages qui imposaient littéralement la croyance. Ils imposaient la croyance. Parce qu’ils ne font pas appel aux arguments ou aux métaphores Ils imposent la croyance parce qu’ils sont capables de se présenter en images.

 

SUR LE MÊME SUJET